Notule so lès bassès scoles dè vî tins

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Ôtès modêyes : OridjinåRifondou
Notule so lès bassès scoles dè vî tins  (2018) 
by Henri Forir, translated by Pablo Sarachaga

NOTULE

SO LÈS BASSÈS SCOLES DÈ VÎ TINS.


Cronmoûze (1) èst l’ pus bê vinåve dèl comeune di Hèsta, vos dirîz on ptit pôrt di mér. C’èst la ki, li vint' di nôvimbe mèye sèt' cint èt ûtante cwate, li Bondièw s’a-st avizé di m’ taper so l’ têre… On n’ wèz’reût d’mander s’il a bin ou må fêt, ci sèreût l’ofinser môrtélmint ! Tant k’a mi dji n’ m’è såreû plinde.

Dj’a co bon dè rloukî ’ne pitite mohone come on sånî, ki djond li ptit Tchôfontinne, c’èst la ki m’pôve mére m’a hossî, fahî, candôzé, mågré tos lès toûrmints ki dj’ lî a fêt èdurer noûv' meûs å lon !… C’èst la d’vins ki dj’a passé mès sèt' prumîrès annêyes. Dji lî fê co voltî on bê sèrviteûr a cisse nozêye mohinète la (2), cwand dji passe po aler rvèyî l’ cisse di m’ pére, è Hågneû, èt lî d’ner on côp d’ tchapê ossi.

Dj’aveû cwatre ans èt d’mèye cwand on pårla di m’ mète è scole ; c’èst l’ dåte dèl fameûse atèlêye, di l’èwaré r’mowe-manèdje d’ûtante-noûv', di nosse prumîre rèvolucion anfin, k’a mètou tote l’Ûrope cou dzeûr cou dzo, k’a k’bouyî totes lès tièsses, èfouwé tos lès cèrvês, k’a rtoûrné l’ monde, fåt-i dîre, come on coturî ritoûne on vî pèlé djustucôr kimagnî dès motes (3).

Adon, lès-èfants ni k’nohît lès scoles ki par lès sognes k’èl fît haper. Por zèls, on mêsse-di-scole èsteût-st on spawta, on spér, on leû-warou ; èt lès scoles, dès mohones di tchatimint, des vrêy prîhons come ås Bayåds (4) wice k’on mètéve lès sots, lès baligands èt d’ totes sôres di counasses.

Èt nos bons parints (ki l’ Bondiu åye leûs-åmes di turtos !) si complêhît a nos mint’ni d’vins cès pawoureûsès pinsêyes la po s’ fé pus-åhèyemintobèyi. Si nos fîs l’ målapris, i nos mostrît l’ long deût tot nos d’hant : « Ti mèl pârès, va ; t’irès-st è scole, èt la ti sèrès batou avou 'ne bone vèdje, èt on t’ taprè-st-è l’ cåve ! »

Di leû costé, les mêsses èt lès dames-di-scole rèspondît : « Awè, mètez-m’ vosse fi, dji v’ l’arindjrè come i fåt; avou kékès bonès bouve-al-djêve, djèl frè bin hoûter, mi, ni v’s-inbarassez nin. » Po nos-èspawter co davantèdje, i man’cît lès-èfants måmur’vints d’èlzî fé magnî dè pan tot sètch, dèl sope å papî, èt dès-ôtès lwègnerèyes ki dj’a roûvî.

On bê djoû, mi toûr vina; dj’aveû fê piède pacyince a m’ mame, èle mi hapa po l’ pogn', mi mina jusk’a l’ouh dèl mohone di pènitince, èt m’î voléve fé intrer fwèrcémint. Mi k’a todi stu on pô vîreûs, on pô tièsse di hoye, dji n’ vola nin roter on pas èn-avant; dji rèzista conte deûs-ôtès feumes ki m’apougnît po lès brèsses et lès djambes; dji m’ difinda di mès pîs èt d’ mès mins come on p’tit foûléyî, tot m’ kihinant come on djonne diâle divins on sèyê d’ bèneûte êwe : i fala ki l’ mêsse abrocahe sor mi avou 'ne coriante wèzîre ki m’ fa toûrner deûs' treûs fèyes åtoû dès rins. Ci cråne ranfôrt la finiha l’ trûlêye. On n’ såreût creûre kéle fwèce d’årgumint, kéle lokince i gn a d’vins 'n baguète di så ou d’ neûhî, surtout si èlle èst mètowe èn-oûve par in-ome k’a goûrdjî on hûfion d’ trop ! … Dji moussa è l’ gayoûle tot tchoûlant èt tot tronnant.

