Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/8

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 174 —



BAIWIR (parlé).

Qui jâse ainsi n'est nin mouvwai.
Kimint! t'as n'liss’ tot fait, Crahay ?


CRAHAY.

Si j'a n'liss’ ! — « Margachâ, Pagna, Pagnouf, Pagnoul;
Li ventouseur Bonsang, li perriqui Cognoul ;
Li grand coip'hî Botkenne et l'bouteu-foû Kinon ;
Gàdisseur, Godinas et m'mon onk di St-Trond ;
Boulboul, Mawet, Pietteûr, Bierna, li p'tit Rikir... "
Po fer pôr l'affair’ bell nos comptîz so Baiwir.
Baiwir n’est qu'in’ cût' pomme: i fârêt s’passer d’lu ;
I vàreut tot ottant vôter po l'pomp’ di Hu.


BAIWIR.

Air : Ainsi que vous (DE HAYDÉE).

Avou des s'faits,
Avou des s'faits,
Vî camèrâde, on f'reut l'pare dè l'Bov'reie,
On z'âreut li stâtion, les quais ;
On porreut met’ in' sâqui d'vins l'Conseye,
Avou des s'faits,
Vi camèrâde, avou des s'faits !


CRAHAY.

Air: Qu'voulez-vous qu' j'y fasse

Volez-ve ou bin n'volez v'nin ?
C'est in’ comèdeie !
Po n'n’ès fini tot bonn’ mint,
Jowans tiesse ou peie !