Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/3

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 169 —




BAIWIR.



Air : Des Comédiens.


Pa, ti d’ vins sot, pa ti prinds boûf po vache ;
Ji beus mes pint’, ji moqu' di tot çoula.
V'là sih sept ans qu’ c'est todi l mêm’ ramage;
Mi, j'aim' mî l'fôr qui tot’ ciss’ botiqu’ là!

A l'maison d'veye on s'fait dè mâva songue;
A l'fôre à Lîge on n'fait qu'rire et chanter ;
A l'maison d'veye’, li séance sonl’ trop longue ;
A l'fôre on z'a trop pau d'timps po hoûter.

A l'maison d'vey’, si v'fez l'fricasseû d'féves,
Tos les gaz'tîs v'toumet so l'casaquin ;
A l'fôr’, so l’ham'—boum, boum , pus’ vis r'mouéve,
Pus est-c’ qu'on brait : Vivât po l'Harliquin!

A l'maison d'veye, on v'dit d’payî d'avance;
On deut promette âx gins pus d'bour’ qui d’pan.
A l'fôr', Païass’ vint dir’ : Ji n'vous vos censses
Qui si v's estez contint d'mi tot sôrtant !

A l'maison d'veye on va s'marier po rire,
Dispôie quéqu’ jous ; — mais c’est d'vant l'échevin ; —
A l'fôre on prind in’ feumm' dè l'mèm’ manîre,
Mais sins régiss’ l’affair’ si pass’ foirt bin.

Jan, ti d’vins sot, jan , ti prinds boûf po vache,
Ji beus mes pint’, ji m'moqu’ dit tot coula ;
V là sih sept ans qu'est todi l'mêm’ ramage :
Mi, j'aim mi l'fôr qui tot' ciss' botiqu' là!