Li vïesse

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Li vïesse
[ 102 ]
Li vïesse.

Air kinohou.

1.

J’i m’ dimande si ji poreu bin,
On sé qu’c’est mâlâheie,
Trover n’saquoi qu’on n’avah nin
Chanté traze et traze feie.
Ji creu qu’ j’y sos, j’a dè novai,
V’chal çou qu’i m’boute è l’tiesse :
Po n’nin esse deux chin so n’ohai,
Ji vas v’chanter l’vïesse. (bis)

2.

On vî homme, vos è convairez,
Qui té qu’il est s’mosteure,
Rin qu’en l’veyant vos l’respectrez,
Il est di s’timp, di si’ heure.
Vos li trovez l’air imposant,
Li grand air dè grand age ;
Meîmme si s’visège aveïhant
Est roiti comme ine cage. (bis)

[ 103 ]

3.

C’est portant triss dè div’ni vî,
So tot vos pierdez gosse ;
On v’dit ine saquoi vos l’rouvîz,
Vos n’magnîz pus vos crosse.
Avou l’pus bai jeu dvins vos main,
Vos dvez co dire : ji r’boute,
Ca s’vos jowez, v’gâgnîz sovint
Li pus belle des déroute, (bis)

4.

Si v’s’allez vite, vos v’trèbouhîz,
Sovint ainsi l’atome,
Et dvins vos n’sâriz pus hagnî,
Qwand ç’sèreut l’pus belle pomme.
Adam s’l’aveut stu vî assez
L’joû qu’Eve è nn’i dna st’eune,
Il âreut dit : Sour, vos r’passerez,
J’aîmme co mî n’souwaie preune. (bis)

5.

Si vos v’risquez d’ dire on respleu,
Crac, vola l’voix qui v’mâque ;
Po v’s’è sèchi sins fer nou pleu,
I fâreut st’on murâque.
Si v’dansez, c’est co pus risquant,
Louquîz, c’est d’vos qu’on reie ;
Vos avez l’ cogne d’ine éléphant
Qui rotte so des boteie. (bis)

[ 104 ]

6.

C’est tot â pus si v’polez co
Rire ; en l’fant v’s’estez lwègne,
Vos v’fez pus laid qu’on mârticot,
Voss ria n’est qu’ine hègne.
Avou l’vïesse, tot les mèhin
Ont toumé so voss tiesse ;
On n’vis acompte pus qu’ po n’ingin,
Vos n’estez pus n’ahesse. (bis)

7.

La Rochefoucauld, savant sincieu,
Po les vîx n’est nin tére ;
Qwand is sont div’nou tot houpieu,
Qu’is crèhet st’après tére,
I dit qu’ s’is volet consî l’bin,
Houtez-le, âh ! c’est bin simpe,
C’est sûr pace qu’is n’valet pus rin
Po dner des laids eximpe[1]. (bis)

8.

Çou qui n’divreut nin l’esse est reut,
Vos jambe sont comme des beie ;
I fâ portant qu’ vos cherrîsse dreut
Avou des sfaitès skeie ;
Ca vos sârez qu’on n’deut poirter,
Mettez v’s’el bin el tiesse,
Qui qwand elle li sé mèriter
Dè respet à l’vïesse. (bis)

[ 105 ]

9.

Et portant kibin n’iè n’a-t-i
Qui, passé l’cinquantaînne,
Si pondet leu visège blèmi ?
I n’iè n’a st’à dozaînne.
Mais c’est des fâs qwârjeu çoula,
C’est des moncœur à frawe,
On pout dire à ces moncœur là :
V’n’estez qu’des Saint Mâcrawe. (bis)

10.

Qui v’dimeure-t-i d’vos vî dazot,
Fâs jonnai, j’a l’ideie
Qu’is sont si foirt qui v’polez co
Crohî, quoi ? del boleie.
Kimint v’s’estez bons à rploï,
Et v’volez fer l’aimmâbe,
Sèïz sur qu’on va v’s’èvoï
Fer l’crâne âx incurâbe. (bis)

11.

Qwand on n’est pus du tout vigreux,
Qu’on est divnou halcrosse,
Ci n’est pus l’timp d’fer l’amoureux
Et d’ dire : j’a co dè gosse ;
Ca si n’rusaie vis dhève : c’est bon,
Jan, jâsez, qui volez-ve ?
Vos dvrîz li responde, quél affront !
Ah ! madame, si j’poléve ! (bis)

[ 106 ]

12.

Ces vîx sot la n’comprindet nin
Qu’on n’pout nin tofér esse,
Li ci qu’vout fer l’jônne après s’timp,
Tome bin vite è nn’ennblesse.
Allez è don, k’frâillés luron,
Solve senescenteme ![2]
Ramassez bin vite vos coron,
V’s’estez n’corôë iteme. (bis)


  1. Les vieillards donnent de bons conseils quand ils ne peuvent plus donner de mauvais exemples.

    (Maximes de La Rochefoucauld.)

  2. Vers d’Horace, passé en proverbe :

    Solve senescenteme mature sanus equum.

    On n’en cite d’ordinaire que le premier hémistiche.