Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/3

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 218 —

BAIWIR.

Air : Allez-vous-en, gens de la noce !

Bonne nute, ji rinteûre ès m’ mohonne :
Bonne nute, ji n’ vous pu piède mi timps.
Ritoûne ès l’aisse heûre tes maronne :
Ji r’vinrè l’ joû des Ennocint.
Li ci qu’ voût wâgnî des coronne,
A m’ sonlant, deut hoûter les gin.
Ji n’ jâserè nin,
Ji n’ dirè rin !
Bonne nute, ji rinteûre ès m’ mohonne ;
Bonne nute, ji n’ vous pu piède mi timps !

CRAHAY.

Air : Pierrot revenant du moulin.

Jans, riv’nez, vos v’s avez marri !

BAIWIR.

Non, jè file, je n’ m’ai pas marri.

CRAHAY.

 
V’là qu’il s’mâvelle, pac’ qu’on-z-a ri ;
Pierrot !

BAIWIR.

Pierrot reviendra tantôt ;
Tantôt reviendra Pierrot !

CHAHAY.

Air : Où allez-vous, monsieur l’abbé ?

Saint Nicoleie, mi bon patron,
Ji vous bin, si c’est n’ saquoi d’ bon,
Goster vos confiture…
Eh bien !
Mais n’ les fez nin trop cûre…
Vous m’entendez bien !