Monique

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Monique  (1925)  by Émile Robin
Monique
[ 1 ]

Monique

À c’ momint là, dji vos cause di là trinte-cinq ans, quand on d’mandeûve à on gamin èwouce qu’il aleûve è scole, i vos respondeûve : « Aus ponts Spalau » ou bin « Aus Fossés ! » ou bin « Emon les Fréres ».

Po les djins d’nos djins, i gn’aveûve qui ces trwès maujones-là.

Mi, dj’aleûve aus Fossés !

Li directeûr d’alôr, c’esteûve monsieû Da… Grand, gros èt fwârt, avou ses grijonants tchfias qui briquinn’t dissus s’ tiesse, ses bons oûys qui lûjinn’t au truviès di grossès bèriques d’ôr, si moustache qui r’tchèyeûve à l’ maniére des vîs Gaulwès, c’esteûve à m’ chonance on’ ome fait esprès po yesse directeûr di scole.

I poleûve awè adon one cinquantinne d’annéyes ! Por nos ôtes, les djonnes, c’esteûve l’ome li pus savant do monde. Les grands, les cias qu’estînn’t dins l’ prumêre clâse, li clâse da monsieû Def… mais qu’on lomeûve tortos « èmon Da… », li vantînn’t tant qui nos choneûve qui nos n’è saurînnes jamais assez po s’ariver jusqu’à là !

Quand nos fiyinnes trop d’disdû è l’ coû, li maisse nos satchè co bin pa l’orèye po nos fait taire ; mais li, i n’avè qu’à s’ mostrer èt on s’djokè ossi rade. Tot l’ monde li respecteûve, tot l’ monde ène aveûve peû, èt tot l’ monde li vèyeûve volti ! Li deuxinme clâse esteûve tineûwe pa monsieû V…

I vique co, èt dj’è lî sowaite d’è co viquer longtimps ! Tél dj’èl a conu volà trinte-cinq ans, tél dj’èl rivwè à-c-t’eûre. I n’ boudje nin ! C’est dins s’ clâse qui nos alînn’t rèpèter les t’chants po les pris. Gn’aveûve ossi monsieû P…, qui nos avinnes lomé : li pus bia des maisses d’aus Fossés ; c’esteûve on’ ome come on tchinne avou one bèle tiesse tote croléye ! Il est mwârt volà saquants anéyes ! Gn’aveûve co monsieû Gr… qui nos apèlinnes « li dompteû ». C’esteûve on p’tit stokasse avou one nwâre baube. Nos tronninnes come des fouyes quand li maisse nos man’ceûve di nos èvoyî didins s’ clâse. Dji vou bin qui gn’a des mwaichès tiesses dins les èfants, mais tolminme, i tapeûve one miète deûr ! Et l’ pus bia d’ tot, si onk di nos ôtes ramasseûve one dispousléye di Dieu l’ père, i n’ waseûve co aler l’ dire à ses parints, pacequi l’aureûve falu ossi leû raconter qui nos èvoyinnes des p’tits boulomes au plafond dismètant qui l’ maisse sicrîjè au tableau. Monsieû Gr… est mwârt, qui l’ bon Diè euche si t’âme !

Li maisse des p’tits, c’esteûve monsieu Gi… Mi passadje didins s’ clâse m’a leyî on bon sov’nir. I criyeûve fwârt, boucheûve sovint avou s’ pougne dissus s’ pupitre èt tènawète su nosse maquète ; mais dins l’ fond i n’esteûve nin mèchant.

One miète lusquet, les pus ganaches, ètur zels, l’apèlînn’t « l’oûy di quiche » ! [ 2 ]

Gn’aveûve ossi monsieû H… qui dj’ lome li dairin pacequi dii vou vo causer pus longtimps di s’ clâse èt d’ ses scolîs d’alôr.

Mais divant d’aler pus lon, dji tins à m’escuser dl les awè mostré come nos les vèyinnes à c’ momint là, car è pirdant d’ l’âge, on comprind mia ç’ qui c’est d’on maisse di scole, èt c’est plein di r’conichance èt avou grand plaijî qui dj’ leû fait one bèle tchapurnéye quand dji les rescontère.

Nos estinnes po l’ mwinse one quarantinne didins l’ clâse da monsieû H…

Paurtîye è deûs divisions, gn’aveûve one quinzinne didins l’ prumêre qu’on lomeûve « li grande » èt vingt-cinq dins l’ôte qu’on lomeûve « li p’tite ». Alez comprinde ça vos Ôtes ! Au prumî banc èt prumî del clâse : li p’tit Henri Guimauve, sètch come one èriesse avou one tiesse qu’aveûve l’air trop pèsante po ses spales. Quand i s’astampeûve po responde, dji pinseûve todis qu’èle aleûve ètrinner s’ cwârps fou do banc. Quéne bolle aus guîyes ! Mais gn’aveûve one saqwè savo didins c’ tiesse là ! Jamais noss’ maisse n’el pirdeûve en dèfaut. I respondeûve à tot, dins les dictéyes zéro faute, tos ses problèmes estînn’t bons, dins l’ géographie, l’istwêre, li dessin gn’aveûve personne à l’ bate !

Nos l’évîyinnes one miète, mais nos estînnes oblidjîs di r’conèche qu’il esteûve pus fwart qui nos. Li maisse li vèyeûve volti èt [ 3 ]nos ôtes, pa dispi, nos l’apèlînnes li « quèquet ».

Li Guss’ Bouffa estait l’ deuzinme ! Bon scolî ossi, c’est li qui r’bouteûve au net les dictéyes au tableau. I scrîjè mia qui l’ maisse.  À tos ses d’vwèrs i fieuve des bias titres en ronde et i nos raconteûve qui c’esteûve si moman qui li apirdeûve ça !

Il aveûve des roslantès massâles come les poupes di bwès qui moman Copette vindeûve dissus l’ martchî au momint del Saint-Nicolet, des bruns tchfias plaqués sus s’ tiesse avou del pomade à la rôse et des grands ouys èwarés. Bon gamin, il esteûve camarâde avou tot l’ monde.

