Li grandiveuse (1899)/III

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Li grandiveuse  (1899) 
by Théophile Bovy
[ 83 ]
TREUZINME ACKE

Minme décôr qu’à prumîr acke ; On-z-est li londi après l’dîner. — À lèver dè rideau, Daditte et Porai sont-st-essonle di foért mâle houmeûr. Porai qui s’a-st-amusé târd ni s’pout t’ni à l’ovrège ; i fomme si pipe à l’tâve à l’hinche ; Daditte tote abattowe est-st-assowe li coude so l’tâve et l’tiesse so s’main.

[ 84 ]

SCÊNE I

PORAI — DADITTE

PORAI

(I s’vûde ine tasse di cafè)

Jan, ni fer nin n’menne ainsi, vos fer là on visège di procès-verbâl… on direut on pourçai qu’a hagnî d’vins n’seûre pomme… Toratte Emile va rintrer… et s’i v’s veut d’ine houmeûr pareie vos lî frez bin dè l’pônne.

(i vout nn’è vûdî eune à Daditte, elle rêfuse).

DADITTE

Oh ! Emile n’a-st-avu d’keur di m’enn’è fer, lu, dè l’pônne ! Les èfants sont turtos pareie, vos v’s sacrifierez tote vosse veie coérp et âme por zels, vos vôrîz bin l’s ès mette mîx qu’vos n’avez stu et zele, qwand is ont l’âge è l’plèce dè hanter n’saquî d’adreut, ine gins d’leu rang, is vont s’abahî, s’abastârder, taper leus ouyes so des Mèlie Gârnir !

PORAI (i beut)

Heie don Daditte, vos estez sçoïante savez à l’fin dè compte… pa volà l’cintainme feie houïe qui vos n’ram’tez qu’so l’même affaire, vos m’fez n’tiesse comme on sèyai !

DADITTE

Oh ! nos savans bin qu’vos n’avez d’keûr dai vos ! I n’vis è pind nin pus drî qui d’vant, et d’vosse fi vos n’vis è chagrinez nin pus qui si c’esteut l’grand Turc ! 

PORAI

Là, là, allez ! Volà aut’choè asteur ! Vos allez toratte dire qui j’sos-st-on mâva pére pasqui ji n’barbotte nin so Emile tot comme vos ! [ 85 ]

DADITTE

C’est sûr qui v’s estez-st-on mâva pére ! On pére comme i fât espêche ses êfants di s’mette mâ, qwand  i veut qu’is n’vont nin l’bonne vôie. Et vos, vos n’dihez rin, vos m’lèyîz dire tote seûle, vos avez quâsî l’air dè t’ni avou lu… (geste da Porai) i n’fât nin l’noï, ji l’a co bin vêïou hir à l’nute qwand n’s avans rintré et hoûie â matin tot d’junant ! Di pusse, Emile tot nn’allant â bureau, vis a houquî ès l’aute plèce, vos avez jâsé tot bas, tos les deux, on n’âreut dit deux cix qui complotît  on mâva cop.

(Porai stope ine pipe tot douc’mint)

PORAI

Vochal co aut’choè… bin… bin… bin… Vos estez n’drolle savez vos Daditte !

DADITTE

Awè nos savans bin. Wès’rîz-v’s bin dire di qwoè qu’vos jâsîz tos les deux ès l’aute pèce adon… Allons, respondez sins bâbî !

PORAI

(i va esprinde si pipe â fornai)

Di qwoè qu’nos jâsîs, di qwoè qu’nos jâsîs… bin va, ji l’a quâsî rouvî… c’esteut ine biestreie enfin, rin d’conséquent qu’estî sûr !

DADITTE

Poqwoè Emile vis a-t-i houquî foû dê l’couhenne adon ? Vos vèyez bin èdon, qu’vos fiz essonle des calmoussèche et des côps fôrés ! [ 86 ]

PORAI (les reins â feu)

Des calmoussèche… des côps fôrés ! Bin volà n’bonne… A qwoè tûsez-v’ don Daditte po dire des affaires pareie !

DADITTE

Bin sûr qui vos nn’estez â courant dispôie longtimps allez vos di ces fameusès hantreies ! Quélle affaire d’annoïeux, don mon Diu, quélle affaire d’annoïeux ! (geste da Porai) Ainsi vos donrîz vosse consint’mint vos, à c’mariège-là ! Vos l’donrîz ?

PORAI

Jê l’donreus… jê l’donreus… ji n’a nin co dit çoulà… mins pus vite qui dê vèï mi-êfant mâlheureux…

DADITTE

Awê… c’est ça… capitulez dêjà… c’est l’affaire… vos sêrez tos les deux disconte di mi.

PORAI

Ji n’dis nin çoulà.

DADITTE

Bin mi parê, ji voux l’bonheûr di m’fi et jê l’frê, mâgré lu s’i fât, êtindez-v’s ?

PORAI

J’êtinds… Et… et… qui frez-v’s ? 

