Page:Alcide Pryor - Il s’enn’a fallou d’ pau, 1871 (in ASLLW t.7 p.216-227).djvu/1

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


IL S’ENN’ A FALLOU D’PAU.

POT-POURRI DIALOGUÉ

PAR

Alcide PRYOR.


Beati pauperes…

CRAHAY.

AIR : C’était le beau Tircis.

Baiwir, est-ce qui j’veus bin ?
Là, quél cinq ès vosse chiffe !
Est-ce ine biesse, est-ce ine gin
Qui l’a marqué di s’ griffe ?
Ah, ah, ah, ah !
Vos avez r’çu ’ne bonne giffe,
Ah ! min…
Vos n’ vis è vanterez nin !

BAIWIR.

Air : Voici le sabre de mon père.

Vocial Baiwir avou des flîme…
Haie ! fez-li plèce ès li station !
Po les sôdard qui l’ guérre abîme,
Vocial dè pèquet, dè bouyon !
— Des Madame qu’accorît po l’frîme,
Si plaquît là comme des wandion.
So m’ geaive, mi qui n’ qwèréve nolle prime,
Elle m’ont flanqué m’ décoration !
— Baiwir appoîte on plaquet d’ flîme,
Dè bon pèquet, dè bon bouyon !