Li rossia David esteûve li trwèsinme ! Dji n’el a jamais pus r’vèyu. di m’ vîye, mais ça n’ m’ètonn’reûve nin qui sèreuve div’nu apoticaire tél’mint qu’il aveûve des p’titès maniéres di bauchèle. Nos ôtes nos ratchînnes co bien sus noss’ t’ardwèse èt l’ rifrotter avou nosse mantche, mais li, il aveûve po ça one bwèsse avou one èponge èt des loques ; èt, à ses brès, i bouteûve des mantches di nwâre doblure po n’nin mannî s’ casaque. À ses croyons èt à ses touches gn’avè todis des longueûwes èt finès pontes. Chaque côp qui finichè do scrîre à l’intche, i r’souwè s’ plume avou on boquet di stoffe èt i ressèrè s’ portè-plume didins one bèle nwâre bwèsse à fleûrs d’ôr.

D’après li, ci bwèsse là v’neûve del Chine. Li clé pindeûwe à on cwardia passé à s’ coû, barlokeûve dissus si stomac. C’esteûve on bon fieu, mais s’ bwèsse di Chine nos a bien fait mau noss’ cœûr !

Gn’aveûve co li bossu Maulèvé, qui mougneûve des boubounes tot l’ timps del clâse èt qu’esteûve li prumî po s’ foute des ôtes ; li grand Laurba qu’aveûve todis one ècherpe è s’ coû èt des tchandèles à s’ nez. Ça c’estè cor on limèro ! Li pingne ni passeûve jamais didins ses tchfias, èt au d’bout d’ on mwès ou deûs, quand s’ papa li côpè s’tignasse, il esteûve li riséye di tot l’ monde avou s’ tiesse à ètages !

È l’ivier come è l’esté, il aveûve on costume di coutil à laudjès rôyes nwâres èt grîjes ; si strwète culote dischindeûve jusqu’au mitant d’ ses bodènes, èt ses grossès tchaussètes, racercîyes au talon avou del linne d’one ôte coleûr, broquinn’t fou d’ ses galoches.

Mais i n’ faut nin rire di ça ; li grand Laurba est div’nu one saquî, il a do vin è s’ cauve !

Li restant, c’estè come tos costés, des scolîs ètur les deûs, ni bons, ni mwais, qui divront tirer leû plan pus taurd come is pôront èt qu’è l’ f’ront quéqfîye bramint mia qu’ les prumîs ! Mais tolminme, dins li p’tite division i gn’aveûve on rèfwarcî gamin qu’on esteûve tot s’baré di trover au mitant des p’tits.

Achîte didins l’ banc i dèpasseûve les ôtes po l’ mwinse d’one tiesse èt d’méye. N’alez nin crwère po ça qui l’ Tur Monique esteûve pus biesse qu’on’ ôte.

Ses parints, des batlîs todis è voyadje, n’avînn’t soyu l’ bouter è scole pus rade, ça fait qu’à quatôrze ans li Tûr n’esteûve nin pus avancî po l’instruction qui des gamins d’ noûf ans.

Alôr, po qui finiche ses scoles, ses parints l’ont léyî adlé s’ grand moman, li vîye Bârbe Magotte, qui d’meureûve è l’ Saraze.

À l’ prumère rècrèyaciyon, nos avans bia assayî del couyoner one miète, mais nos nos sintînnes si flauwes à costé d’li, ses grands bleûws oûys avînn’t l’air si bons qui nos avans candjî d’avis, et po fini nos fiyînnes tortos cèque autou d’ li po qui nos raconte ses voyadges dissus l’ aîwe avou ses parints.

Do côp, à nos oûys, li Tûr Monique esteûve : div’nu li fi d’on grand navigateûr come Christophe Colomb ! Pinsez one miète, on gamin qui cause di Sedan, Givet, Mézières, etc… à nos ôtes qui les trwès quarts n’ avînn’t jamais stî pus lon qui l’ Dodinne !

Si costume di nwâr v’loûr avou des botons d’ nak, i nos choneûve qu’on l’avè fait en Amèrique ; ses solés n’avînn’t nin li minme fôrme qui les noss’ ça fait qui dins nos p’titès tièsses i r’passeûve one masse d’istwêres qui nos avinnes lit didins les imaudjes à one cense. Fou do colé èt des mantches di s’ casaque, si tricoté d’ linne dèpasseûve ; ses tchfias, tot frijîs, avînn’t li coleûr des cwates di batia èt puis i sinteûve li daguet, goût à paurt qui tos les batlîs trinn’ut avou zels !

Tant-i-a qu’au d’bout d’on djoû ou deûs, nos n’aurînnes pus soyu nos passer do Tûr Monique. Po fini, c est li qu’a div’nu nosse [ 4 ]maisse à tortos et quand il aveûve dit : « Nos djouwerans aus dairènes ou au Jean-Bart, à l’ rècrèyacion, nin onk di nos n’aureûve wasu l’ disdire.

Et portant, Monique, si grand èt si fwârt qu’il  esteûve, si lèyeûve mwinrner come on’ èfant pa li p’tit Guimauve. Po Monique, li p’tit Guimauve, prumî del clâse, c’esteûve on gamin au d’zeu di tos les ôtes. En z’èralant à quatre eûres, Monique si fieûve espliquer li raisonnemint des problèmes qu’il aveûve à fait po ses d’vwèrs ou bin l’ maniére do scrire tél ou tél mot d’one dictéye.

Guimauve, li, profiteûve del fwace da Monique po fé donner on bon côp d’ pougne ou deûs aus cias qu’avinn’t co l’ maleûr dè l’apèler « quèquet » ; ça fait qui c’esteûve Monique qui nos dresseûve, mais dins l’ fond c’esteûve li p’tit Guimauve qui moinr’neûve tote l’andèle !

Et les djoûs suvinn’t les djoûs, les eûres di clâse aus eûres di classe et, picote à migotte, nosse pitite tiesse s’implicheûve d’one ritchesse qui nos estinnes lon à s’t’ âge-là do conèche li valeûr.

Nosse bon maisse, qui dj’a todis vèyu voltî, si chèteûve è quate por nos ! Qué brave ome ! S’a-t-i fait do mwais song po des tiesses di cawoûte qui n’èl mèritînn’t nin ! Ci n’esteûve qu’on gnièr di s’cwârps ; ossi i n’a jamais stî craus et i n’ est nin co a-c-t’eûre qui n’a pu qu’à spormwinrner, èt l’ nwâre jaquette qu’è li sèreuve à l’ taye li fieuve co parète pu sètch. D’one grandeû ordinère, il esteûve todis ossi bin habiyî qui les gravures qu’on vwèt sus les gazètes di môde !

