Mi cour

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Joyeux rèspleus  (1899)  by Jean Bury
Mi Cour
[ 11 ]
A M. HONIN, dè l’Légia
MI COUR

AIR : Gastibelza ou Lèyîz-me Plorer (Defrêcheux).

1

Ji n’ainm’rè pus, ji n’sâreus mâye di m’vèye,
J’a trop soffrou !
Tot côp qu’j’a dis : « Haye, i fât qu’ji rouvèye »
Ji m’a sov’nou !
J’a tant d’né m’cour âx cisses qui n’ainm’ront mâye
Qui j’m’a mâdit !
On m’l’a rindou qui c’n’èsteut pus qu’ine plâye !…
I sônne todis. (Bis.)

2

Ji n’ainm’rè pus ; l’amour est on mystére
Qui m’a trompé !
Ji n’voux pus èsse si flâwe di caractére,
Ji m’a r’happé.
Nou rafiya n’aloum’rè pus m’louqueure,
Mi cour m’èl dit ;
Di nolle goglette i n’ârè mâye pus d’keure
I sônne todis ! (Bis.)

3

Divins les mains d’ine mèchante câcarètte
Mi cour plora…
Ax pîds d’ine aute po quî j’âreus fait n’brètte,
Si song cora.
Rin n’a polou, des sottès brîhes des k’méres
El wèrandi,
Et, mâgré tot ! divins les brèsses d’ine mére
I sônne todis ! (Bis.)