DADITTE

Çou qu’ji frê ? Ji lî drouvrê les oûyes pusqu’il est aveûle. [ 87 ]

PORAI

L’amour l’a todis stu… hein… ka ji m’sovins bin qu’mi-minme… qwand ji hantéve…

DADITTE

Ci n’est nin l’moumint dê rire… Mi ji n’reie nin, et vos polez t’ni çoulà d’mi, si minme ji sos tote seûle, ji tinrê bon jisqu’à l’fin. I n’sêrê nin dit qui si mam’zelle Gârnir deut div’ni m’belle-feie, ç’ ârê stu avou m’consint’mint, i n’a nou risse…

PORAI

C’est ça jouwez dêjà vosse rôle di belle-mére divant d’l’esse… Vos nn’ê sêrez co eune allez vos po mette ês régimint.

DADITTE

Bin, mi dirîz-v’s bin çou qu’mam’zelle Hortense a d’mons qu’mam’zelle Gârnir asteûr, mê l’dirîz-v’s bin ?

PORAI

Qui sés-je don mi.

DADITTE

Il a dansé hîr tote li sîse avou leie, mâgré les côps d’ouye qui ji lî hinéve et, pasqu’il a toumé qu’mam’zelle Forgeûr aveut d’ l’êgag’mint qwand i s’a stu présinter, i nê l’louque pus du tout, minme qui j’enn’ê fouris si geainnaie qui c’n’est nin dê dire.

PORAI

(si touwai est bouché, el distoppe)

Il a dit qu’on aveut volou lî fer ine affront ; il a mostré qu’il aveut d’l’âme, tot n’les louquant pas, ji nê l’ sâreus blâmer po çoulà. [ 88 ]

DADITTE

Bin taihîz-v’ don ; ine affront. C’est lu qu’a dit çoulà ? C’est ine excusse da sonque. Les Forgeûr sont des gins bin trop comme i fât, i n’a nou risse. Adompuis aprês çou qui l’mére m’aveut dit et l’pére lu-minme, — Vos l’savez bin, â réze, ji v’s l’a raconté. — Vos polez bin pinser qu’ine affaire pareie n’est nin possibe.

PORAI

Awê… awê… vos l’dihez vos Daditte, mins mi, ji n’a nin oïou madame Forgeûr ni mossieu, et ji sés bin qui vos prindez sovint po n’saqwoê d’advinou, çou qu’vos vôrîz bin qu’estahe !

DADITTE

C’est ça, d’hez tot d’on côp qui j’sos n’ sotte !

PORAI (i rajustêye si pipe)

Ji n’dis nin çoulà… vos v’s mâv’lez todis, on n’vis wesse rin dire… mins, ci n’sêreut nin l’prumire feie qui vos prindrîz po d’ l’ôr, dê keûve bin huré !

DADITTE (ê colére)

Taihîz-v’s don Porai, vos estez trop biesse, tênez !

PORAI (saluant)

Toujours les riches. Awê c’est bon, nos savans bin çoulà.

DADITTE (si radoucihant)

Avez-v’s roûvî kimint qu’madame Forgeûr m’a v’nou d’bâchî d’leie-minme po qu’ j’allasse êmon Ruth avou vos et m’fi ! — Çoulà vout tot dire êdon surmint. [ 89 ]

PORAI (hossant les spalles)

Ji n’ sés nin… mins ji sés bin qui mossieu Forgeûr tinéve baicôp à çou qu’ j’allasse â concert po poleûr nos lêyî s’ feumme et s’ feie so les reins, so l’ timps qu’i jouéve si concours di Match êmon Sadet !

DADITTE

Oh ! nos savans bin qui vos avez n’ manire dê comprinde les affaires, vos…

PORAI (il alloume si pipe)

Ji n’ mi mette nin voltîs des sottès ideies ès l’tiesse dai mi Daditte…

DADITTE

Des sottès ideies ! Vos allez toratte dire qui noste Emile ni vât nin bin l’feie Forgeûr !

PORAI

Nosse fi a n’ bonne plêce, i gangue bin s’ veie, tot çoulà c’est vraie, mins l’ feie Forgeûr est riche, et asteûr, quî qu’a dè l’ forteune rikwire sovint quî qu’a des censes.

DADITTE

Li plèce da Emile ni vât-elle nin des censes !

PORAI (i rid’hind à l’tâve)

Sia, mins i n’a co aut’choè (i va s’assîr à l’tâve) et tènez ji v’s va mostrer qu’ vos n’avez nin si raison qu’ vos l’ pinsez (geste da Daditte) — Ni v’s rècriez nin, lèyîz-m’ vis dire. Mettans qui po les censes, comme vos l’ dihez, Emile vâie bin l’ feie Forgeûr, c’est bon ; mins les parints ? [ 90 ]

DADITTE

Kimint les parints ?

PORAI

Bin awè, les parints, nos autes ?

DADITTE

Ji creus qu’ nos n’ estans nin à k’tapper !