Guimauve tinait todis l’ prumêre place èt nos estînnes dèdjà abituwés à l’ casaque di v’lour da Monique ; mais dijoz l’ vrai, gn’a-t-i nin des eûres di scole qui vos ont choné one éternité ? Ah, ls ont bin raison a-c-t’eûre do d’ner condjî aus grandès tchaleûrs ; di noss’ tinps on n’ conicheûve nin ça !

Comint vourîz awè l’ tiesse à studî quand les biesses zels minmes sont maquéyes pa l’ solia ? Noss’ maisse compirdeûve bin l’afère, èt, aus pus pèsantès eûres i nos fieuve pèter on some. On s’ dispierteûve avou des grossès gottes di souweû qui courînn’t dissus l’ visadje et co branmint pus mau qu’avant d’ dwarmu, mais tot ça est yutte, li maisse fieuve ça po noss’ bin, n’è causans pus ! [ 5 ]

Bouffa au tableau pour la dictée, comande li maîsse ! Bouffa sôrte do banc èt en passant i frotte si mwin sins n’n’awè l’air dissus l’ bosse da Maulèvé ; cit-ci qui s’î atindeûve, ritoûne si brès padrî èt fait moussî s’ portè-plume didins l’ fesse da Bouffa qui crîye on gros côp : aye !

Totes les tiesses sont tournéyes do costé da Bouffa qui frotte si fesse avou s’ mwin èt qui fait chonance do chalter en ’allant au tableau.

Qu’est-ce que c’est qu’ ça ? dimande li maisse fin mwais.

C’est Maulèvé, m’sieû, qui m’a piqué avec sa plume !

C’est lui qu’a commencé, m ’sieû !

Comment cela ?

En passant il a frotté sa main sur mon dos et il le fait chaque fois qu’il va au tableau : il dit aux autres que ça lui porte bonheur et comme ça qu’il est sûr d’avoir zéro faute !

Tot l’ monde s’a bouté à rire, noss’ maisse li prumî, et ça stî bon insi.

Attention, je commence ! Les hirondelles… point.

À la ligne, m’sieû ? dimande onc do dairin banc.

Bien sûr, n’est-ce pas, puisque c’est le titre de la dictée !

Parmi les oiseaux migrateurs… virgule… les plus fidèles sont sans contredit…

M’sieû. Boland copie dans son livre !

Barzin, vous me ferez trois fois le verbe : J’accuse les autres ; et vous, Boland, venez m’apportez votre livre !… les plus fidèles sont sans contredit les hirondelles… point.

— Eh bien, Laurba, vous n’avez pas de mouchoir ?

Non, m’sieû, je l’ai oublié !

Là-d’sus Laurba r’nifléye on bon côp ses deûs tchandèles èt pu d’onc di nos ène atrape mau s’ cœûr !

Tot d’on côp, on bouche à l’uche.

Noss’ maisse va vôy, mais i rintère ossi rade po dire à Monique do surveiller l’ clâse do tinps qu’il irè s’espliquer. Mais rin qui l’ tinps do douviè l’uche èt l’ riserrer, li Douard Brisbois, qu’esteûve li dairin do prumî banc, saveûve dèdjà à qwè s’è tinre.

— C’est-one madame avou on p’tit gamin, por mi, c’est-on novia ! Et l’ directeûr est-avou zels !

Ossi rade, do prumî au dairin banc, tos les oûys estinn’t tournés do costé d’ l’uche po vôy intrer l’ novia.

Profitant qui l’ maisse esteûve èvôy, Bouffa, qu’aveûve todis mau s’ fesse, mostreûve li pougne à Maulèvé, mais i d’veûve ossi rade si catchî padri l’ tableau pacequi l’ bossu li caloneûve avou des turchons d’ pome ; Boland et Barzin volînn’t s’apougnî, et quand Monique voleûve marquer les noms des cias qui s’ cotapînn’t li pus fwârt, i lî ariveûve dissus l’ tiesse des bolètes di papî machî !

D’ètinde on parèy trahiyin, li maisse ginné divant l’ madame èt l’ directeur, fieuve di [ 6 ]tinps in tinps aller li clitche di l’uche come po dire qu’il allait rintrer, mais gn’avè rin à fait. Ah ! l’s èfans quand on n’ les tint pus à l’ lache !

Tolminme, volà l’ maisse qui rintère, fiyant passer divant li on djinti p’tit gamin.

Jèsuss-Maria ! come i l’aveûve l’air mwais à c’ momint-là ; eureûs’mint qui s’a maistri (bin sûr à cause do novia), mais dj’el ètind co : « Vous vous êtes conduits comme des enfants très mal élevés, mais vous ne perdrez rien pour attendre ! »

Alôr, noss’ maisse a bouté l’ novia au deuzinme banc ètur Djan Dubwès et Paul Mathy, deûs p’tits gamins bin prôpres èt fwârt bien èlèvés.

Habiyî come on ritche, vos d’voz bin comprinde qu’on n’aureûve jamais wasu l’ bouter adlé Laurba ou bin astoc di Manouche, qui grèteuve todis dins s’ tiesse. Mais avou tot ça, nos n’ savinnes rin dissus s’ compte ! D’èwou v’nait-i ? Comint-ce qu’on l’ lomeûve ? Volà totès afères qui nos nos d’mandinnes ! O, nos vèyînnes bin qui ça n’esteûve nin l’ prumî v’nu ; il aveûve on bia costume marin avou on grand colé d’ bleûwe twâle ragayî d’ blancs galons, on plastron avou one anke brosdé à l’ rodje soûye, des grandès guètes di stoffe qu’è li gripînn’t jusqu’à ses cuisses èt des mitînnes en nwâre linne po tinre tchôd ses pougnets. Ni bia, ni laid, il aveûve li pâle visadje des èfants qui n’ vont jamais à l’air, des grands bleûws oûys, et dissus s’ tiesse one roye di costé paurtajeûve ses blonds tchfias.

En intrant il aveûve rôsté s’bèret, puis ses gants, et, ossi rade didins s’banc, displèyî one serviète di twâle ciréye po z’è sôrti cahièts, portès-plumes èt croyons !