Come a ciste-âdje la on s’a bin rade conzôlé di bêcôp di p’tits-accidints, dji continouwa d’î aler tos lès djoûs sins moti; dji n’ poléve pus må dè fé di m’ tièsse, lès côps d’ trike m’avît advêrti, èt dji lès sintéve co.

Dji m’ trova la avou cwinze ou saze pitits maçoukèts come mi, båcèles èt valèts tos c’mahîs èssonle : c’èsteût çou k’on lome asteûre ine sicole gårdyinne, k’èst portant bêcôp mî réglêye. On-z-î aprindéve on pô a lére, très pô a scrîre, èt on payîve ine blanmûze (5) li meûs.

Vocial ine pitite lisse dès lîves k’on s’ sièrvéve alôrse po lére :

  1. 1ᵒ Li creûhète,
  2. 2ᵒ Li keûr d’amoûr (6),
  3. 3ᵒ Li lîve di comugnon,
  4. 4ᵒ Li p’tit catricème,
  5. 5ᵒ Li grand catricème,
  6. 6ᵒ Li lîve Djézu-Cri,
  7. 7ᵒ Li lîve micîf (7),
  8. 8ᵒ Lès gazètes,
  9. 9ᵒ Lès Lètes.

A on novê scolî, on lî mètéve dabôrd divins lès mins li creûhète, ki c’mincîve po l’ creû d’ pâr-Dièw, afisse k’i s’ sègnahe divant dè lére; èt po èsse pus-abèye, nos d’hîs simplumint, tot mètant on deût so l’ front: pér....... soit-il; pwis on loméve vint'-sèt' lètes l’eune après l’ôte. Lès deûs prumîres, c’èsteût l’ grand A èt li ptit a. On lès prononcéve come è francès, såf treûs: li v si louméve vu (po nin dîre ; li w si léhéve doblu, èt po l’ z on d’héve zétâ. Après l’ zétâ c’èsteût l’ etc, ki r’prézintéve li conjonccion francèsse et : l’alfabèt' finihéve par li mot est, k’on spèlihéve é-s-t aiss. On d’manéve po l’ mons in' an la dsu !

Çou ki sûvéve l’A-B-C, c’èsteût l’ Notru-pére, l’ Åvé-Maria, li Crois-en-Dieu lè pére, lès c’mandmints d’ Dièw èt d’ l’Èglîze, pwi lès sillabes ba, bè, bî, bô, bu; ca, cè, cî, etc, imprimêyes so on foyou a pårt.

Ossi vite ki l’ poupåd parvinéve al prumîre rôye dè notru-pére, i rècoréve a dadaye è s’ mohone po anoncî l’ bone novèle; si mére, tote binåhe, n’aveût rin d’ pus håsté ki d’aler dîre a sès wèzènes: mi fi k’è-st-a n-o-note !! Èle lî d’néve deûs-êdants po dès cèlîhes, c’èsteût-st-ine fièsse è manèdje, on magnîve dès pêlêyes di boûkètes.

On pô pus tård, si l’èfant aveût polou lére ou seûlmint spèli a dmèye bin li prumîre pådje tote ètîre, novèle djôye, novèle fièsse; li mame aléve co tchawer tos costés: mi fi k’a toûrné l’ foyou !! Ci djoû la, on féve co 'ne gasgogoye po l’ mazète.

Après l’ creûhète, vinéve li keûr d’amoûr, pitit lîve di noûv ou dî pådjes, tot rimpli d’ l’amoûr di Diu; i cont’néve dès påters, dès-akes di fwè, di contricion, èt dès-ôtes.

Li lîve di comugnon acsègnive çou ki faléve fé divant èt après li c’fèssion, divant èt après l’ comugnon.

Li p’tit et l’ grand catrucème èstît-a pô près çou k’i sont co ouy, ôrmis sacwantès kèstions on pô trop-z-ènocinnes po on sièke di loumîre come li nosse. On-z-a bin fêt di lès sètchî foû; èlle ont stû rèplècèyes pa dès-ôtes pus-a pwèrtêye dèl djonnèsse d’asteûre, k’èst bin pus sincieûse èt pus malène ki nos n’ l’èstîs !

