Page:Alcide Pryor - Qui vout esse â Conseye, 1863 (in ASLLW t.1 p.167-181).djvu/10

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 176 —



CRAHAY.

« Ji suis li président, et ji happ’ la parole, »


BAIWIR.

» Ji jâs’rè d'vant tot l'monde, ou bin qui l’'diab m'envole.»


CRAHAY.

Vos jâs’rez-t-à vos tour. — « Qu’est-c’ qui nous mâque à c't heûr' ?
Ji trouv’ qui dans l'Consey’ gn'a trop’ de non-valeurs !
On veut nous fair' manger de la vache enrageie ;
Si nous somm's arègîs, ci n’est pâs pour un’ geye.
Di quéll' pâss’ vot' Consey’, dit' m'el, est-il pétri ?
C’est pour un véd'rinair’ qu'i fait mèn’ dè pèri ?
Non : le calme aux Liégeois est, so m'frick, nécessaire :
Volà des bons bilets ; prendez : l'affaire est claire ! »


BAIWIR.

Sèret-c'mi tour, à c't heûr’? — « Ji suis pétrifié :
La vache était à pône enrageie à moitié !
S'on veut ête avancés, i faut des vach’ pareyes ;
Qu'on n'faiss’ pas trop d’son nez s’on veut ête au Conseye.
Et'-vous pour le p'tit peûp ? Ni fai't pas tant d'façons,
Criez plus fort qui l's'aut’ : c'est vous qu'aura raison !
I n'faut fair’ qu'un’ bècheie di tous vos adversaires ;
Volà les bons bilets ; prendez : l'affaire est claire! »


CRAHAY.

» I gn'a plus d'borguimaisse et câsi plus d’éch'vins. »


BATWIR.
» I gn'a deux borguimaisse et tot ottant d'éch'vins. »