Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/5

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 220 —

Boum, so l’ caisse ! Tratra so l’ trompette !
Ji n’ fais qu’ine bècheie des abus !
Mi voix, c’est on canon qui pette !
C’est à fer tronler les chaffette
Di Hoûte-s’il-Ploût jusqu’à pont d’ Hu !

CRAHAY.

Air : Des Coucous.

Ti, ta, ta,
Ti, ta, ta,
Volà bin des falbala !
Ti, ta, ta,
Ti, ta, ta,
Ji n’ comprinds rin à çoula.

Vos d’hîz qu’ vos avîz-t-on plan
Po rimpli tos mes ridant ;
Et v’là ne saquoi d’étonnant,
Vos hawez conte les aidant.

Ti, ta, ta,
Ti, ta, ta,
Volà bin des falbala !
Ti, ta, ta,
Ti, ta, ta,
Ji n’ comprinds rin à çoula.

BAIWIR (parlé).

C’est vraie : j’esteus on pau berzingue ;
So m’iâme, ji m’ pinséve à meetingue.
Là, veusse, on jâse, on n’sét trop çou qu’on dit ;
Et tot d’ mème on s’ fait applaudi.

CRAHAY.

Volez-ve pârler po l’ hon ? ji v’ hoûte,
Mais d’ vos loumire, j’en n’a-st-assez.
Blessî, vôte et conscrit, totès blague, totès boude !

Requiescant in pace.