Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/6

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 221 —

BAIWIR

Air : Je vais vous raconter l’histoire.

Tu vas tomber-z-à la renverse,
Oui, tu vas-t-ète estupéfait !

CRAHAY.

Ah ! sacrebleu !

BAIWIR.

Mon plan est pour l’Il’ du Commerce :
Quéqu’ chos’ qu’on n’a pas encor fait !

CRAHAY.

Ah ! sacrebleu !
Triple nom d’un chien,
Mille échevins ! y en a ’ne averse !
Triple nom d’un chien,
Mille échevins y en a tout plein.
Y en a-t-une avers’, mon vieux,
Y en a-t une averse ;
Chaque jour il en pleut.

BAIWIR.

Mon plan, c’est toute une autre histoire :
C’est une affair’ de financier.

CRAHAY.

Ah ! sacrebleu !

BAIWIR.

 
L’ile, on n’y fait rien, mêm’ la foire :
Le tout, c’est d’ nous l’approprier.