On bai tour

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
On bai tour
[ 29 ]
On bai tour.

On aveut dit, Nanette, vos n’ vis astârgerez nin,
I fâ divant sih heure esse chal, vos savez bin
Qu’ nos r’çuvant houie des gint. C’esteut dè timps del fôre
Et Nanette tot s’hâstant voût veie di tote les sôre.
Elle va d’vins six baraque, elle va so l’ tourniquet,
Elle magne ine porchon d’ friche et puis n’ porchon d’beignet.
Il est cinq heure et d’maie, il est timps qu’elle èr’vâie
Et s’ deut-elle si d’hombrer, leie qui n’a co jamâie
Mâqué l’heure qui ses maisse ont rikmandé dè tni.
Tot rècorant bin vite, nosse bonne kimére si dit :
— Di tot çou qu’ j’a vèïou, à m’ sonnant l’ pus haiette
C’esteut l’homme qui mettéve ine jambe podri s’ hannette ;
I fâ qui j’ louque pus târd si ji freu bin comme lu.
Elle rinteure à mon s’ maisse ; sins imbarras, sins bru,
Elle rihappe si ventrain, elle si mette à l’ besogne,
C’ess t’ine chervante d’adreut, ossu a-t-elle bin sogne
D’arraingi tot â mî. L’s invité arrivet,
On est bin vite à tape, assiette et plat rolet.
So l’ trèvint dè soper, Nanette chervëve à tâve,
On dit qu’elle vâie qwèri quéquès boteie el câve.
Elle y court, mais d’on côp r’tuzant â joweu d’ tour,
Elle si dit veyans n’ gotte si j’el fret bin à m’ tour.
Elle s’assit so l’ jonti, mette si lampe divant leie,
Rate, elle rilive ine jambe, corège, diss t-elle, habeie,
Haie, haie, ji sos quâzi, èco n’ choque, vos m’y la.
Elle metta n’ jambe drî s’tiesse et puis… et puis n’ pola
L’ ressèchî. Là, dit l’ maisse, wiss est don noss bâcelle ?
N’s avans seu, elle prind s’timps, mais mordienne qui fait-elle ?

[ 30 ]

On houque, on houque, on houque, Nanette ni respond nin.
On va don veie après, comme vos comprindez bin ;
C’est l’ maisse avou s’ woisin qu’y coret. Po l’ lârmire,
Is ont vèiou qu’el câve i n’iaveut del loumire.
Is y dhiendet essonne, mais… quélle èwarâchon !!
D’y trover l’ pauve crapaute d’vins n’ si faite posichon !
Avou l’ lampe divant leie, on veut st’â pleint… Nanette
Qu’a ses cotte rilèvaie avou n’ jambe è s’ hannette…
— O ! dilahiz-me ; diss-t-elle, j’a mâ tot mes ohai.
On l’ dilaha so l’ côp, adiu don po l’ tâvlai !
Mais vos v’s ârîz fait mâ di noss pauve jonne crapaute ;
— Ji n’ moisret pus, diss-t-elle, mi mostrer d’vant vos aute.
— Allez-è sotte d’â câne, fait l’ maisse, avez ve oïou ?
Mi camarâde et mi, nos n’avans rin vèiou.