N’ia-t-i pus nouque ?

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
N’ia-t-i pus nouque ?
[ 19 ]
N’ia-t-i pus nouque ?

Divins les terripès annaie
Dè timps dè fameux Bonapâr,
Qwand n’ s’avî l’passâhe des armaie
Is nn’è fît des belle les sôdâr !

Houtez çou qu’i s’ passa ’t’ ine size
D’vins n’ since è pays des âgneux :
Des cosaque allît y prinde gîse,
On bilet nn’è z’i d’néve li dreut.
 
L’ sincî comme si feumme à l’habeie
Qwittit leu viège sins songî
D’ prinde avou leu chervante Mareie…
Is l’leï la po tot sognî.

C’esteut ine belle roslante kimére,
Foite comme on chvâ, on a meîmme dit
Qu’elle aveut déjà fait des guére…
Qui n’ diss t-on nin ? Todi nn’esti
 
Qu’ l’ârmaie arrive, is estît vingte ;
Tos intrant i s’ fet d’ner so l’ côp
Di quoi poleur rimpli leu vinte,
I n’ falléve nin les y d’ner pau.

[ 20 ]


Tot loffant is r’louquet l’ crapaute
Qui les chervéve on n’ sâreut mî,
Qwand is sont stoffés onk comme l’aute
Is conv’net… qu’is ont bin magnî.

Noss ribambelle aveut st’à s’ tiesse
On maisse qui dit : — N’ideie mi vint,
Affaire dè rire allans à kfesse
D’lez l’ bâcelle, elle nos kfess’ret bin.
 
Cischal acceptaie sins fer l’hègne,
Elle mette seul’mint po condichon
Qui l’ confechonnâl sèret l’ grègne[1],
Wiss qui tour à tour is vairont.

L’affaire est tot d’ sûte ètindowe,
S’ètinde ainsi c’est tot novai
Ca n’ jâsît nin, is fit des mowe
Tot s’chervant des sègne des mouwai.
 
Mareie ess t’ossi vite à l’ouve,
Li prumî r’çû l’absoluchon.
Po les autes, taihans nos, ji trouve
Qu’on est d’vant li s’cret d’li kfèchon.

Onk après l’aute is vont st’el heure,
Onk après l’aute is nn’è v’net foû,
Çoula duréve dispôë treus heure
On vèyéve vini l’ ponte dè joû.

[ 21 ]


L’ vingtaimme comme les autes a fait s’ dake,
Li kfèchon est fineie enfin,
On pout dire qui les vingt cosaque
Ont d’lahi leu cour haiettemint.
 
Nos russiens fet n’masse di rireie,
Is n’ sont jamâie si bin d’verti ;
Mais li kfesseuse, li bonne Mareie,
Deut esse rindowe, qui v’ s’è sonne-t-i ?

Portant v’la qu’à l’ bawette elle louque
Les cix qu’elle a si bin kfessé,
Et brait : — Est-ce qu’i n’iè n’a pus nouque ?
Elle voléve qu’on mesrahe li sé.

  1. Grègne, grange, synonyme de heure. En Ardenne, on n’emploie que le mot grègne.