PORAI

Ji n’ dis nin çoulà, on est tot l’ monde bon po s’ prix, mins tot l’ monde ni s’ convint nin, et i n’est nin dit qui, çou qu’ vos d’hez po les Gârnir, les Forgeûr nè l’ dihet nin po nos autes !

DADITTE (on pau paf)

Kimint… vos creurîz…

PORA

Vos méprisez bin ces-chal, poqwoè n’ vis mépris’reut-on nin. I n’y a pus di d’fèrince, à m’ sonlance, inte di Forgeûr et mi, qu’inte mi et Gârnir. Forgeûr est on rintî et il a todis stu, Gârnir et Porai n’sont qu’ deux ovrîs ! Et ji n’è rogihe nin savez quéqu’feie ! (s’animant) Ine ovrî vât on rintî, i vât minme mîx, por mi, ka nos autes nos ovrans po tot l’monde et l’rinti n’ouveûre po personne, nin minme por lu !

DADITTE (todis pus paf)

Vos pins’rîz qu’les Forgeûr nos vôrît mépriser.

PORAI

Ji n’ dis nin çoulà, mins c’est bin possibe. Emile dit qu’on lî a volou fer n’affront, il est pus instruit qu’ nos autes, i veut ossi clére qui noucque po çou qu’est d’ çoulà et c’est comme ji v’dis… [ 91 ]

DADITTE

Ji v’s a co dit qu’ ji n’ crèyéve nin Emile… il a dit çoulà po s’racoviè.

PORAI

Vos l’dihez.

DADITTE (si dressant)

Jè l’sârè bin, oh ! jè l’sârè et si ji saveus qu’on m’a volou mépriser…

PORAI

I n’ vis fât nin mâv’ler ; vos l’ fez bin, vos qu’ n’est nin zels ! (on ètind dè brut so l’ pas d’gré) Vorchal Emile, fez n’ gotte ine aute houmeûr èdon !

DADITTE

Ji n’ sâreus asteûr, ji mè nn’ê va.

(Elle sorte à dreute ; Emile inteûre po l’ fond, i va mette si chapai â porte-manteau).

SCÊNE II

PORAI — EMILE


EMILE (l’air annoïeux)

Bonjoû papa.

PORAI

(fant bon coûr so mâlès jambes adlé li stoûve)

Estez-v’ là. Qué novelle ?

EMILE

Volès-là totes papa… [ 92 ]

PORAI

Vos avez l’air bin nâhi, m’fi.

EMILE

(i disfait s’pal’tot et l’mette â porte-manteau)

Nâhi, nenni, annoïeux, awè.

PORAI

I fât prinde corège ; çoulà rottrè mutwoè mîx qu’ vos n’pinsez.

EMILE

Mi mame ni r’vinrè mâie so çou qu’elle a dit, jè l’ kinohe, elle est bin trop grandiveuse.

PORAI

C’est vraie, mins vos sârîz bin pau dire ; vosse mame vis veut voltîs…

EMILE (s’assiant)

Bin c’est por mi èdon qu’ ji m’ mareie, ci n’èst nin po m’mame… Si ji sos mâ toumé, ci sèrè por mi, et ji n’ pous mâ di mâie mi v’ni plainde. Adon c’est sovint l’ vûd bache qui fait grognî l’pourçai, et comme ji gangne bin m’veie… et âddizeûr di çoulà papa, nos nos vèyans si voltîs, Mèlie et mi, si vos savîz qwand nos estans nos deux tot seu…

PORAI (qui veut v’ni Daditte)

Taisse-tu, vochal ti mame.

(Daditte inteûre, Porai par geste invite Emile à aller dire bonjou à s’ mame assiowe à l’ tâve à dreute)
[ 93 ]

SCÊNE III

PORAI — EMILE — DADITTE

EMILE

Bonjoû mame.

DADITTE (freud’mint)

Bonjoû.

EMILE (allant drî s’mére)

Estez-v’s todis mâle sor mi !

DADITTE

Lèyîz-m’ pâhule…

EMILE

Di quélle houmeûr qui vos estez co !

DADITTE

C’est vos qui m’a mettou di c’t’ houmeûr-là, j’esteus hîr joyeuse assez…

EMILE

Vos n’vôrîz nin portant qui po v’s fer plaisir, ji m’allasse taper à l’ tiesse di mam’zelle Forgeûr qui reie di mi !

DADITTE (viv’mint)

I n’fât nin dire qu’on reie di vos !

EMILE

Bin taihîz-v’s don mame, ji sés bin kimint qu’ j’a stu r’çû hîr qwand ji lî a stu d’mander l’mazure… elle mi r’louqua… [ 94 ]

DADITTE

Tot soriant, ji v’s waitîve dai, dè l’kwenne di l’ouye…

EMILE

Tot soriant, awè, mins d’ine air di pitié qui m’a fait bin de mâ. — Que c’est dommage mossieu, je le regrette, mais cette danse est donnée… — Ji fa n’ foèce po lî dire : Et la suivante, mademoiselle ? — Donnée aussi, monsieur, vous venez un peu tard… Pus roge qu’écarlate ji m’risècha, mins j’âreus avu d’né gros po n’ mâie lî avu pârlé !