Adon, à cause di li, nos avans r’comincî l’dictéye. Didins s’timps là, on passeûve si cahièt à s’vwèsin, ça fait qu’on coridjeûve les dvwèrs onc di l’ôte. Au tableau, Bouffa n’aveûve nin scrî si bien qui les ôtes djoûs èt on li compteûve quate fautes. Li p’tit Guimauve ène avè deûs èt l’novia deûs ossi. Qu’est-ce qui ça volè dire ? Est-ce qui l’novia aleûve yesse on dandjî po l’prûmère place ? I rîyait djane li p’tit Guimauve quand li maisse a doné l’rèsultat. Didins li minme i sondjeûve : tout-à-l’eûre nos vwèrans bien dins les problèmes s’il est-ossi fwart qui mi ! Nos nos rafiyînnes tortos après onze eûres po causer al sôrtîye avou l’novia, mais c’est seurmint adon qui nos avans stî sbarés do vôy qui s’moman esteûve one si bèle madame. Li maisse, qui nos rèmoinrneûve todis jusqu’à l’place dèl Manôye, nos aveûve quitté on momint po taper one pitite divise avou lèye. C’est d’djà bin lon tot ça, portant i m’chone co r’voy si bia fin visadje èt ses blonds tchfias tot crôlés qui broquînn’t fou di s’tchapia ; ses p’tits solés molières avou des blouke ardjintéyes èt l’grosse tchinne avou des pîces d’ôr qu’èle pwârteûve au pougnet. Oyî, èle esteûve bèle ! Gn’a bin wêr didins nos ôtes qu’ont bachî les ouys quand nos deûs rigléyes ont passé divant lève.

À l’rintréye d’one eûre nos n’causînnes pus ètur nos qui do novia èt di s’ moman !

Padrî l’pupite do maisse gn’avè on grand tableau aclapé à l’muraye. Tos les noms des scolîs estînn’t là suvant l’place qu’is avînn’t gangni d’après les rèsultats d’el samwinne ; mais come i v’nè d’intrer il avè bin falu bouter l’novia li dairin del liste. C’est-insi qui nos avans soyu qu’on l’lomeûve Max Rindel. C’esteûve on bia nom qui n’richoneûve nin du tout aus noss’, èt portant chaque côp qui l’maisse questionneûve li novia i n’manqueûve nin do dire Max Rindel alôr qui por nos ôtes i n’dijeûve jamais li p’tit nom. Nos l’avînnes rimarqué tortos èt ça n’nos aleûve nin !

D’one ôte costé, nos n’è volînnes nin au novia, pacequi dins l’fond nos sintînnes bien qu’il aleûve dismouch’ter Guimauve qui à l’fin nos embèteûve do yesse todis prumî.

On v’neûve do fé des problèmes, mais Guimauve esteûve co à s’t’auje po s’côp-ci ; Max Rindel ène aveûve manqué onc.

Po l’caute di géographie, is avînn’t bauré to les deûs ! Di c’côp-là i cominceûve à tchauffer !

Li lend’mwin, po les d’vwèrs, maximum tos les deûs. I va fé rance sèm’di po les places. Nos transichînnes tortos do yesse ci djoù-là ! [ 7 ]

Vinr’di, dèclamaciyon ; les trwès-quarts di nos ni wâs’nut çauser d’vant l’s’ôtes èt dimeûr’nut come des moyas dissus l’estrade.

Mi dji trouve qu’on divreûve nos dressî tot djonnes à yesse pus francs qu’ça ; c’est vraimint one maladîye do yesse jinné insi po rin du tout. Su tote li clâse, c’est-à pwinne si gn’a quate ou cinq qui s’è r’tirnut.

Guimauve n’a nin peû li et i dèclame « La maison paternelle ». Bouffa ni dit nin mau non plus ; Laurba est là come è s’maujone èt si n’esteûve nin oblidjî do s’arêter mwins côps au mitan d’one phrase po r’satchî s’nez, il aureûve bramint des chances d’awè tos les ponts.

Mais volà l’tour da Max Rindel !

I monte les d’grés èt d’vant do comincî, saluwe, è bachant l’tiesse, li maisse èt tote li clâse ! Guimauve n’è riv’nè nin ! On aureûve étindu one mouche voler ; tos les oûys èt les orèyes estînn’t au laudje ! Adon il anonce li tite : « Le Polichinelle ! » À l’place do d’meûrer comme les ôtes aussi rwèd qu’on piquet, i fait saquants pas à drwète, saquants pas à gauche, ses mwins, ses brès fayenu totes les djesses qui vont avou les paroles, si visadje èt surtout ses oûys pîdenut, tour à tour, l’air gaie ou anoyeu ! Come c’esteûve bia ! I m’chone qui dj’el vwè co ! [ 8 ]

Au prumî rèfrin : bosse devant, bosse derrière, l’une en velours, l’autre en satin, nos riyînn’s tortos è r’waitant Maulèvé qui riyeûve avou nos, mais au deuzinme rèfrin nos estinn’s maqués car des grossès pièles glissînn’t dissus les tènès massâles do bossu.

Max dèclameûve todis, mais on n’el chouteûve pus !

Do prumî au dairin banc, ossi rade qu’avou l’électricité, li mot d’ôrde esteûve doné ; onc lèyeûve tchèr ses sabots fou d’ses pîds, l’ôte tosseûve, one ôte fieûve chonance do stièrni, tant-i-a qui l’maisse, qui s’tineûve dins l’fond del clâse, a compris ci qui s’passeûve èt a fait taire li p’tit Max.

Li pôve gamin quand il a seu qu’il avè fait braire Maulèvé avou s’dèclamaciyon a d’meûré tot pènu èt i voleûve à tote fwace li doner ses pus bèlès afères. C’èst-insi qui padzos l’banc i lî a fait passer si bia taye-touches èt on croyon avou one gôme au d’zeû !

Guimauve esteûve binauje del tournure di l’afère, mais si Max aureûve yeû tchwèsî on’  ôte boquet, bien sûr il èpwarteûve li maximum des ponts. 

Saquants minutes après, li maisse a dit à Max d’aler doner l’mwin à Maulèvé, èt à paurti di c’djoû-là is ont todis stî camarades.

Jusqu’adon tot alè bin po Guimauve, mais tolminme i s’inteûve bin qui n’taireûve pus longtinps li prumère place èt dèdjà on ponte di djalous’rîye li quèquieuve au fond di s’cœûr.

On côp, à l’rècrèyacion, cons’lî pas Guimauve, Monique dit aus ôtes : nos djouwerans au Jean-Bart, c’est Max qui sèrè Jean-Bart !

Come Max ni conichè nin l’djeû, on li esplique qui Jean-Bart dwèt couru après ses fis, mais todis d’sus one djambe ; on pout discandjî, mais n’jamais si sièrvu des deus èchone ; sins ça, qui tos les gamins ont l’drwèt di vos rèmwinr’ner dins voss’ carré à côps d’ècherpes nuquéyes.