On trovéve divins l’ lîve Djèzus-Cri li nêssance, li vèye, li passion èt l’ mwért di Nosse-Signeûr.Tant k’å lîve micîf, c’èsteût, sorlon mi, onk dès pus-ûtiles. Li c’minçmint mostréve li manîre dè fé dès lètes, èt principålmint dès cisses di comèrce; si gn aveût-i dès modèles imprimés avou dès crabouyeûsès lètes (8). Li dièrin tchapite comprindéve ine istwère abrédjèye di nosse vèye di Lîdje (9).

Ine fèye k’on-z-aveût passé l’ lîve micîf, on-z-èsteût dèdja fîr di çou k’on saveût, paski on v’s féve lére lès gazètes; on s’ pinséve dès p’tits-omes; on-z-èsteût tot ètêt dè poleûr prononcî dès nos d’ vèye ètrindjires d’Almagne, di Holande, etc; come, par ègzimpe, Altenkirchen, Lichtenstein, Ehrenbreisten, Bergottsom......; èt on s’ dinéve li ton dè guèri avou lès grandès djins, çou kèlzî displêhîve assez sovint.

C’est pår cwand on-z-èsteût-st-ås Lètes k’on féve pèter di s’ narène !

Bêcôp d’ djins n’ såront nin çou ki dj’ vou dîre avou çoula; vocial deûs mots d’èsplicåcion.

Li ci k’esteût capåbe dè lére lès papîscrîts, tél ki lès vîs-akes di pårlî, di drossårt, di grèfî, di scriyeû, èt djènèrålmint totes lès målès-ècriteûres di ç’ tins la, k’èstît télmint grabouyèyes k’i lès faléve ad’viner (10), on d’héve di ci-la: il è-st-ås Lètes, c’èst on hiy’tant sudjèt ! Il acwèréve li tite di savant, èt i n’aléve nin pus lon, ènnè saveût ottant ki l’ Mêsse, èt télfèye pus, dihéve-t-on.

Po pårler dès pûnicions, li pus doûce, c’èsteût d’èsse mètou a gngnos ine eûre ou deûs, èt, sûvant l’ cas, i faléve tini lès brèsses è creû èt lès gngnos so ine cowe di ramon. Cwand l’ Mêsse si måv’léve, il aveût on lådje platê d’ bwès k’i t’néve po l’ cowe, si fèréve-t-i brûtålmint avou sol tåcê dèl min dès pôves sicolîs. Ine ôte fèye, c’èsteût-st-on bwèrê d’ rins di ramon, k’i féve sinti di totes sès fwèces so li rvièsse-mwin do p’tit målureûs k’aveût trop djåzé, ou k’aveût v’nou trop tård è scole : on barèteû, on djuråd, onk ki s’aveût batou avå lès vôyes, ènn’aveut so s’ cou tot nou, après lî aveûr disfêt s’ cou-d'-tchåsse ås oûys di tos lès-ôtes.

Mès lèheûs, si dj’ènn’a, pinsront èt dji pinsreû bin avou zèls ki vola dès ransègn’mints assez so cisse bwègne sicole la; di manîre ki dji d’vreû m’ bôrner a dîre avou lès latinisses: ab uno disce omnes. Portant, divant dè pårler d’on deûzinme ètâblismint, dji vou co, a tot risse d’anoyî les ciski vôront lére mès galguizoûtes, rapwèrter sacwantès pårticuliårités ki s’ passèvèt divins l’ prumîre, ki m’a strindou in' an èt dmèye.

1° Li vèye Crustîne (c’èsteut l’ feume dè mêsse) m’aprinda par keûr li dé-prô-fondiss è latin; èt tchake fèye k’on sonéve ine transe, ou k’i passéve in' ètèrmint, èle nos féve mète a gngnos dévôt’mint, èt mi dji rècitéve li såme da David po lès mwérts èt lès morants.

2° Èle nos féve co adjèni a l’ouh, cwand lès corîs dè Prince Honsbrouk anoncît l’arivêye di leû mêsse, èt, tot passant, l’Èvèke-Sovèrin nos d’néve si bènèdiccion.

