Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/2

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 217 —

CRAHAY.

Air : Ji v’ vas chanter ’ne novelle pasquèie.

A c’te heûre c’est ine novelle pasquèie ;
C’est in aute ton totes les annèie !
Ax fiesse dè mayeûr d’Andrimont,
Vos d’hîz qu’on n’ôreut pus l’ canon :
On s’a fait petter l’ gueûie dispôie,
Et vos mostrez-t-èco l’ même jôie !

BAIWIR.

Air : De la première feuille.

Tot d’on côp ’ne novelle loumire,
So nosse vîx monde s’at espris,
C’ n’est nin l’ pétrole qui j’vous dire :
On n’sût pus l’ môde di Paris.
Li timps cange, on cange d’idèie :
Ti n’comprindrès mâie çoula.
A fait d’ politique ou d’ beye,
Li vraie côp d’ manchette, ji l’a.
Bonjoû, bonjoû !
Ji sos todi l’ père des doze ;
Ji lais drî mî les halcrosse :
Bonjoû, bonjoû !
J’a l’ hâgne et l’oû !
Ji sés m’ mette â dièrain gosse ;
Ji sos todi l’ père des doze !
Bonjoû, boujoû !

CRAHAY.

Air : Comment passer dedans ce bois ?

Aoi, fez bin r’lûre vosse roge creux,
Fez sonner vosse clapette !
Vos loumerotte, li ci qu’ les sûreut,
Eh ! bin ! s’ freût braire : hovelette !
Ah ! ah !
Ji r’happe mi lamponette et m’ bolleu,
Ji r’happe mi lamponette !