I n’ faut nin d’mander si à l’prumère faute les côps d’ècherpes ont tchèyu dissu l’maquète da Max, èt, dji n’minti nin è vos d’djant qui Guimauve esteûve au prumî rang !

One ôte djoû qui gn’avè del nîve didins l’coû, is èmantch’nut one novèle afère ; dji n’sé si les èfants li fay’nut cor à-c-t’eûre, mais c’esteûve on djeû fwart dandjureu. On s’tineûve tortos pa l’mwin po fé one grande tchinne, èt l’dairin s’ascropeûve po s’lèyî trinner pa l’quèwéye qui s’cotwardeûve come on scorlot. Li cia qui mwinrneûve diveûve s’arindji po qui, lancî pas l’mouv’mint del binde, li dairin vègne si taper astoc des murayes.

Bin ètindu, Max diveûve yesse li dairin !

Ci djeû-là estè disfindu, mais ça avè stî tél’mint rade qu’il esteûve dèdjà trop taurd quand l’maisse nos a vèyu, ça fait qui, lachî pa l’quèwéye, Max aleûve si taper dissus one uche del coû ! Il avè stî lancî si fwârt qui ses brès n’avînn’t seû brijî l’côp, ça fait qui s’tiesse è r’dougnant su l’paneau, aveûve fait spiyî deûs caraus do dzeû. Paumé dissu l’momint, si pôve pitit cwârps esteûve dimeuré s’tindu didins l’nîve !

Noss’ maisse, accouru ossi rade, a pris Max didins ses brès èt l’a pwarté èmon l’conciérge ; on li a fait bware saquants gottes d’one saqwè didins d’laîwe èt il a riv’nu tot d’swîte à li. Li maisse èstè blanc come on mwârt èt nos ôtes nos n’savînnes pus causer !

Tolminme nos avans rintré dins nosse clâse èt Max a stî li prumî à rire quand l’maisse li a d’mandé si n’avè pupont d’mau. L’afère finichè bin po tot l’monde ; eureûs’mint qui l’uche èstè là, sins ça, dissu l’muraye, i poleûve yesse touwé !

À onze eûres, c’est-è bachant les oûys qui nos avans passé divant l’moman da Max, mais c’djoû-là ossi, nosse maisse a causé pus longtimps avou lèye.

À one eûre nos fiyînnes tortos bèbèle avou Max, Monique èt Guimauve les prumîs ; et maugré qui Maulèvé li aveûve dit do s’mèfiyî di ces deûs-là, i n’voleûve rin ètinde et n’dimandeûve qu’one chôse, c’est do yesse camarâde avou tot l’monde ! [ 9 ]

Vola l’ feume do conciérge qui vint satchî l’ cwâde ; li sonète va : c’est l’eûre d’intrer. Nosse maisse est-astampé adlé l’uche. D’après s’ visadje nos savans bin à qwè nos è tinre ; gn’a nin oncq qui mouf’téye èt nos pirdans nosse place sins brû. Por mi, nosse maisse a yeu on savon do directeûr èt nos alans payî ça ! Au signal po l’priyére, vos auriz dit tos p’tits boulomes à r’sôrts ; les ôtes djoûs gn’ène aveûve aus dairins bancs qui d’jînn’t seûrmint « ainsi soit-il » quand les prumîs rangs avînn’t fini dispeuy longtimps, mais audjourdu c’esteûve vraimint come on chœûr à l’Manôye !

Maintenant, vous allez tous me faire la carte de Belgique avec les cours d’eaux et les canaux ! Monique vous irez au tableau !

C’est ça, pinse Monique, volà l’punicion qui comince.

Vous avez jusqu’à trois heures pour la [ 10 ]terminer. Ceux qui n’auront pas la moitié des points resteront après la classe pour recommencer ce travail !

Monique souwè des gotes come des pwès, portant, les cours d’eaux c’estè s’t’afère.

Plèyîs è deûs didins les bancs, tos les scolîs fiyînn’t aler plumes èt croyons sus leûs cahièts sins wasu lèver l’tiesse, dismètant qui l’maisse si pormwinrneûve pattavau l’clâse à grandès ascauchîyes. Onc qu’esteûve sèré, c’est l’bossu Maulèvé : il aveûve one masse di boubounes è spotche èt i n’troveûve nin li moyin d’les. tchitchî. Pa deûs côps, il aveûve dèdjà sayî do distachî l’vèt papî d’one caramitche, mais au minme momint li maisse riv’neûve sus ses pas ; po fini il a bouté è s’bouche papî èt tot !

Guiligne, guiligne !!! Volà qu’on sone li rècréyaciyon ! Do côp, totes les tiesses si r’lèv’nut.

Un instant, ne soyez pas si pressés ! Pour vous punir de votre mauvaise conduite de ce matin, vous devriez être privés de récréation cet après-midi, mais je n’irai pas jusque-la ; toutefois, je vous préviens que le premier qui se fera rappeler à l’ordre ne rentrera plus ici, il ira pour huit jours dans une autre classe !

L’autre classe, nos avînn’s bin compris tortos, c’èstè adlé l’dompteû ; ossi è l’coû vos aurîz dit on troupia d’bèdéyes, gn’a nin onc qui boudjeûve èt nos nos causînnes è bachète !

Di nos vôy tortos si maqués, li maisse n’è rivn’eûve nin, èt l’dairène eûre di scole il a stî on n’pout pu djinti avous nos. On a fait l’lèsson d’istwère nationale èt ça nos plaijeûve bin pacequi c’èstè justimint l’passadje èwouce qui Pèpin si mèsure avou on toria.

Voila (dis-ti nosse maisse come conclusion) un bel exemple de courage et d’ énergie !

— One bèle afère di ça ! dijeûve Maulèvé à s’vwèsin avou one air di rire.

Que dites-vous, élève Malevez ?

Je dis, m’sieû, que mon papa connaît un homme qui a fait beaucoup plus fort que Pepin !

Et comment se nomme-t-il ?

— Châles Wérotte !

Ah ! Et qu’a-t-il fait ?

Lui, il est entré sans sâbe dedans la cage du lion ; quand celui-ci l’a regardé, il a ri come un fou et ossi rade que le lion s’est retourné il l’a apiçî par le croupion et démoussé come un lapin !