3° Sint-Grigô esteût l’ patron di tos les mêsse-di-scole; on-z-aveût condjî ci djoû la (li doze di mås'); tchake sicolî èsteût moussî come li dîmègne, èt sovint i striméve ine noûve mousseûre. I r’çuvéve ine banîre, c’è-st-a dîre ine baguète gårnèye di mossê avou des djing’gons dsu (17); on féve ine èspéce di p’tite porcèssion (12) è vinåve, pwis nos-alîs a mèsse al tchapele di Sint-z-Orémusse (13). K’èsteû dj’ håtin, mi, avou m’ bê rodje cou-d'-tchåsse, mès vètès tchåsses èt dès r’lûhantès bloukes di keûve so mes solés ! Après l’ cèr’monrèye li dame nos féve beûre li cafè tot magnant dè pan’hê (14) : on s’ dote bin ki lès péres èt lès méres payivèt tot çoula, èt ki l’ profit n’èsteût nin d’ leû costé.

4° Li vî Stiènon (c’èsteut l’ no dè Mêsse) féve li bårbî; èt s’ fi, dèdja in' ome, tinéve li minme mèstî ki s’ pére. Tos lès deûs, il ahèssît leûs candes è mitan d’ li scole, è nosse prézince, tot s’ divizant tot hôt di traze a catwaze. So ç’ tins la, nos hoûtîs leûs mèssèdjes, nos djouwîs; télfèye nos-aprindîs nos lèçons, èt l’ pus sovint nos n’ aprindîs rén dè monde, nos båyîs. Po horbi leû rézeû, i mètît on drap d’ hièle so li spale dèl pratike; èt si vite ki Crustine aparçuvéve onk di nozôtes k’aveût l’ vizèdje mahuré, èle hapéve ci sacri drapê la, k’aveût sièrvou a fé co traze båbes, èt nos frotéve li boke èt l’ narène avou ! Dji fruzih co, cwand dji sondje a ciste-abominåbe clicote la !

5° Oute di çoula, si ome esteût sôdård di Lîdje ou magneû d’ salåde (15). Lôrsk’i rivnéve d’avu fêt s’ sièrvice, il aveût sovint houmé pus d’ine sopène di pèkèt; adon l’ pôve feume ènn’aveût pèzant, èlle èsteut batowe, èt l’ sôlêye èl féve plorer a tchôdès låmes. Divins ç’ cas la,i nos faléve tini påhûles; nos n’ wèzîs sofler, sins cwè nos-årîz r’çut les contricôps : cès sinnes la fît sonner l’ coûr ås wêzins ki v’nît hoûter ås-ouh.

6° Anfin, nos-avîs d’vins nozôtes ine djonne sote di nêssance, ki s’ mére avôyîve po s’è d’haler. Sovint i lî prindéve dè fouke, ele potchîve tot-avå l’ plèce tot tchantant on baragwin ki personne ni comprindéve; èt tot corant, èle lèyîve toumer dzor lèye çou k’èlle aveût d’ trop è cwèr...... Dji v’s lê la djudjî kél èfèt çoula d’véve fé ! Vos-årîz d’vou nos vèyî turtos apicî nos narènes, tot brèyant : pufkène ! Kéne flêreûr !...... On pondeû k’åreût stu tèmon ènn’åreût moutwèt fêt on plêhant tåvlê (16).


On m’ prinda foû d’ cisse crotêye sicole la po m’ fé intrer d’vins 'ne pus hôte. Cisse cial èstant placèye a l’intrêye dèl vèye, èlle èsteût pus considérêye. Èle passéve po l’ pus hipêye di ç’ tins la; on-z-î aprindéve assez bin, li Mêsse aveût 'ne bèle min, èt lès Calvette, lès Amiable, lès Grenon n’èstît nin co k’nohous (17). Il èsteût fwèrt acalandé po fé dès lètes, dès cwitances, dès suplikes, èt çoula gråtismint, tcharitåvmint. Par måleûr i faléve sicrîre so sès gngnos, pusk’on-z-èsteût-st-assious so des p’tits tchinisses di bancs, k’èstît tot bas, èt lès gngnos vos r’montît djusk’å stoumak.

Après m’avu ègzaminé, i m’ mèta å lîve-micîf, èt çoula m’ècorèdja fameûzmint.

Tchake sicolî, toûr a toûr, cwitéve si plèce po aler r’cwèrder ad’lé lu; i v’s hoûtéve ou i n’ vis hoûtéve nén, ca d’ tins-in-tins i s’èdwèrméve; èt i n’ si fåt nin mèrviyî d’ çoula, c’è-st-ine si rude èt si anoyeûse bèzogne ki d’aprinde a lére a ine årmêye d’èfants !

