Li marlacha

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Li marlacha
[ 39 ]
Li Marlacha.

Qwand on monte ine since on a sogne
Dè prinde, mais vos l’savez déjà,
L’vârlet qui fait tote les besogne
Et qui poite li no d’Marlacha.
 
On sé qu’on nn’a todi mèsâhe,
Pace qu’a tot fâ qu’pôë mette les main,
Ossi qwand d’onk on est binâhe
Ess t-i compris d’vins l’wahilmint[1].

Deniss esteut n’ovri d’ciss trimpe,
So l’trèvint qwand i s’présinta
A mon l’sincî Geôr, par eximpe,
Èco pus vite on l’accepta.
 
On l’accepta, mais po ciss feie
C’n’esteut d’abôrd qui pos on meu,
A fiss qui les maisse polesse veie
S’i fret leus affaire â mèïeu.
 
Si vite intré, si vite à l’ouve,
Deniss mosteure qu’i sét ovrer ;
I vude les bache, rimplihe les couve,
I fait tot çou qu’on li fait fer.

[ 40 ]

I s’mette à pèler les crompire,
I lave les assiette et les plat,
I r’sèche è boteie del jônne bire,
I ferraie on chvâ sins trava.
 
Avou corège i batte el heure,
Il est coriant comme on nâli,
S’couquant târd, i s’live à noll heure,
L’ovrège n’è l’sâreut fer nâhi.
 
Après avu stierni les biesse,
Il attele à l’cherrowe les chvâ.
Jamâie i n’s’a mostré boubiesse,
Çou qu’i fait i l’fait comme i fâ.

L’sincî d’vant st’aller â voyège
Dit à s’feumme : vla nn’ideie qui j’a :
Comme i fait si bin nost ovrège,
Ègageans d’on côp l’Marlacha.
 
— Houtez, diss-t-elle, n’iat rin qui presse
Dè siner houie ine ègagemint,
Vos savez qu’i deut tni voss plèce
Qwand v’n’estez nin là par moumint.
 
— D’accoird, responda Geôr à s’feumme,
Mais déze houie ji voreu wagî,
Qui qwand ji r’vairet c’ess t’apreume
Qui vos m’consîrez d’l’ègagî.
 
Alôrss sins fer nol aute messège,
L’sincî, qu’a tot prette po çoula,
Li joû meîmme si mette à voyège,
I bâhe si feumme et dit : dusqu’à.

[ 41 ]

Ossi vite qui l’maisse ess t’èvôë,
Li dame qu’ess t’on ptit pau hacha,
Trovant qui tote seule elle s’annôë,
Fait vni dlez leie li Marlacha.


. . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . .

 
Ses coûsse fineie, maiss Geôr rihappe
Li convoi qu’è l’deut raminer,
Ayant ainsi d’manou so tappe
Treu jou, deux nute, tot bin compté.

So l’côp qu’rinteure, s’feumme li fait fiesse
Et li dit tot l’prindant po l’main :
— Deniss a foir bin tnou voss plèce,
Nos polans siner l’ègagemint.


  1. Wahilmint : tous les ustensiles d’une ferme. — S’il s’agit d’une brasserie, Wahilmint signifie le matériel fixé à demeure comme les cuves, chaudières, etc.