Tot l’monde s’a bouté à rire èt nos morînnes do criyî bravo po Maulèvé. Quand les riyas ont stî apaujîs, li maisse a espliqué qui gn’avè rin d’vrai là-d’dins, qui ci n’esteûve qu’on coplet d’one tchanson walone ; mais Maulèvé ni vlè rin ètinde èt nos avans co djipé pus fwârt quand il a dit au maisse : « {{lang|fr|En voilà un que vous devriez envoyer dans la classe de monsieû Gro… ! »

À paurti di c’djoû-là, Maulèvé a div’nu onc des prumîs personadjes di nosse clâse, èt grâce à li, nost après-midi a bramint mia fini qu’èle n’avè comincî !

Li moman do p’tit Max a tuzé bien longtimps à c’qui l’maisse li avè raconté à onze eûres. Come d’abitude èle esteûve à quatre eûres divant l’uche po ratinde si gamin. On bondjoû au maisse èt volà qu’èle èva bin rade è suvant les scolîs. Dissus l’pace del Manôye èle ratrape li grand Monique èt èle li d’mande djintimint : « Vous retournez par là, mon ami ? »

Oui, madame !

Alors, nous allons faire le chemin ensemble !

Monique avait pièrdu s’t’alînne ; i s’rècresteûve po roter adlé l’bèle madame, mais dins l’fond il esteûve tot jinné pacequi pinseûve todis qu’èle aleûve lî causer di l’afère d’au matin.

Et vos parents, toujours en voyage ?

Oui, madame ; pour le moment, ils chargent du charbon à Farciennes pour le transporter à Givet !

Ils vont donc passer par Namur ?

Bonne-maman m’a dit qu’ils seraient ici lundi !

Vous devez être bien content !

Oh oui, madame, très content !

Mais votre bonne maman, elle doit déjà être bien vieille ?

Presque 80 ans ! Et elle travaille encore toute la journée comme une jeune !

Est-ce qu’elle s’occupe de vos devoirs ?

Non ! Elle ne sait ni lire, ni écrire ! Il paraît, de son temps, que l’on n’allait pas à l’école ! [ 11 ]Quel malheur ! Mais j’y songe, pourquoi ne revenez-vous pas faire vos devoirs chez nous, avec Max ?

Mais nous n’avons pas les mêmes devoirs ; Max est dans la première division et moi je suis encore dans la deuxième !

Qu’à cela ne tienne, vous vous aiderez l’un l’autre et après vous jouerez ensemble !

Oh merci, madame, en rentrant je vais prévenir grand’maman et demain je vous donnerai la réponse !

Mais si vous alliez de suite là prévenir, vous pourriez déjà venir aujourd’hui !

C’esteûve del mwârt qui Monique v’lè moru.

Écoutez, madame, je vais boire mon café ; ensuite j’expliquerai la chose à ma bonne-maman qui, j’en suis sûr, sera très contente !

C’est entendu, donc Max attendra jusqu’à 5 heures pour commencer ses devoirs ! Vous savez où nous restons, n’est-ce pas ?

Oui, oui, au premier chez le pharmacien là-bas !

Non, c’est au second !

Ah ! très bien !

Monique rôstéye si calote pa saluwer èt spite pa l’reûwe do Pont dismètant qui Max èt s’moman èvont pa l’valéye do Martchî. Monique ni saveûve s’è rawè ! Li moman da Max, li bèle madame, vineûve do li causer ! Combin d’côps aveûve-t-i èviyî nosse maisse quand i l’vèyeuve diviser avou lèye !

Mais qu’alînn’t-is dire les ôtes gamins ? Guimauve, li, qu’avè r’waitî ça tot s’baré, si d’mandeûve si Monique alè r’tourner casaque èt tinre avou Max ! Tot ça passeûve ossi didins l’tiesse da Monique, mais i troveûve on raisonn’mint à tot. Bin sûr, Guimauve avè sît djinti avou li, mais en li fiyant fait l’tchin à Max come i lî aveûve fait fait jusqu’alôr, i [ 12 ]troveûve qu’il èstè quitte ; adon po ses d’vwèrs il aleûve yesse ahiessî on n’pout mia avou Max ; èt puis ça n’poleûve pus rin li fait tos les ramadjes des ôtes gamins car li vwè dèl madame tchanteûve co dins ses orèyes èt l’bia fin visadie èstè co d’vant ses oûys !

Li qui s’arèteûve tofère dissu l’ pont po r’wêti les batias, vol’là qui passe yutte sins tourner l’ tiesse on seûl côp ! I roteûve, sins rien vôy divant li, tél’mint brouyî qui n’n’ aleûve pas l’ boulevard d’au Cwane à l’ place do prinde pa l’ Saraze. I s’ ravisse, passe divant Saint-Djîles et quate à quate gripe les montéyes po z’ariver èmon s’ grand-mére.

Tot è bèvant s’ cafeu il a mètu li vîye Bârbe au courant.

— Ah m’ fi, dijeûve-t-èle, vos avoz brâmint pus d’ chance qui mi ! Apirdoz tant qui v’s’estoz djonne ; pus taurd ça vo vairè à pont ! Mais c’est bin sûr, nèdon, qui vos alez èmon ces diins-là ? C’est qui ça n’ mi va nin fwârt di vos vôy couru les reûwes ; on n’î aprind rin d’ bon, èt puis dj’a todis peû qui n’ vos sorvègne one saqwè !

— Vos p’loz vos tinre tranquille, dji r’vairè ossi rade qui mes d’vwèrs sèront finis !

— Nos vwèrans ça ! Maïs qwè, vos n’ mougnîz dèdjà pus ?

— Non, merci !

— Et les ôtes djoûs i vos faut trwès, quate tâyes !

— Dji n’a pus fwin, dj’èva !

— D’abôr, brouch’tez vos pîces èt s ’rifiyoz one miète vos tchfias !

— Oyi, bone, dji n’î sondjè nin ! Come ça !

— Lèyime vôy !

Monique si plante divant s’ grand-moman qu’è li prind s’ tiesse ètur ses deûs vîyès mwins èt l’ boute one clapante bauje dissus s’ massâle.

— Vos p’loz n’n’ aler, mais riv’noz tot drwèt savoz !

Li vîye Bârbe causeûve co qui Monique esteûve dédjà divant l’ Pîd do Tchestia !

Arivé d’su l’ Grand Martchî, gnavè co on quart divant 5 eûres à l’ôrlodje dèl Régence. Qu’aleûve-t-i fait ? C’èstè conv’nu po 5 eûres èt portant i moreûve do iesse là !

