Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/12

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.
— 227 —

N’s avans fait cint biessetreie, mais n’s estîz-t-homme d’honneûr,
Fât-il donc d’vins les rowe â deugt qu’on no mosteûre ?
Grugï des actionnaire, c’est on vilain talent !
Rottez todi l’dreûte vôie : c’est èco l’ meyeu plan !

BAIWIR.

Air : Soldat français né d’obscurs laboureurs.

On-z a-t-aou dispôie volà quéque timps
Tant des affaire pareies divant les oûie,
Qu’on s’y lait prind’ et qu’les mâvas moyen
Ni fet, Crahay, pus sogne à personne hoûie,
Par les blagueûr, mi, comme d’autes, j’a s’tu pris ;
Sins ti, j’m’alléve rosti l’éle à l’chandelle !
Portant, ti jâses comme ti mère t’as-t-appris :
Gn’a tot d’ même qui les simpe d’esprit
Po nos fer veye clér ès nos hielle !

24 décembre 1871.