DADITTE

Elle ni v’s aveut nin surmint dit qui totes ses danses estît d’nnêyes èdon ?

EMILE

Pasqui ji n’a pus d’mandé nolle !

DADITTE

Vos n’vis avez pus r’présinté non pus !

EMILE

Vos vôrîz qui j’ m’avahe co r’présinté parè vos mame ! Bin vos n’estez waire fire savez vos què l’ vout esse tant !

DADITTE

Après çou qu’madame Forgeûr m’a dit j’a mes raisons po creûre qui vos v’trompez.

EMILE

A réze, mame, ji n’ainme nin mam’zelle Hortense, ji nè l’ sâreus-st-ainmer et… qui voléve qui ji lî deie ?…

DADITTE

Awê nos l’savans bin, c’est mam’zelle Gârnir êdon qui v’s fât ! Ine belle piéce ma foê qui vos ainmez-là ! — [ 95 ]Kimint frez-v’s don qwand i v’s fârê noumer mame, li belle Tonton ! Des baix parints ma foê ! Vos v’s avîz n’gotte rilêvé tot-z-apprindant on mestî qui v’s mettéve on rang pus haut qu’ les p’tits ovrîs, c’esteut dêjà d’trope parê, i v’s fât rabahî, vos estez dêjà trop haut à vosse manîre, et po v’s accrapuler vos n’avez trové rin d’mîx qu’ dê chûsi po hanter : mademoiselle Mêlie Garnier ! — Allez don, ji n’ vis rik’nohe pus po m’fi, ci n’est sûr nin m’ sonke qui court divins vos vônnes, vos ravisez surmint vosse pére, ka vos n’avez rin d’ mi, rin dê monde et vos sêrez l’ mâlheûr di m’ vikâreie !

PORAI (à pârt)

Waïe, aïe aïe… Saiwans-nos êvôie, i va ploure so nos autes.

(i sorte sins esse vèïou)

SCÊNE IV

EMILE — DADITTE

(On moumint di pâhulisté)

EMILE (allant à s’mame)

Mame !

DADITTE (plorant quâsi)

Lèyîz-m’ pâhule, allez, vos n’avez d’keûr di vosse mame !

EMILE

Oh ! vos n’ fez nin bin dê dire çoulà. — Jan don mame… raisonnans n’gotte essonle, tênez, — volez-v’s bin ?

DADITTE

Awê vos m’allez prover qu’ j’a toért et qu’ c’est vos qu’a raison êdon ? [ 96 ]

EMILE

Ji v’s va jâser comme jê l’ pinse, vos jug’rez aprês. — Vos m’vôrîz vêï spôser mam’zelle Forgeûr… Poqwoê… C’est pasqui, j’sos vosse fi et qu’vos m’vêyez voltîs. Oh, ji v’comprinds bin allez, n’âyîz nolle sogne. Vos v’s dihez cisse bâcelle-là sêrê riche et m’fi sêrê aoureux. Dê mons vos l’pinsez.

DADITTE

C’est sûr, ji n’ voux qu’ vosse bonheûr, vos nê l’comprindez nin.

EMILE

Oh sia. jê l’ comprinds. C’est m’ bonheur qui vos volez mame, mins vos v’s y prindez mâ…

DADITTE

Vosse bonheur c’est mam’zelle Gârnir parê.

EMILE

Bin lêyîz-m’ don dire. Ji dis qu’ vos v’s y prindez mâ. Houtez-m’ bin… D’abôrd po marier l’ feie Forgeûr i fâreut qu’elle mi volasse bin. — Çou qui n’est nin sûr. —

DADITTE

Oh ! taihîz-v’s vos n’vêyez gotte…

EMILE

Bin lêyîz-m’ don dire… Tênez, mettans qu’elle mi vôîe bin, et mi qui n’ l’ainme nin, jê l’ va spozer ainsi, sins amour, c’est çoulà qu’ vos m’ consîz !

DADITTE

L’amour vinrê-st-aprês. L’amour vint todis. [ 97 ]

EMILE

Nénni mame. L’amour qui n’ vint nin avant l’ mariège ni vint mâie. Emon les gins mariés, l’amour sorte sovint mins i n’inteûre mâie. Et louquîz comme ji sèreus mâlhureux ! Qwand on s’a marié par amour, divins tos les manèges, eximpe chal, on s’ dispute déjà bin sovint. — Qwoè sèreut-ce don mon Diu, divins on manège wisse qu’on n’ s’a mâie ainmé ! Ka adon on n’si sét passer rin oncke po l’aute. Po des chîchêyes les r’proches applovet et c’est la guerre les treus qwârts dè l’veie. — Et c’est c’ sôrt-là, mame, qui vos volez po vosse fi.

