Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/2

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
— 168 —

Po l qwârt d’heûre , âx affair’ dè l veye,
On borgeû n' sâreût trop’ tûser.
C'est houie èn hût qu'on vôte ! ( Bis.)
Savez-v'bin qu'fât d'in oû (ter) v' porriz fer mäquer l' vaute!


BAIWIR.

Air: Du chœur des Vieillards (de FAUST).


Crahay, qui vouss’ mi mette ès l' tiesse ?
Qu'est-c’ qui j'a d’ keûr' di tes raisons ?
Mi, qwand c'est qu'on m' jâs’ d'élections,
Ji toûne à neûr’ biesse !
L'aut’ fey’, po l’zine di Saint-Linâ,
C'esteût l’ môd’ di s'toper s’narenne ;
A ct heûr’ c'est in’ vach’ qu'a l'gomâ :
C’est co dell’ pufkenne !


CRAHAY.

Air : La Faridondaine.

Awè dai, vî, vos rèchîz d'sus,
Mais c’ n’est qu’ po fer les qwances ;
So voss’ vôy’ vos bouh'riz tot jus,
S'on v'dihév’: minez l'danse!
Vos vorriz, d’ sos noss’ vi Pèron,
Es l’ sâll dé l’ Régence,
A Lîg’ dinner l' ton!
Si v’ savez l'air d'ennè fer fi,
Biribi,
C'est à l'facon dè Barbari,
Mon ami.