Pa l’ valéye do martchî, il arive à l’ maujone do pharmacien, mais divant l’uche do colidôr, dji n’ sé ci qui lî prind, i passe yutte, si r’toûne on côp ou deûs po vôy si on n’el riwaite nin et volà qui dischin pa Gravère. Ireuve-t-i, n’ireûve-t-i nin ? I n’ sé pus comint fé. Mais co pus rade i sondje qui n’ saurè fait ses d’vwèrs tot seû, qui n’ faut pus qui compte dissus Guimauve ; i r’sondje, i r’sondje à tant d’afères qui prind l’ vôy auddèlong d’ Sambe, rimonte è Biyau, arive dissus l’ Martchî èt deûs minutes après i bouchè à l’uche d’èmon Max.

Ah vous voilà, diss-t’èle li moman è douviant l’uche ! Entrez, Max vous attend !

Ele prind one tchèyère po Monique èt l’ fait achîte à l’ tauve astoke di s’ fi.

Là, comme cela vous serez bien, n’est-ce pas, Arthur ?

Oui, madame, merci.

Come ça lî avè choné bon di s’ètinde apèler pa si p’tit nom !

Maintenant, bon courage ; quand vous aurez fini vous me montrerez votre travail !

Come d’abitude, Max a trové l’ solution di ses problèmes dissus rin d’ timps.

Les cis da Monique estinn’t brâmint pus aujîyes à fé ; portant, sins on côp d’ mwin da Max, i n’aureûve soyu è v’nu à d’bout. Mais come il a rindu pwinne li pôve Monique ! C’est l’ prumi côp qui travayeûve d’ossi bon cœûr.

Les dwèrs finis, Max a criyî après s’ moman.

Ah, voyons, ceux-ci d’abord. Très bien, Max ! Les vôtres maintenant !

Monique one miète jînné pousse si cahiè divant lèye.

Mais c’est très bien, mon ami ! Pourtant, ici il y a une petite erreur ! Ele s’abache po coridjî, ça fait qui les fins tchfias tot frijîs ont caressî li visadje da Monique !

À part cela, je vous le répète, c’est très bien ! Il faudra continuer comme cela et ne pas manquer de venir tous les jours !

Max rieûve do vôy li contint’mint da Monique.

Pour votre récompense, voici chacun une division de chocolat. Papa doit rentrer pour 7 heures, vous pouvez donc jouer jusqu’à 6 heures et demie. Si tu prenais le jeu de construction, Max ?

Je veux bien, moi, maman ! Et toi, Monique ? [ 13 ]

N’importe quoi, Max ; nous jouerons à  ce que tu voudras !

Et vos-les-là tos les deûs adjustant des boquets d’ bwès, Max po fé des façades di maujone èt Monique assayant do fé des batias.

À 6 eûres èt d’mée, i r’prind ses livres èt ses cahiets, dit bonswèr à madame èt à Max èt en route po l’ Sarasse !

— Eh bin, m’ fi ? Dji comminceûve à transi !

— Volà qui dj’ sôrte di d’vailà ! Wêtiz mes d’vwèrs !

— Dji n’ saureûve rin vôy là d’dins, mais tolminme i m’ chone qui ça est brâmint pus prôpe qui les ôtes djoûs ! Vos m’ diroz d’mwin ci qui l’ maisse aurè dit !

— C’est sûr qui dj’aurè « très bien », vos vwèroz !

Alons, tant mieux !

— Et dji dwè i aler tos les djoûs !

— Pinsez vos ? N’iroz nin dèranger ces djins-là ?

— C’est madame lèye minme qu’a dit qui n’ falè nin manquer ! C’est lèye ossi qu’a coridjî mes d’vwèrs (à c’ momint-là i li choneûve co r’sinte li caresse des fins tchfias dissu s’ visadje) èt qui nos a doné do chocolat.

Fait plaijî à si p’it-fi, c’estè gangnî d’embléye l’amitié del grand-mére, èt sins conèche li moman da Max, li vîye Bârbe Magotte li vèyè voltî.

Li lend’mwin, Guimauve, Bouffa èt Max avînn’t « très bien » po leûs d’vwèrs. Ça va tchauffer sèm’di à 4 eûres quand on doûrè les places ! Dins l’ôte division, Monique tot seû aveûve les bonès responses à ses problèmes. Nosse maisse n’el voleûve nin crwère !

Je ne sais pas qui vous a aidé, mais dans tous les cas, je suis heureux du résultat.

— Guimauve si doutè bin d’ l’afère ! À l’ rècrèyaciyon, ni fiyant chonance di rin, il apèle Monique èt lî dit : « Djouwans au biscaucau, nos bout’rans Max li dairin èt nos vwèrans si l’est-ossi fwârt po pwarter les gamins d’su s’ dos qui po fé les problèmes ! »

— Nonna, Guimauve, ça n’ prind pus ! Di c’ côp-ci dj’a vèyu clér ! Dja stî voss’ djouwet trop longtimps, èt mia qu’ ça, dji vos prévins qui c’ est-à mi qui vos auroz à fé si vos fioz cor one sagwè à Max !

— Oh, oh Monique ! C’est l’ bèle madame qui vos fait fé ça ?

— Li bèle madame ni m’a nin causé d’ ça, mais dji comprinds à-c-t’eûre qui c’ n’est qui l’ djalousrîye qui vos cohagne ! Ci qui vos rondge, c’est qu il est-ossi instruit qu’ vos èt qui vos avoz peû po l’ prumère place !

Guimauve, touchî à l’ bone place, n’a pus soyu rin dire.

À paûrti di c’ djoû-là, gn a pus onc dèl clâse qu’a wasu djonde li p’tit Max.

Sins ramadjes et sins brû, li plan del moman avait rèyussi on n’ pout mia.

Tos les sèm’dis, one miète divant 4 eûres, li maisse donneûve les places. Pus d’onc à c’ momint-là sintè s’ cœûr qui tocteûve ! Après c’ qui gn’avè ieu del samwinne, li clâse ètire èstè dins les transes po conèche li rèsultat. Quand les effets ont stî r’boutés, didins les carnassières, li maisse a bouchi saquants côps d’ régue dissu s’ pupitre ; adon il a comincî : Henri Guimauve premier avec 190 points sur 200.

— Crac, il y est co ! dis-ti onc des dairins bancs.

