Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/7

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 473 —



V' n'estez nin l'homm' qu'i nos fât,
Ah ! riguinguette !
Jan, v'nez fer raws so les ch'vâx,
Ah ! riguingâ !


BAIWIR.

Air : Si j'aurai ce courage ! (Des chevaliers de ma patrie.) [ROBERT-LE-DIABLE.]

Ti pins’ don, dial’ m'arège,
Qui j'n’a nin dè corège !...
Des électeurs dè l'vey di Lîge,
Baiwir est l’pus grand (bis) citoyen !
Baiwir est l'pus grand citoyen (bis)
Des électeurs dè l'vey’ di Lîge !...


CRAHAY (l'interrompant).

Air: Marie, tremp ton pain. Avou vos grands mots (bis),
Baiwir, vos m'pèlez l'vinte |
On songive à vos (bis).
Mais v’ n’estez qu'on palot !
Sâf onk, mi lisse est pleinte ;
S'on r'nak, qu'on s'vass’ fer pinte !
Bonn’ nut, vi, nos frans bin sins vos,
I gn'a qwat’ row’ ès m'chèriot !
Avou vos grands mots (bis),
Baiwir, vos m’pèlez l'vinte ;
Ji n’song’ pus à vos (bis),
Ça v'n'estez qu'on palot !

10