Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/4

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 219 —

BAIWIR.

Air : Avez-vous vu dans Barcelone ?

Ave oyou ? C’est qu’il fat m’ètinde :
Po l’ bin des p’tit ji parolerè.
Ine bonne câse, gn’a qu’ mi po l’ disfinde ;
J’a n’ provûsion d’loquince ès vinte,
Et ji n’ sés qwand ji m’arrestrè.

J’a souwé bin des ch’mihe por zelle ;
So les teût, j’a brait bin sovint ;
J’a veyou co cint meie chandelle ;
Mais qu’on m’pitte à l’ouhe, qu’on m’huffelle,
Comme on chet, po l’ lârmire ji r’vins.
 
Risquez in’ oûie, là, ji m’énonde :
Loukîz ès l’air, volà m’ ballon ;
D’ès haut, ji fais l’ nique à tot l’ monde,
Et deux feye po qui vout m’ responde :
Ça fait qui j’a todi raison.

Ji v’ sè l’ dit : po qu’gn’âye pus d’happe-châr,
Ji m’ va fer roter tos vos fils ;
Et qwand sèront turtos sôdârd,
Si ça v’ costeie on bai patâr,
Eh bin ! vos vikrez so l’ crédit.

Qui pout vôter ? L’ ci qu’a des censse !
Bin mi, sins payî, j’ vous vôter !
Dès veyès loi ji sonne li transe,
On gros hére qui pâie on gros censs,
Volà ’ne belle grosse capâcité !

Et mi qu’on z’a veyou so s’panse,
Ji n’ braireus nin des hi ! hâ ! hâ !
On veuret quéqu’ joû n’ fameuse danse !
Vo l’ savez par l’eximpe dè l’ France :
Les capâcité vont pid d’hâ !