Que celui qui a parlé lève le doigt ! Canivet lève si dwèt.

Ah ! c’est vous, Canivet ! Eh bien, Polidore Canivet (dji r’vwè todi l’ sorîre do maisse quand i d’djè : Polidore) vous me ferez 5 fois le verbe : Je parle à l’école !

Max Rindel, deuxième, 188 points sur 200.

Nin onc n’a dit on mot, mais c’est come si gn’ avè ieu didins l’ clâse one dijinne di grossès moches di ti’chfaus covoltant dissu les caraus po assayî di r’trover li grand air ! Sondjîz one miète, Guimauve n’avè qui deûs ponts puss’ qui li ! Bien sûr, li samwinne qui vint i baur’rè ou Guimauve sèrè batu !

Bouffa, troisième, 160 points. David, quatrième, 155 points, Maulèvè, cinquième, 150 points, etc., etc.

Les ôtes ni comptînn’t nin biacôp èt ça co stî one samwinne di yutte.

Li dimègne a choné bien long à Monique ; ossi l’ londi il esteûve à tchèsse pa l’ Grand Martchî po sayî do tchèr avou Max èt s’ moman po l’intréye.

Ah ! li vîye Bârbe n’avè pus dandjî do li r’comander do fé s’ ligne ni d’ brouch’ter ses pîces ! À-c-t’eûre, ses solés lûjinn’t todi come des murwès, si calotte des dimègnes i l’ bou[ 14 ]teûve tos les djoûs, et il avè tant soyî s’ grand-mére qu’èle avè fini pa lî ach’ter one paire di gants.

È scole, li maisse èstè contint ; les scolîs travayînn’t di bon cœûr èt à l’ rècrèyacion nos djouwînnes paujèrmint. Guimauve èt Max lûtinn’t po l’ prumère place et Monique avancè d’on banc causu totes les samwinnes.

Mais por li, c’estè à 5 eûres li pus bia momint del djournéye. Del naît i s’ dispierteûve è sondjant à çà, èt au matin quand i s’ lèveûve, i transichè come on foû après c’ momint-là ! Mwins côps è scole li maisse dimandeûve : « Eh bien, Monique ! à quoi pensez-vous ? À vos parents ? »

Oui, m’sieu, respondeûve-ti, èt ossi rade i bachè les oûys dissu s’ cahièt.

On djoû, è r’cinant, i dit à s’ grand-moman : « Dji voureûve bin pwarter one saqwè au p’tit Max ; dji djouwe avou ses afères èt mi dj’arive todi avou rin du tout !

— Qu’è li pwatrî ? Pirdoz vosse djeu d’ paciyince !

— Li cinque est bin pus bia qui l’ minque, alez !

— Vosse toupîye à musique ?

— I n’n’a one qui toûne dissu l’ bwârd d’one jatte !

— D’abôr, s’il a tot ça, i n’a pus dandjî d’ rin !

— Sia, c’est ça wê qui dj’ voureûve bin lî pwarter (èt i mostère dissu l’ètagère one tasse en pôrcilînne à fleurs avou li mot « Amitié » en lètes d’ôr).

— Ça ! Jamais d’la vîye, c’est-on sov’nîr di voss’ grand-pére ! Et quand minme, est-ce qui des gamins djouw’nut avou des jattes ?

— Poquè, nin ?

— Non, mille côps non, i n’ faut nin i sondjî !

— Qué damadje, i sèreûve si binauje ! Portant vos n’n’ avoz co d’s’ôtes di sov’nirs da n’ faut nin : grand-papa ! Ci p’tit-là m’a bramint aidî, sins li dji sèreûve co on grand baudet !

— Puisqui c’est-insi, pirdol,  voss’ grand-pére ni m’è voûrè nin !

— Merci, bobone, èt i li sautèle au cô.

Avou l’ tasse èvolpéye dins on boquè d’ gazète il arive tot fiér èmon Max.

Voilà, madame, ce que grand-mère a doné pour vous !

Madame disfait l’ papi èt mostère si contint’mint à Monique è li d’jant : « Quelle jolie tasse ! c’est du vieux Bruxelles. Ah, nos anciens faisaient de bien belles choses ! Je vous remercie, mon petit ami, et vous remercierez votre grand-mère de ma part.

Monique esteûve aus andjes ; vo lî aurîz doné tote li ville di Nameûr qui n’aureûve nin stî pus contint.

Mais, c’ djoû-là, ses d’vwèrs n’ont nin stî si bin faits !

Li djouwèdi del samwinne d’après, Monique passeûve l’après-midi èmon Max. Li madame todi si gaiye d’abitude aveûve l’air tourmintéye. Ele aleûve et v’neûve d’one tchambe à l’ôte, dispindeûve des câdes, les dispousleûve et puis les rembaleûves didins des caisses.

Monique, tot è djouwant, riwaiteûve ça tot drôle ; il aveûve on pwèd su li stomaque, sinteûve bin qu’il aleûve li ariver one saqwè.

Aviès 5 eûres on bwèt l’ cafeu et madame lî aprind qui l’ papa da Max a ieu s’ candj’mint po Lîdje èt qui div’nut quitter Nameûr dimwin ou après, ça fait come ça qui c’èstè l’ dairin côp qui djouwînn’t èchone !

Ah l’ pôve pitit cœûr da Monique, qué côp qu’il a r’çû à s’ momint-là ! Les bonès tartines à l’ gèléye ni savînn’t pus passer didins s’ gozî ! Ni pus djouwer avou Max, ni pus vôy li bèle madame qui coridje si bin ses d’vwèrs… non, i n’ saureûve jamais sopwarter ça, êt, do côp, il lî a choné qu’il esteûve li gamin li pus malèreus del tère !

Après l’ cafeu is ont co djouwé à totes sôrtes d’afères, mais Monique n’î èstè pus.

À 6 eûres èt d’mée, au momint d’èraler, li moman da Max, pirdant l’ mwin da Monique, lî a dit : « Arthur, vous présenterez nos amitiés à votre grand-mère ; vous avez été un bon camarade pour Max et nous garderons de vous un très bon souvenir. »

Moi également, madame, et merci beaucoup de ce que vous avez fait pour moi !

Maintenant, embrassez-vous avant vous quitter !

Dins les montéyes, des grossès lârmes ont spité des oûys da Monique et c’est come on pièrdu qu’il a rintré è l’ Sarasse didins li p’tite tchambe da Bârbe Magotte.

Emile Robin, R. N.