Télfèye ossi, cwand on léhéve trop bièsmint, i v’s foutéve ine tårtêye. Po dès djeurmints, po dès barètes, i d’néve cåzî lès minmès pûnicions k’è l’ôte sicole; mins çou k’èsteût pé, i v’s féve ridjonde lès bètchètes di vos deûts po fèri d’su avou l’ tièsse d’on scriftôr di keûve d’on pî lon : Ô ! çoula féve on må d’arèdjî ! Di pus', li ci ki s’åreût-st-avizé dè r’sètchî s’ min, atrapéve dès boûv-al-gueûye, i v’s-èl hapéve po 'ne pougnêye di dj’vês, èt l’ kioyéve télmint ki l’ pôve èfant ènn’èsteût tot bablou.I nos dictéve tos lès djoûs foû do prumî lîve ki lî touméve dizo l’ min; i corédjîve nos fåtes sins dîre pocwè, èt sins d’ner nole èsplicåcion so lès dî pårtèyes dè discoûrs. Lès mots suptantif, acdjèctif, vêrbe, analize, etc. èstît dè hébreû po nozôtes; nos pinsîs avu trop pô d’ètinnmint po lès comprinde; i n’èstît al pwèrtêye, dîhîs gn, ki dès crånès tièsses come lès cisses di Lovin, k’avît 'ne si tèribe rinomêye !

So lès cwate a cink ans ki dj’a stu d’zo s’ patronèdje, on n’ m’a måy fêt condjuguer on vêrbe; nos n’ savîs minme çou k’ lès mots condjuguer èt condjuguêzon volît dîre. Mêsse èt scolîs pårlévèt ossi sovint l’ walon ki l’ francès: po l’ trémâ, nos d’hîs deûs pikets sol î, èt l’accint circonfleke, nos l’ loumîs on p’tit teûtê.

Al sôrtîze di cisse sicole la, tot çou k’ dji k’nohéve del grammêre, c’èst k’å pluriyé i fåt adjouter in' s ou in' x, èt télfèye rin. Portant, dji wangnîve todi l’ deûzinme plèce divins lès compôzicions, li fi dè Mêsse èstant tofêr li prumî...... come di rêzon.

On s’î ocupéve on pô d’ djéyografèye; dj’aveû ritnou è m’ tièsse lès capitåles di l’Eûrôpe èt sacwants-ôtès vèyes; mins dji n’ vèya måy ni atlas' ni carte djèyôgrafike.

Di l’ârmètike, on n’è pårléve nin; li djoû ki dj’ cwita, dji n’åreû polou fé 'ne acdicion; dji n’ saveû on pô conter k’al longue croye (18), come mi pôve mére mi l’aveût apris.

On payîve on skélin (60 cintèmes) li meûs, èt, al Tossint, on d’néve ine cahote di vint patårs, ine fèye a fé, li mitan po l’ tchåfèdje.

Al fièsse dè Mêsse, on nos féve dôsser volontêrmint treûs ou cwate patårs, et po çoula nos r’çûvîs on mitchot å boûre èt ine imådje. Les cis k’avît obtinou lès mèyeûs plèces wangnît dès prévilédjes, k’on lome ådjoûrdu dès bons pwints; lès pus-avancis ènn’avît 50, 100, 200, sorlon l’ cas, èt cès chifes la èstît markés podrî l’imådje. Lès prévilédjes sièrvît a ratch’ter ine pénitince. Si v’s-avîz mèrité ine volêye, ou bin d’èsse mètou a gngnos, d’èsse lohî a côps d’ vèdje ou di scriftôr, vos prézintîz voste-imådje, on v’s rabatéve dîh, vint' ou trinte pwints, èt v’s-èstîz såvé.

Tos lès sèmdis, nos d’nîs n’s êdants po Notru-Dame; on-z-èsprindéve deûsp’titès tchandeles a costé di s’ potale, pwis l’ Mêsse ou s’ fi, k’èsteût dozrê a Sint-Biètmé, tchantéve lès nétalèyes di l’Avièdje, èt nos respondîs: ora pro nobis.

Çou k’on-z-aprindéve parfêtmint avou zèls, c’èsteût lès priyires èt l’ catricème. Divant dè t’ni scole, li pére situdîve po s’apriyèster; i s’apontîve minme a pårti po Rome; mins 'ne djonne lurete, k’èsteût d’vins sès-årdeûrs come lu, seûrit l’adawî, mågré k’èle fouhe rossète : nosse dimèye priyèsse èl sipoza.

