Noss wallon â Sénat

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Noss wallon â Sénat
[ 83 ]
Noss Wallon â Sénat [1]

(1886)

So l’air qu’on vout.

1.

C’esteut po l’dih-nouve dè meu d’Maie,
Noss gros bourguimaisse d’Andrimont
Estant â Sénat dérit : « Haie !
» Ji vous v’dire on mot d’noss wallon.
» Deux d’mes collek, sins s’geînner gotte,
» Ont chal crohi l’flamind, ma foi,
» So leu trace, acceptez qui j’rotte,
» Mais mi c’est po v’crohi l’ligeoi.

[ 84 ]

2.

» Li flamind, veiez-ve, po l’joû d’houie
» N’fait qu’dè sèchî l’aiwe so s’molin
» Et n’louquereut-i nin d’on bon ouie
» Qu’on li rsèchahe, il est malin ;
» Il a n’acadèmeie flaminte,
» Des gros subside di chaque costé,
» I li fâret, n’âï noll crainte,
» Bin vite ine université.

3.

» A l’ justice è flamind on plaite,
» Nos loi sont mettowe è flamind,
» C’est todi l’meîmme qu’a faite à faite
» Çou qu’i d’mande et foir haiettemint.
» Poquoi ni fer tot qu’po l’meîmme race ?
» Tandis qu’ l’aute on l’traite â pu mâ.
» On stind tant on coron qu’i casse,
» L’wallon n’seret-ce mâie qu’on bastâ ?

4.

» Si portant li flamind si rmowe
» Pos avu n’ètir contintemint,
» J’sos long d’è nn’è voleur fer l’mowe
» Estant prette à li stinde li main.
» Ji dôret meîmme on côp di r’dohe
» Po l’aspoï d’vins çou qu’vos frez,
» Ca ji sos l’prumî à riknohe
» Qui Flamind et Wallon sont fré.

[ 85 ]

5.

» Sins donc blâmer l’flamind, mi j’pinse
» Qui noss wallon vâ po l’mons mî,
» Et comme on nn’è dit rin ji k’mince
» A d’mander qu’on l’mette so l’meîmme pîd.
» Po l’flamind on est tote oreie,
» On n’fait qui l’sourdeau po l’wallon,
» Et bin volez-ve qui ji v’z’el deie :
» Qui n’ô qu’ine cloque n’ètind qu’on son.

6.

» Veyans, qu’a-t-on fait po nos aute ?
» Absolumint rin ; c’est foirt pau,
» So l’wallon, l’mèïeu des apôte,
» On n’ fait qu’ dè flahi côp so côp.
» On dit qu’ c’ess t’on jârgon d’rouale,
» On laid, mâssi, affreux patoi ;
» Po l’blâmer on inventreut l’diale,
» C’ess t’à qui brait qu’i n’vâ waitchoi.

7.

» Il est grand timps qu’ çoula finihe,
» Qui noss patoi seuie mî traitî,
» Qu’on n’vinsse nin dire qu’i chamossihe,
» Mi ji v’respond qu’il est haitî.
» Qui fâ-t-i po l’rimette è plece ?
» Rin d’aute, qui vos nel rouvîse pus,
» A tappe, tot essonne risquans n’foice
» Pos arroï on trisse abus.

[ 86 ]

8.

» Ji n’dimande nin n’acadèmeie,
» Quoi qu’on âie divins noss wallon
» Des auteur pus savants qu’à d’meie,
» N’s’avans Dèfrècheux, Simonon.
» J’ poreu nn’è loumer à hautelaie…
» Avou les live qu’is nos ont scri
» L’wallon a l’pus grande rinommaie
» Comme dit Littré, Littré d’Paris.

9.

» Grâce à l’ Socièté wallonne,
» Tot l’s’ ans n’ia des concours d’adreut,
» Elle ni r’çût portant rin d’personne[2],
» Ses mimbe païet tot. Di bon dreut
» Sèreut-ce trop dè d’mander por leie
» Ine aidule dè Gouvernèmint ?
» Qui s’direut ji vas po n’bonne feie
» El mette èwal avou l’ flamind.

10.

» Après qu’on l’zi donne quoi qu’on vôë
» Ax flamind j’diret : c’est foirt bon,
» Mais v’savez qui so noss manôë
» N’iâret dè flamind, qu’ n’iâie dè wallon ![3]
» Awet dè wallon so chaque pece,
» Ji creu qu’ci n’sèret nîn pus mâ ;
» Qu’on y pôë lére marqué so cresse :
» El wâde di Diew et d’Saint Linâ. »

[ 87 ]

11.

Li dih-nouve Maie di ciss t’annaie
Ess t’ine dâte qu’on n’rouvîret nin,
Ci jou-là l’patoi fa si’ intraie
A Sènat et l’fa hïiltammint.
Riknohans d’ine pareie aweure :
Qu’â Sènat on vanta l’wallon,
A ci qu’l’a vanté n’s’allans beure,
Vive noss bourguimaisse d’Andrimont ![4]


  1. Cette chanson figure sans nom d’auteur dans le 12e Annuaire de la Société liégeoise de littérature wallonne.

    Les phrases en italique ont été textuellement prononcées à la séance du Sénat du 19 mai 1886, par notre honorable bourgmestre M. d’Andrimont.

  2. Ce n’est qu’à partir de l’année 1887 que le Gouvernement a accordé un subside à la Société de littérature wallonne.
  3. Quand M. d’Andrimont a prononcé son discours, les pièces avec inscription flamande n’étaient pas encore en circulation.
  4. Cette chanson a été soumise au concours donné en 1886 par la Société liégeoise de littérature wallonne.

    Voici ce qu’en dit le rapporteur du jury de concours :

    « Le nᵒ 8, Noss wallon â Sénat, célèbre l’initiative que M. le bourgmestre d’Andrimont a prise cette année de nous défendre au Sénat ; l’intention est excellente et la Société wallonne aurait été heureuse de s’associer aux remerciements de l’auteur en couronnant son œuvre, mais il eut fallu pour cela que la poésie fut aussi spirituelle au moins que le discours de notre champion : c’est ce dont son auteur ne semble pas trop s’être avisé. »

    (Bulletin de la Société wallonne, 2e série, t. XI, p. 348.)