On diner à conte-cour

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Ôtès modêyes : Rifondou
On diner à conte-cour  (1885)  by Émile Gérard
On diner à conte-cour
[ 1 ]

ON DINER A CONTE-COUR

(CONTE EN VERS)

PAR

Émile GÉRARD.

Est-ce vraie ou n’l’est-ce nin ?

Batisse, on fleûr d’ovrî fôrgeu,
Po s’ malheur, minève foirt mâ s’ jeu.
I wangnîve des bonnès journèie,
Mais qwand vinéve li fin d’ l’ annèie,
Bin lon d’ avu mettou d’costé,
I n’aveut qu’ des dette à compter.
Noste homme, qui n’ songive waire à resse,
Po l’ botèie n’aveut qu’ des caresse.
Si démon c’esteut l’ cabaret,
Wisse qu’il allève s’ impli d’ pèquet,
Li pèquet qui sème avâ l’ tére
Tant d’ chagrin, di honte et d’ misére,
Li pèquet qui r’wènne li santé,
Qui donne on visège disgosté,
Qui rabahe l’homme à rang des biesse,
Et qu’ comme à zelle fait ploiï l’tiesse !
Çoulà duréve dispôïe longtimps,
Et noste ovrî ni cangîve nin.
C’est à l’heure qu’i quittève l’ovrèche
Qu’il aveut bin li gosî sèche.

[ 2 ]

A pônne li martai foû d’ses main,
Qui haïe ! i coréve habèiemint
Si plaquî deux treus heure è rotte
A l’ canliette tot buvant ses gotte !
I buvéve, et l’ maisse féve crédit ;
Batisse ripaïve tot l’ semdi :
I n’ rintréve mâïe qui l’ poche foirt tenne,
Et l’ tiesse macasse, comme on l’advenne.
On dimègne volà qu’i va co
Beure pé qu’ mâïe, à tallarigo.
Ine odeur ossi fenne qui bonne
Implihève ci joù-là l’ mohonne :
C’esteut les gin dè cabaret
Qui magnît on gros crâs polet.
Batisse louka tot sins rin dire :
Lu qu’ riéve, on n’ l’oïa pus rire ;
È si p’tite chambe, à pas pèsants,
On l’ veïa rintrer tot tusant.
Si feume apprestève li potèie :
Ine tâte et treus crompire pèteie,
C’est tot çou qu’ gn’aveut po dîner !
Ni rosti, ni bouïon à d’ner.
A n’ tâve si pèneus’mint siervowe,
Batisse, on s’ è dote, fat les mowe…
I tusa… i tusa longtimps,
Li tiesse aspoièie inte ses main.
« Feume, dèrit-i, c’est mi n’ pus beure,
« C’est mi n’ jamâïe pus l’fé, j’èl’ jeure ! »
(J’ a rouvî dè dire â k’minc’mint
Qui maisse Batisse est on Flamint.)
« Mi torate vèie magnî koke-koke,
« Qui l’aiwe accoréve à mi boke ! »
(I nouméve koke-koke, li polet
Qu’ esteut so l’ tâve dè cabaret.)

[ 3 ]

« C’est mi todis mi gêne, mi gêne
« A l’atèlier tote ine samaine,
« Et zelle avou les cense dà mi,
« Fet crâsse heurèie et bin doërmi.
« C’est l’ Madame poitte des cotte di sôïe,
« Et nin dire « bonjoû ti ! » so l’ vôïe,
« Pasqui mi n’ avu nol paltot,
« Rin qu’ ine tote kihièie sarot !
« C’est zelle fé hâhâ ! des arège !
« Ine grande mireu d’ vin leu manège,
« Doze noûs chèïre po s’ mette disus,
« Et cial todis mâïe rin avu !
« Mi magnî des crompire pètèies,
« Ine boquet d’ pan et dè l’ makaie !
« Qui j’esteus sotte ! sotte qui j’esteus !
« So les cabaret, mi fé ’n’ creux !
« Feume, c’est à ti, rinde totes mes cense,
« Vou pus beure pèquet comme d’avance,
« Et po l’ dimègne quel va vini
« Jel voux magnî Koke-koke ossi ! »

Noste homme a t’nou parole tot l’mème ;
Si chambe qu’i haïève, hoûïe, i l’ aime ;
I vique à l’ âhe, et comme bouquet
I n’ adusse jamâïe pus l’ pèquet.
Des cabaret, c’est lu qui s’moke,
Et Batisse hoûïe magne des koke-koke !