Dji m’ ritira po fé m’ prumîre comugnon. Li vikêre di Sinte-Feû mi kèstiona, m’accèpta, èt m’acwèrda, po l’ grand djoû, li deûzinme plèce è keûr. Li prumîre aveût dèdja stu dèstinêye å pus ritche, cwè k’i fouhe assez bièsse; mins i mèta on louwis d’ôr tot djène so l’assiète di l’ofrande (gn a d’ l’èsprit d’vins on louwis d’ôr !)...... Dj’î mèta on djène ossi, mins d’ine ôte èspéce; c’èsteût 'ne carmagnole di sîh êdants avou l’ bonèt d’ libèrté dsu (un décime): lès deûs pèces si loukît tot-èwarêyes di s’ trover l’eune ad’lé l’ôte.

On n’ ’nnè voléve nin portant ås priyèsses cwand il agrawît dès p’tits-abondreûts come çoula; å contrêre, on les plindéve co. A ciste èpoke la, il èstît si måltrêtîs par les possèdés ki govèrnît l’ payis, on lzî féve passer dès si lêds moumints, ki, s’il atrapît, ca fèyes, ca d’ôtes, on s’fêt toûr di baston, on n’ lèzî mèskèyéve nin.


Après avu rimpli cisse sinte obligåcion la, dj’ala avou onk di mès frés prinde dès lèçons d’ârmètike, a deûs patårs (12 cintèmes) par catchèt po nos deûs; c’èsteut-st-amon on pôve clawtî dèl tchåssèye di Sint-Linåd, k’aveût, mågré çoula, 'ne fameûse vôgue. Les djins d’hît k’on l’ vinéve houkî d’al Mohone-dèl-Vèye, totes lès fèyes k’i gn aveût 'ne kimèlêye håsplêye divins lès contes do R’civeû. Li bon-ome paréve nos pènes avou on vî rèzeû tot hårdé èt tot-z-arèni; èt d’ tins-in-tins i s’intèrompéve po brêre so s’ feume ki ramtéve avou sès wèzènes: « Têsse-tu, d’héve-t-i, gueûyåde di m’ ci, tchawåde di m’ la ! nos n’ polans rin fé, cåze di ti ! »

Po côper coûrt, nos-aprindîs lès cwate prumîrès régues machinålmint,come dès parokèts, lès rêzonmints estît-inc’nohous. Nos avîz èdåmé lès fraccions, mins come i n’ saveût l’ manîre dè carculer l’ dènôminateûr comun, k’i faléve cwèri di s’ tièsse tot s’ mågriant, nos trovîs çoula trop målåhèy, èt nos pièrdîs l’ gosse.

Téls èstît lès scoles è tins d’ nos grand péres èt d’ nos tåyes !

K’on prinse lès ponnes di lès comparer avou lès cisses d’asteûre: oûy, lès-èfants plorèt po k’on lès lêsse aler è scole; èt di m’ tins on tchoûléve po nin î aler ! I faléve deûs-ans po saveûr lére on pô coranmint; oûy, in' èfant d’ sîh ans, å bout d’ treûs-ou cwate meûs, lét lès gazètes èt scrît dès bèlès pådjes ! N’a-t-on nin dreût di s’ mèrviyî k’i gn åye co des djins ki djèmihèt po ravu l’ bon vî tins ?

Come çoula n’ poléve todi durer, l’ansègnmint divna finålmint métôdike, èt l’ prumî ki s’ î fa r’marker, ci fourit on cèrtin Wilmart, ki djusk’adon aveût vicoté d’ine pitite taviène k’i t’néve a Cronmoûze; èt, come si l’ Bondiu l’inspirahe, di cåbartî i s’ fa mêsse-di-scole, èt i rèyûssiha; i s’î prinda si bin k’il atira tos l’s-èfants dè viyèdje, èt so pô d’ tins il eûrit pus d’ cint scolîs. Cwè k’i seûye è wahê dispôy lontins, dji so binåhe et dji m’ fê on d’vwèr dè sêzi l’ocåzion d’onorer s’ mémwère, tot fant r’sovni d’ lu a mès vî camèrådes di Hèsta, ki m’è såront bon gré, dj’ènnè so sûr, pask’i savèt come mi li grand bin k’il a fêt al djonnèsse; ca, divant lu, on grand nombe di djonnès djins, valèts èt båcèles, ont crèhou, s’ont marié èt ont morou sins savu ni lére ni scrîre. I m’a fêt dèl ponne d’aprinde ki nouk di sès fis ni d’ sès fèyes ni continouwéve l’ovrèdje di leû pére.