DADITTE

Les gins comme i fât ni s’ disputet nin, Mam’zelle Forgeûr a stu trop bin aklèvèye et ci n’est nin vos, pinse-ju…

EMILE

Les gins comme i fât ni s’ disputet nin c’est bon, mins is s’ brognet ine an â long. Est-ce pus bai ! — Adompuis vèyez-v’s, ci sèreut conte coûr qui ji spôs’reus ine feumme po ses censes !

DADITTE

Bin si elle vis veut voltîs portant ?

EMILE

Elle mi l’a bin prové hîr !

DADITTE

(elle rimette li pan et l’bourre ès l’ârmâ)

Oh ! c’est pasqui vos y avez mettou dê l’ mâle volté. Vos avîz mam’zelle Gârnir ês l’ tiesse tot lî pârlant. [ 98 ]

EMILE

Oh ji l’ainme, ji n’vis è l’ cache nin.

DADITTE (avou pitié)

Vos l’ainmez ! Mam’zelle Gârnir ! Et vos n’estez-nin honteux dè l’ dire !

EMILE

Mame, vos l’ haïez à toért, crèyez-m’ bin, si vos l’ kinohîz mîx, vos l’ainm’rîz sûr ossi…

DADITTE

(elle riva à l’tâve puis à l’ârmâ)

Awè, todis sûr !

EMILE

Elle est si bonne, si douce, elle a on si bon caractére. Enfin ji creus qu’avou leie ji sèrè-st-hureux !

DADITTE

Esse-t-i possibe !

EMILE

Si minme ji vâ n’ gotte mîx qu’leie, à vosse sonlant ; si ji sos-st-on mêïeux pârti, comme on dit, leie è l’ sârè bin sinti ossu et elle m’ainm’rè çoulà pus. Adon qui ; si ji spôséve eune qui vâreut pus qu’ mi, j’âreus sogue qu’elle ni mè l’ rapêlahe tot côp bon et ji v’s è l’ jeûre, mame, jè nn’è souffrireus tot plein.

DADITTE

Pinsez-v’ mutwoè qu’eune qui vât mons qu’ vos vis va mette divins dè l’ wate ! C’est bin zels qui s’ètindet à fer assoti ine homme. Fez tot çou qu’ vos volez elles ni sont mâie continne et qwoè qu’on fasse, i fâreut co fer pusse, il avisse qui c’est ine saqwoè qu’on l’s y deut ! Les p’titès gins, ine gotte rilèvés, vos n’ savez çou qu’ c’est. C’est appreume zels des infernâles ! [ 99 ]

EMILE

Ainsi mame, mâgré bon gré, vos t’nez d’avu vosse vîr. Vos n’ volez nin ètinde raison.

DADITTE

C’est vos qui n’vout nin ètinde raison.

EMILE

Mame, vos d’hez qu’ vos m’ vèyez voltîs et vos m’fez bin soffri.

DADITTE

Ji voux vosse bonheûr et jè l’ voux mâgré vos. Qwand ine èfant n’ veut gotte, c’est âx parints à lî droviè les ouyes.

EMILE

Bin qui volez-v’s parè, qui volez-v’s ?

DADITTE

Qui vos roûvize cisse-chal et qu’ vos v’s rissayîze adlé l’aute. Çoulà toun’rè bin vos veurez. (Gârnir inteûre, on l’ètind chanter) Vochal vosse bai-pére, louquîz, admirez-l’.

(elle sorte à dreute)

SCÊNE V

EMILE — GARNIR

GARNIR

Toujours la même pour canger Daditte. — Est-ce mi què l’ chesse êvôie ?

EMILE

Mi mame est d’mâle houmeûr. [ 100 ]

GARNIR

Comme todis.

EMILE

Et Mèlie, qué novelle ?

GARNIR

Mèlie ? Elle esteut toratte mâle sor mi…

EMILE

Poqwoê… 

GARNIR

Oh, po rin, des biestreîies. Pasqui ji féve tourmetter vosse mame hîr tot riv’nant d’mons Ruth. Mins c’ n’est rin savez. Ji lî a dit qu’elle si racosasse… c’est s’mestî leie.

EMILE

Vos, vos n’ vis sârîz cangî, vos mourrez tot riant.

GARNIR

Bin n’ vât-i nin mîx ainsi. — Et vosse papa, wisse esse-t-i ?

EMILE

Il est chal. (houquant) Papa ?

GARNIR

Lêyîz-l’ doêrmi savez, si quéquefeie i féve si prongîre.

EMILE (louquant ès l’couhenne)

Ji n’ pinse nin… Vos l’ chal. 

SCÊNE VI

LES MÊMES — PORAI

GARNIR

Heie quî vola-co, camarâde Lambert. Qué novelle dispôîe hîr ? [ 101 ]

PORAI

J’a dê mâ mes ch’vex, valet, ji n’ m’a polou t’ni â vis di tote li journaie. Mes gravèges sont d’ manous â pont qu’estît sem’di.

