Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/4

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 170 —



CRAHAY.

Air: Ah! vous dirais-je maman.

Si v'sestez bon citoyen,
Vos d'vez comprind’ mi tourmint.
Quand j'veus cinq ou six Conseyes
Qu'ont todi l'mêm’ maladeye,
Ji d'mand’ qu'on houk’ so l'moumint
L'apoticâre et l'méd'cin.


BAIWIR.

Air : De Harvouya.

Li Conseye a tant dè mâ!
Li Conseye a tant dè ma!
I d'mande in’ plèce à l'hospita !
(Crié) Il est malâde !
I fat qu'i moûre!
(Chanté) Ah! l'pauv’ Harbouya ,
I fat qu'i moûre,
I fât qu’i moûre !
Ah! l'pauv Harbouya
1 fat qui moûr di tot çoula!


CRAHAY.

Air : des Choncq Ciotiers (de Tournai).
A l'noûv' Comèdeie, divant-z'hir,
To d’visant so les élections,