Vo m’ la arivé so l’ soû d’ l’annêye 1796. Li govèrnèmint francès ètâbliha dès scoles cintråles, ki n’èstît co wêre ôrgânizêyes so on si bon pî ki lès-Atènêyes èt lès Colèdjes d’ådjoûrdu; mins, mågré leûs dèfåts, èlle ont fôrmé on troupê d’omes di tièsse k’ont fêt pårler d’ zèls tot fant oneûr a nosse payis.

Pô d’annêyes après, l’impèreûr Napolèyon prumî lès mèta djus, èt lès Licêyes prindît leû plèce......Dji m’arète cial et dji lê l’afêre å réze po fé 'ne bonète a Matî (19). Il è-st-inûtile ki dj’è dèye davantèdje so ci tins la, bêcôp d’ sorvicants ènnè savèt ottant èt pus' ki mi so lès tèribes-évèn’mints ki s’î ont passé. Dji lès prèye seûlmint dè radjouter çou k’ dj’ åreû roûvî, èt dji lès r’mèrcihe d’avance (20).




NOTES.


(1) On a prétendu que le mot Coronmeuse signifiait courant de la Meuse, qualification qui pourrait convenir également à tous les points du cours de cette rivière ; les bateliers hollandais en donnent une étymologie plus rationnelle, à mon avis ; ils le font dériver du flamand Krom, bossu, courbé, coudé, et de Maas, Meuse ; et, en effet, antérieurement à la construction du canal latéral, la Meuse fesait en cet endroit un coude considérable.

(2) La maison qui a abrité mon berceau existe encore aujourd’hui à peu près dans le même état : c’est une des plus humbles habitations du quartier, et le seul toit de chaume qui y figure encore. Bien qu’elle fût pourvue d’une arrière-cour avec un autre petit bâtiment servant de buanderie, et d’environ 250 mètres carrés de jardin, mes parents n’en payaient que 10 patacons (47 francs) de loyer annuel ; et en 1790, ils l’abandonnèrent, parce que le propriétaire en avait élevé le prix de 10 à 15 patacons (70 fr. 50). Elle se loue aujourd’hui au moins 300 francs.

(3) Je n’ai qu’un souvenir confus de ce grand événement ; je me rappelle seulement d’avoir remarqué beaucoup d’agitation, d’avoir entendu du bruit, des vociférations, des menaces. Il me semble voir encore un tonnelier, sa doloire à la main, se disposant à enfoncer la porte d’un avocat ; des mères éplorées venaient retirer leurs enfants de l’école, etc., etc.

(4) Aux Bayards, ancien hôpital de fous, qui était situé dans la rue qui en porte aujourd’hui le nom. Voyez les Promenades du docteur Bovy, tome 1, page 27.

(5) Ancienne pièce d’argent depuis longtemps tombée dans l’oubli ; elle valait 5 sous de Liége (30 centimes).

(6) Le titre français était : Petit accord d’amour.

(7) Titre français : Lettres missives.

(8) Caractères gothiques qui étaient assez difficiles à lire.

(9) Cet abrégé commençait ainsi : « Saint-Monulphe allant un jour consacrer une église à Dinant, aperçut en chemin une croix toute brillante de lumière, qui tombait sur un petit village ; et ayant appris que ce village se nommait Liége, il prédit qu’il deviendrait une ville considérable. » Voyez aussi les œuvres de Bovy, tome 2, page 18.

(10) L’art de les déchiffrer se nomme aujourd’hui Paléographie.

(11) Oripeau, clinquant.

(12) Très-anciennement, on disait partèchon, et ce mot est encore en usage dans des localités excentriques.

(13) Le mot Oremus est une corruption du latin Erasmus (Erasme), en wallon, Råss et Råskin. On remarquait dans cette chapelle un tableau représentant le martyre de Sᵗ-Erasme, lequel consistait en un treuil tourné par ses bourreaux ; sur ce treuil s’enroulait les intestins de la victime, couchée par terre les mains liées au dos. Les pauvres mères y déposaient d’ordinaire des bandelettes de toile (binnes di botroûle) en guise d’offrande, pour invoquer l’intervention du saint en faveur de leurs enfants atteints de coliques ou d’autres maux analogues. Mes parents étaient gardiens des clés, et en rémunération de ce que j’y servais la messe tous les jours, ils étaient autorisés à s’emparer de ces ligatures, qui étaient ensuite livrées gratis aux habitants du lieu, pour le pansement d’une plaie, la pratique d’une saignée, etc. Aujourd’hui cette chapelle, avantageusement remplacée par la nouvelle église de Sᵗ-Lambert, a cessé d’être livrée au culte ; elle fait partie intégrante de la belle propriété de M. Masset, bourgmestre d’Herstal. Il paraît que le tableau dont je viens de faire mention a péri de vétusté.