GARNIR

Bah, on s’ rattraprè d’main.

PORAI

I fârê bin.

GARNIR

Daditte fait co bin n’seûre menne là.

PORAI

Oh, leie, elle est tofér ainsi.

GARNIR

(i vint s’assîr à gauche dê l’tâve)

Et savez-v’s bin poqwoê ?

PORAI

Elle n’ê sét rin leie-minme.

EMILE (à s’pére)

Qui fait-elle don m’ mame ?

PORAI

Ji n’ê sés rin, elle bardouhêye là ês l’aute plêce.

GARNIR

Buvans-gne on verre ?

PORAI

Çoula nos r’mettrê on pau, hein ?

GARNIR

I mê l’ sonle. [ 102 ]

PORAI (allant prinde li boteie)

Elle n’est co waire vûde, savez.

GARNIR

Nos trouvrans l’fond, n’âyîz nolle sogne. (silence) Ni mettez-v’s nin on verre po Emile ?

PORAI

Buvez-v’s li gotte, Emile ?

(il implihe les verres)

EMILE

Nenni, merci papa.

(i sorte à gauche)

SCÊNE VII

PORAI — GARNIR

GARNIR (buvant)

À vosse santé.

PORAI (buvant)

À la votte.

GARNIR

Savez-v’ bin qui m’ jône frumelle di l’annêye passêye, li belle bronzêye qui ji v’s a mostré, là, et bin elle a houïe mettou on deuzînme oûs. Ji mê l’ va lêï cover. — Volà co on bai colon l’ mâie !

PORAI

Est-ce co oncke qui provint d’vosse cusin ?

GARNIR

Tote mi colêbîre quâsî. Il est portant mâlâheie savez, mins jê l’ fais tant assoti qui finihe todis par mi d’ner çou qu’ji d’mande. [ 103 ]

SCÊNE VIII

LES MÊMES — DADITTE — EMILE

GARNIR

Heie volà Daditte, kimint v’s va-t-i ?

DADITTE (freude)

Va bin.

GARNIR

Oho, ji v’s a ês m’ manche, savez vos…

DADITTE

Awê ?

GARNIR

C’est sûr, passer tote ine dimêye nute â bal comme nos l’avans fait et nin v’ni m’êgagî po n’ seûle danse…

DADITTE

Vos n’ainmez qu’ine danse vos, c’est l’ danse des verres… vos n’avez nin quâsî qwitté l’cand’liette di tote li sîse.

GARNIR

Et vos v’s n’avez nin qwitté l’tâve, c’est pareie.

DADITTE

Awê, c’est n’ saqwoê d’ bai allez, Lambert esteut tot bleu qwand nos avans rintré…

PORAI

Tot bleu…

DADITTE

Awê, vos estîz sau, vos m’ tinîz po l’ bresse et ji l’a bin sintou qu’vos hossîz ; même qui jê nn’esteus si geainnêye po madame et mam’zelle Forgeûr… [ 104 ]

GARNIR

Oho, à propos des Forgeûr, savez-v’ quî c’esteut ci grand-là qu’a dansé hîr quâsî tot l’tîmps avou mam’zelle Hortense ?

DADITTE

Oh nenni, ji nê l’kinohe.

GARNIR

Vos savez bin quî qu’ji voux dire êdon ?

DADITTE

Awê, awê, on grand blond sêchant so l’rossai.

GARNIR

Justumint. Bin c’est ine indgénieûr, qu’est reut sot d’mam’zelle et i parette minme qui les parints d’vet s’ rinde visite… enfin c’est quâsî ine affaire arringêye…

DADITTE (tote amakêye)

Qui d’hez-v’ ?

GARNIR

C’est l’ chervante quê l’ racontéve tot asteûr à Tonton à l’ fontaine. 

PORAI

Oho !

DADITTE

C’est po rire surmint !

GARNIR

Poqwoê sêreut-ce po rire don ! À réze li feie Forgeûr divint d’age à s’ marier savez. Ji sos minme êwaré qu’elle âie rattindou jisqu’asteûr… Ine bâcelle qu’ârê tot plein des meies… Jê l’ dihéve tot asteûr à Tonton, elle a surmint on dêfaut, ka wisse qu’i n’y a des lîves, i n’y a sovint des chesseus. [ 105 ]

DADITTE

Vos m’fez louquî tote lâge !

GARNIR

Louquîz d’vins on traiteu, vos veurez lâge et streut ! Oh ! on va â bal c’est po fer des k’nohances èdon. Mins ces-chal parait-i, c’esteut ine affaire arringeie d’avance. Li galant saveut dê rescontrer l’crapaute et cisse-chal pareie. Mins d’après çou qu’on-z-a dit à Tonton, is d’vît avu l’air tos les deux d’esse èwarés di s’ vèï, pasqui lu n’est nin di d’vès tot chal vèyez-v’s.

