On tour so l’marchi

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
On tour so l’marchi  (1885)  by Jean-Baptiste Meunier
On tour so l’marchi
[ 1 ]

ON TOUR SO L’MARCHI

PAR

J.-B. MEUNIER.

Vî marchî, si ti polév’ jâser !

On-z-a chanté les monumint dè l’veye :
Li vix Palâ, Charlèmagne ou Grètry,
Li vix Pont-d’z-Ache, li Pèron, l’Maison-d’Veye,
Et on n’a nin co chanté l’vix Marchî !

Li vix Marchî, portant ’nnè vât les pône
N’esteu-c’nin là qui, dè vîx timps passé,
Nos ratayon accorît tos essône
Qwand on volév’ attaquer l’liberté ?

Ji n’sâreus chal vi raconter l’histwére
Di nos pér mwérts po l’bin di noss paï…
Trop’ di savants enn’ on wârdé l’mémwére :
Po fer comme zel ji m’ riknohe bin trop ptit !

En fait d’trulaie on ’nn veut pus wère oûïe
Qui les rvindress s’apougnî d’timps-in-timps
Et quéqu’ feye onk qu’y attrape on neur oûïe
Sin savu d’wiss, tot volant mett li bin.

[ 2 ]

Il n’fait nin bon di s’mêler des marchande,
Leyiz-lè fer si vos tné à voss paî :
Ell ni riet qui qwan l’veyet les kande
A leu botiqu’ fé rimpli leu banstai.

Ces harejress ji v’les va tott fé veye,
Tott comm ell’ sont, vos pôrez ’nnè jugî ;
Droviez vos oûïes et surtout vos oreye :
Nos allans fer li toûr di noss marchî…

Vochal d’abôrd tott les marchande di pomme
Qui vos veyez ètaleies tot dè long,
Vraies gueuïe-à-flamm qui frîz frusi des homme
Qui n’tron’rîz nin po l’tonnîr ni l’canon.
 
Avou leus frut ell vindet des crompîre,
Savôïe, recenn, porai, chofleûr, ognon…
Ell savet bin qu’c’est l’argint qui fait rire,
Et qu’ po ’nn ’avu tos les commerce sont bons.

Si, par hasârd, vos veyez in’ pratique
Avou s’banstai vini di voss costé,
Sin rin fé vey’ arrestéve à n’botique
Et v’s’ârez bon d’oï l’marchand’ jâser…

« Ni m’prindév’ rin, jans, féz-m’vind’, belle bâcelle,
» J’a des baîs frut qui sont tot friss copés,
» Des fins lègum’ tos novais, jans, mamzelle,
» Vla on chetté : prindez-l, po m’sitrumer ! »

Min, qwan so l’prix li pratique vou fé l’mowe
Ou qu’ell faiss mènn dè voleur marchander,
Tot comm on chet qui sint roté so s’cowe
Li marchand’ brait comm s’on l’allév’ touér :

[ 3 ]

« Allez pu lon, chinisse, allez razeuse !
» I v’convint bin d’voleûr fé des façon,
» Fâreut-il nin qu’on îreut fer l’voleuse
» Po dné po rin des lègum’ bais è bons ! »

Sâvez-v’alorss qui v’ n’âyz’ à voss tiesse
Li marchandeie avou les complumint,
Ca, bin sovint, les atott des rvindresse
Toumet so l’ci qui passe ènocen’mint.

Min fâ l’riknoh’ ! mâgré leu-z-arrogance,
S’ on mâlhureu, so l’marchî, vint fé s’toûr,
Ell lî donrî jusqu’à leu dièrainne cense :
S’ell on mâl’ gueuie, les marchand’ ont bon coûr.

Puis no avans les marchand’ di potèies,
Di bais bouquet po l’saint à busquinter…
Min si l’halenn dès fleur est-t-embaumèie,
L’ciss des marchand’ est long dè l’raviser !

Tot près des fleur, des haring d’vins des bache,
Des gros stokfess et des banss d’inglitins ;
Les pauv’ pèhon sont frèsés comme des cache…
Ess di vîess ?… Passans oût’ tranquilmint !