(14) Petite miche de deux liards (3 centimes).

(15) Soldats des anciens princes de Liege. Voyez Bovy, tome 3, page 3.

(16) Tout ce détail est puéril, lecteur bénévole, je l’avoue. Cependant il n’a rien d’exagéré ; il pouvait encore, il y a peu de jours, vous être confirmé par une dame contemporaine qui figurait avec moi dans cette gothique et bizarre institution. Quoique plus âgée que moi de deux ans, elle avait encore bon pied, bon œil ; et, à l’occasion, elle se plaisait à m’entretenir de cette circonstance de notre vie. J’ai lieu de croire que naguère vous vous êtes régalé plus d’une fois chez elle de l’agaçante pomme de terre grillée, que vous arrosiez d’un vieux flacon de chambertin… (Au moment où j’écrivais ces lignes, un fatal avis bordé de noir m’annonce qu’elle venait de payer son tribut à la nature).

(17) Calligraphes renommés il y a quelque trente ans.

(18) Calcul en chiffres romains rassemblés d’une manière arbitraire ; un liard y était désigné par un O, deux liards ou un demi-patar par un trait —.

(19) Cette locution proverbiale peut se traduire par celle-ci : pour en faire des choux ou des raves.

(20) En finissant, je ne puis me refuser la satisfaction de consigner ici, autant que ma mémoire me le permet, les noms de ceux de mes condisciples de l’École centrale, qui se sont fait un nom dans la magistrature, dans l’armée, dans les arts, les sciences, les lettres, etc.

  1. *Bayet (Pierre-Joseph), dessinateur au cadastre.
  2. *Bayet (Thomas), inspecteur du cadastre.
  3. Bayet (Henri), dessinateur, contrôleur à Namur.
  4. *Bertho, agronome.
  5. *Bouhtai, officier, frère du général.
  6. *Brixhe, avocat-général.
  7. Brixhe, général.
  8. *Brodel, officier.
  9. *Chèvremont, ingénieur en chef des mines.
  10. *Closon, docteur en médecine.
  11. *Dandrimont, avocat-général.
  12. De Behr, premier président de la Cour d’appel.
  13. *Demany, secrétaire communal.
  14. *De Montaigne (Jacques), dessinateur et agronome.
  15. *Donéa, dit Donnay, ing.-vérificateur du cadastre.
  16. *Doutreuwe, artilleur.
  17. *Dumont (Jean-Baptiste), géomètre-arpenteur.
  18. *Dumont (Barthélemi), géomètre-arpenteur.
  19. Dumont, notaire.
  20. Favechamps, ingénieur-mécanicien.
  21. *Galhausen (Simon), statuaire.
  22. Groulard, père, conducteur des ponts et chaussées.
  23. *Halkin, ingénieur des ponts et chaussées.
  24. *Hanay, géomètre au cadastre.
  25. *Henri, colonel.
  26. *Hoka, arpenteur.
  27. *Jacques, professeur au Collége communal.
  28. *Keppenne, avoué.
  29. *Keppenne, notaire.
  30. *Keppenne, géomètre au cadastre.
  31. *Lambinon-Duchâteau, échevin.
  32. *Leclerre, insp. des cont. en France.
  33. *Leduc, géomètre-arpenteur.
  34. *Lefebvre (Laurent), peintre.
  35. Lonhienne, sénateur.
  36. *Marie, officier.
  37. *Olivier (Gilles), arpenteur.
  38. *Perot, capitaine dans la garde royale.
  39. Poswick, greffier de la Cour d’appel.
  40. Raikem, procureur-général.
  41. Raikem, professeur émérite.
  42. Raikem, pharmacien.
  43. *Ramoux, ancien bourgmestre de Jemeppe.
  44. *Renard-Chefneux, professeur à l’Académie de peinture.
  45. *Ruthiel, statuaire (ancien berger).
  46. Teichman, gouverneur de la province d’Anvers.
  47. *Verninck, avoué.
  48. *Waltéry (trois frères), industriels.


Le signe * indique les ravages de la mort.

H. FORIR.