(so l’timps qui Gârnir jâse, Emile par geste rappelle à s’ mame çou qu’il aveut dit.)

PORAI

Les casmoussèches qu’on fait houïe po marier les bâbelles. Di m’ timps c’esteut bin pas vite fait.

GARNIR

On d’héve des qué novelle à l’ crapaute qu’ on ainméve, elle vis respondéve awè ou nenni, et l’affaire esteut ès sèche. Â prétimps on s’ mariéve !

PORAI

Mi ji m’a marié ès meus d’ décimbe.

(Daditte passe à dreute avou Emile)

GARNIR

Pasqui vos prindîz Daditte po v’s rischâffer vos pîds vos !

PORAI

Sia, ji m’a marié ès meus d’ décimbe savez. [ 106 ]

GARNIR

Jè l’ sés bin.

(Emile jâse tot bas à s’ mame, cisse-chal a l’air dè n’ nin voleûr l’ètinde, elle si sâve ès l’ plèce à costé, Emile l’y sût.)

SCÊNE IX

PORAI — GARNIR

PORAI

I n’y a dêjà bin des annêyes di çoulà !

GARNIR

Nos div’nans vîx, Lambert, nos div’nans vîx. Portant mi, qwand c’est l’ dîmeigne, qui j’a l’ boûse bin gârneie, ji sos comme à vingt ans savez.

PORAI

Çoulà c’est l’caractére jône !

GARNIR

J’a todis stu ainsi, vos l’ savez bin.

PORAI

Awè, todis joyeux !

GARNIR

On vique si pau, dai fré, à qwoè bon s’ chagriner ? C’est çou qu’ ji m’ dis todis parè mi.

PORAI

C’est vraie, mins on n’ si fait nin fer.

GARNIR

Oh vos sèrîz tot pareie qui mi ; ji sés bin qui qwand vos estez-st-à v’s amuser qu’ vos savez bin rire et dire li vosse ossi, tot comme les autes ! [ 107 ]

PORAI

Oh ! awè po çoulà c’est vraie, qwand j’y sos, j’y sos, ji n’tûse pus à l’heûre…

GARNIR

On n’a qui l’ bin qu’on s’ fait, i s’ fât bin plaire po mori crâs ! (i louque âtoû d’lu) Wisse sont èvôie Emile et Daditte don ?

PORAI

Ès l’aute plèce surmint. — Vos l’s è chal.

SCÊNE X

LES MÊMES — DADITTE — GARNIR

GARNIR

Wisse allez-v’s todis don Daditte, vos n’estez co mâie chul ?

DADITTE

(elle appoête les assiettes qu’elle va mette ês l’ârmâ)

J’a m’ manège à fer dai mi, ci n’est nin comme vos, qwand ji m’a-st-amusé ji n’ dimeûre nin l’leddimain sins rin fer.

GARNIR

Çoula, Lambert, c’est ine atotte por vos.

DADITTE

Po tos les deux allez pinse-ju.

(Emile hairêye si mame, qui, à bout d’corêge lî fait seigne qu’elle consint. Emile accourt dilé s’pére)

EMILE (bas à s’pére, tot joïeux)

Mi mame vout bin, et vos ? vos ossi èdon ? [ 108 ]

PORAI (bas à Emile)

Qwoè ?

EMILE (bas)

Qui ji m’mareie.

PORAI

Kimint vosse mére ?… Mareie-tu.

EMILE (à Gârnir tot saluant)

Mossieu Gârnier, avec le consentement de mes parents, j’ai l’honneur de vous demander la main de Mademoiselle Amélie que j’aime !

GARNIR

Qui racontes-tu ?

EMILE

Ji v’s dimande si vos m’ volez bin d’ner vosse feie è mariège ?

(Porai et Daditte jâset essonle)

GARNIR

I n’a bin dè timps qu’ j’a vèïou d’ qwoè qui ristournéve iute vos deux, mins vraie, ji n’ comptéve nin co qui c’ sèreut si vite.

EMILE

Et bin ?

GARNIR (si dressant)

Volà l’ main m’ fi, ci n’est nin d’houïe qu’on s’kinohe. — Daditte ?

DADITTE

Di qwoè ? [ 109 ]

GARNIR

Vos nos là div’nous quâsî parints nos deux, ni nos abressans-gne nin ?

(il abresse Daditie par foêce, leie aprês côp rihoube si visêge avou s’vantrin)

PORAI

(fait des gesses pasqui Gârnir a rabressi Daditte)

Les deux êfants s’ vêïet voltis, ji creus qui sèront hureux ès manège.

GARNIR

Li mariège est po tot l’ monde li mînme, i n’a des spennes et des rôses tot costé. Mins qwand l’amour y est i r’médeie à baicôp des affaires.

EMILE

Adon ji responds d’nosse bonheûr.

SCÊNE XI

LES MÊMES — MÈLIE (po l’fond)

PORAI (à Emile)

Vochal vosse feumme.