On pô pu long, c’est les marchand’ di laine,
Jojow’ d’êfant, cowette, aweie et fi ;
Ell sont achow les sept joû del samaine
So l’plèc’ qui chève à mettre â pilori.

C’est so ciss plèc’ qui l’police â pôrt-d’arme
Vint fer faction âtou d’on gran tâvlai :
Ca on n’mett puss â carcan qui l’gendarme ;
Li criminél n’a pu l’col â buzaî !

[ 4 ]

Co so l’mîmm plèc’ on-z-y vind tot l’manège
Dè ci qui deut è qui n’pout nin paï,
L’houssî n’ l’y lait qui l’hont’ po tot baguège…
C’est co in’ aut’ espéc’ di pilori !

Li pilori ! qwand j’y tûs’ ji so trisse,
A lieu d’viker èt d’ s’ainmer commé des fré,
N’s avans mèzâh’ di sodarts et d’police
Po d’find’ nos joû ou nos prôprièté !

N’è jâsans pus ! Riprindans l’pôrminâde,
Po cangî, vraie, li monde est d’jà trop vîx ;
Ci tâvlai-là pôreut nos rind’ malâde
Et j’ainm bin mîx d’nos vey’ frisse et haîtîs.

V’no chal vinou d’vant n’mohonn qui m’tourmette,
Mohonn qui rind des manèg mâlhureux,
Bin des ovrîs qu’ont èfants y vnet piette
Tott leu qwinzainne âx beye ou âx qwârjeus.

Tournant noss drî à noss bell Maison-d’-Veye,
Di Saint-Andrî nos veyans l’monumint :
C’ess-t on marchî po inn aut’ marchandeie :
A lieu d’lègum c’est des cense qu’on-z-y vind.

Rottans todi. Vochal les estalège
Des marchant’ d’oûs, di waff’ ou d’crostillons,
Et d’vins les banss on gamin mône l’arège
Po z’agrawî çou qu’ poret trover d’bon.

Avez-v’ mèzâh’ di spéç’reie di tos gosse ?
Volez-v’ des cèpe ou des trapp âx soris ?
Vi mâqureut-i des platai ou des losse ?
Vos trouvrez co tot çoula so l’marchî.

[ 5 ]

S’anoïv’-t-on durant tott li samainne ?
C’est so l’marchî qui, l’dimègne â matin,
On vnév’ qwerri, po fé passé s’migrainne,
Saqwants cahiet di chansons dè vix timps.

On z’aveu co li ptit dial è s’ boteye
Qu’in’ grand’ veie feum fév’ dihinte ou monter.
Dvin ses plânett i d’név âx jonès feye
Des bais galant tot prett à les sposer.

J’allév’ rouvî di jâser des fontaînne
Qui sont portant des fameux monumint.
Des foïe di jott, des tôrchon par dozaines
Les y fôrmet des èlègants jârdin.

I enn a surtout qui sont des vraie chif-d’ouve :
I mâque seulmint po poleur s’è chervi
Inn chiminaie… et on nnè freut des stouve
Po fé l’couhenn des vindeuses dè marchî !

Puis d’vet l’mitan, divan noss Maison-d’-Veye,
N’veyans l’fontainne qui poitt noss vîx Pèron.
Ciss vey’ colonn qui j’ainmret tott mi veie
Et qui m’rindret todi fîr d’èss Wallon !

Min l’pauv’ marchî a pierdou tott si jôïe :
Les cotiress n’ont pu leu gran chapai,
Et les teûtais d’pôïe longtimps sont èvôïe
È neur paï tni cpagneie à Zabai.

Comme j’a foirt sogn qui ji n’faiss fé des bâïe
I m’sonl’ qu’è timps d’fini chal mi râvion,
Et ji d’mandret, po qu’on m’accoid’ li pâïe,
Qui l’sot Loneux donn si bènèdiction [1] !

  1. Loneux esteut on sot qui dnév si bènèdiction qwan on l’y d’mandév ; les veiès rvindresses di so l’marchî divet co s’è sovni.