Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/11

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 226 —



CRAHAY.

V'là le sir' de Fish-ton-Khan ,
Qui s’en va-t-en guerre !
En deux temps et trois mouv'ments,
Sens devant derrière !
V'là le sir’ de Fish-ton-Khan
Qui s'en va-t en guerre!
Puf! Baiwir po vos onguent
Habeie ! fichez m’ li camp !
Po vos plan, c'est bernique :
A qwate censse tot l' paquet !
A diale tote vosse botique
Et tos vos potiket !


BAIWIR.

Air de la Complainte du Juif-Errant. Fez bin li streute , manselle !
Mais, mi, j'sés çou qu'enn'est !
Eune , deux !.. File so Bruxelles :
Vasse veye les gros bonnet!


CRAHAY.

A-t-on jamâie veyou
In homme ossi tiestou ?
(Parté.) Tant qu'à Bruxelles , veyez-ve, nonna: ji n'y va pus.
Po fer les vingt heure , hoûie, il fât des gros écus.
On v’ fait prinde po riv’ ni vosse bilet po l'Allemagne:
Ou c'est on supplumint qu'on v' fait payi ; ça v’ magne.
Addizeûr , li dangî d'y leyî ses ohai.
Mais c’ n'est nin co çoula qui m’ ritint ; volà l' fait :
De fer çou qu’ vos m'’ consîz, si j'esteus mâie capâbe ,
Beaujean m' mettreût tot d’ suite â rang des misérâbe.
Loukiz, ji m'a ratnou ; mais ji vous-t-ahonti,
Marquer so l’ front , rouer, clawer, k'moûre, aplati !