MÈLIE (ni comprindant nin)

Nenni ci n’est qui s’ feie. Bonjoû savez tot l’ monde. — Papa, i n’a l’ coreu d’mon Lakaye qu’est ès l’ mohonne qui v’s rattind. Mi mama m’a-st-èvoï po v’s houquî.

GARNIR

C’est bon qui rattinse. — Mi feie, volez-v’s bin di c’ grand valet-là po voste homme ? [ 110 ]

MÈLIE

Kimint !

EMILE (allant vês Mêlie)

Mèlie, ji vins di v’s dimander ès mariège et nos nos marians d’vins on meus. Nos parints sont turtos d’accoérd !

PORAI

Volà, n’novelle èdon !

GARNIR

Estez-v’s containne ?

MÈLIE (rabressant s’pére)

Oh ! papa !

EMILE (bas à s’mame)

Mame, dihez-lî n’ saqwoè…

DADITTE

Awè…

MÈLIE (à Daditte)

Madame ! Mame ainsi èdon !

DADITTE

Sèyîz n’ bonne feumme di manège mi feie, c’est çou qu’ ji v’s rikmande. Ji m’ va sognî po l’ cafè.

(elle sorte à dreute)

SCÊNE XII

LES MÊMES mons DADITTE

EMILE (corant adlé Mêlie)

Mèlie ! Mèlie !

GARNIR

Abressîz-l’ allez, ji voux bin, et léïe ossu bin sûr ! [ 111 ]

EMILE (l’abressant)

Mêlie !

MÈLIE

Qué bonheûr ! Emile !

EMILE

Mi p’tite feumme !

GARNIR

Vude on pau l’ gotte va Lambert, ka ji sins n’ saqwoê qui m’gateie ês gozî !

SCÊNE XIII

LES MÊMES — TONTON

TONTON (intrant po l’fond)

Jan don Piérre, on v’s rattind savez (vêyant les éfants s’abressî) — Oho !

GARNIR

Divins on meus, Tonton, nos magn’rans n’ crâse crompire â banquet di ces êfants-là !

EMILE (à Tonton)

Si vos l’ volez bin, savez !

TONTON (tote amakêye)

Ie ! ji sos tote amakêye ! Ie mi fi, Emile, ie mi fi ! Quélle surprise ! Vinez chal, jan, qui ji v’s abresse !

(is s’abresset)

MÈLIE

Oh ! mame !

TONTON

(rissouwant n’ lâme avou s’ vantrin)

Sêyîz hureux mes êfants. Et vos m’feie, fez todis comme vosse mére, vos n’ pôrez mâ. [ 112 ]

GARNIR

Vude li gotte à Tonton va Lambert, elle li beurè bin.

TONTON

Après n’ sifaite novelle, awê sûr.

PORAI

Donne on pau quéques verres ainsi Piérre.

GARNIR

Ti m’ prinds surmint po t’ dômestique, toi Lambert.

EMILE

(présintant l’verre à Tonton)

Allons mame, à vosse santé.

TONTON

À vosse bonheur mes êfants. — Mins wisse est Daditte don Lambert ?

PORAI

Elle fait l’cafè, chal ês l’ couhenne. Nos l’ beurans tos essonle.

SCÊNE XIV

LES MÊMES — DADITTE

DADITTE (intrant d’dreute)

Li café est fait, savez !

TONTON

Aha ! Daditte ! Qui v’s aveus-je dit don ? Vêyez-v’s nos êfants ; vos vêyez êdon qui c’est ine destinêye ! (à Gârnir) Pierre ? Et l’coreu don qui rattind !

GARNIR

Li coreu sêrê corou êvôie. Houïe ji n’jâse nin d’ovrêge, ji mareîe mi feie. — Allons à vosse santé Emile. [ 113 ]

PORAI

À vosse bonheûr mi fi. — Tênez Mêlie on p’tit hufion aprês ciste émôtion ni v’s frê nin dê toért.

EMILE

Ji beus à l’santé d’ mi p’tite feumme et d’vins on meus nos frans li pus joyeux banquet qu’on âie mâie fait tot chal !

 

CHANT


Mi p’tite Mêlie comme ji m’ rafeie
Dê vûdî chal quéquês boteie,
Et d’ veie tot l’monde so l’houpo di-guet
À l’occâsion di nosse banquet.

(essonle)


À l’ocoâsion di leu banquet.

GARNIR


Et s’i n’ fât qu’ mi po v’s mette en train
Po qu’on beuse bin
Sêyïz sins pônne jônesse
Et s’i n’ fât qu’ mi po v’s mette en train
Sûr i n’ vis mâqu’rê rin.

(essonle)


Et s’i n’fât qu’ lu po s’ mette en train
Po qu’on beuse bin.
Sêyîz sins pônne jônesse
Et s’i n’fât qu’ lu po s’mette en train.
Sûr i n’nos mâqu’rê rin.


FIN