Li grandiveuse (1899)/II

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Li grandiveuse  (1899) 
by Théophile Bovy
[ 40 ]
DEUZÊME ACKE

Li scêne riprésinte li belle plèce di mons Porai. Ine pwoite è mitan dè l’pareuse dè fond, eune à gauche ; à l’pareuse di dreute : li fornai. A Gauche dè l’pwoite dè fond : ine commôde, avou on chervice dissus ; ès mitan dè l’plèce : ine ronde tâve avou on tapis. Ine sitoûve. Quéquès chèïres â meûr.

On-z-est li dîmeigne â matin. Daditte est èvôie à grand’messe. Emile n’a mettou qui s’neûre pantalon et n’blanque chimihe. A lèver dè rideau, i kwîrre on col ès l’commôde.

Qwand Daditte rinteûre elle est en costume di dimeigne : rôbe neûre, mantai, dit « visite » et chapai gârni d’fleûrs ; gros lîve di messe ès l’main.

[ 41 ]

SCÊNE I

EMILE (kwoirant on col)

Ji n’sés vormint wisse qui m’mame a mettou mes cols !

(silence di quéquès sècondes, i kwîre)


SCÊNE II

EMILE — DADITTE

(riv’nant d’messe)

EMILE (vêyant s’mame)

Ah ! i n’a nou mâ ! Volà ine heûre qui ji kwîre on col, mame !

DADITTE

Vos n’vèyez gotte surmint m’fi ; pas louquîz vollà… chal tot dreut, si c’aveut stu on chin, i v’s âreut hagnî.

EMILE

Bin allez, ji nè l’vèyéve nin.

DADITTE

Ah ! mins les hommes, vos n’trouv’rîz nin d’l’aiwe ès Moûse, dai vos autes.

EMILE

Asteûr, attèllez-mè l’ on pau, si v’s volez bin.

DADITTE (disfant ses wants)

Lèyîz-m’ disfer mes wants todis. Jan vinez chal. (elle attelle li col à s’fi) Oho, vos n’savez nin ? Ji vins dè fer l’vôie dispôie l’èglise jisqui chal avou madame Forgeûr… [ 42 ]

EMILE

Oho, vos n’hâbitez pus qu’des rintîs vos mame !

DADITTE (joyeuse)

Lèyîz-m’ on pau dire… Ji vins don dè fer l’vôie avou madame Forgeûr, nos jâsîs di traze à quatwaze, qwand volà qu’elle mi d’mande si ji n’va nin hoûie â concert èmon Ruth… — Ok nenni, dis-j’ mi, vos comprindez bin qui les concerts et les bals ci n’est pus des berriques di m’timps èdon ! — Ah ! disse-t-elle, j’y va bin mi qu’est pus veie qui vos. — Ah ! mins madame Forgeûr, vos avez n’bâcelle à miner â bal, dai vos. — Bin allez disse-t-elle, si même ji n’aveus nolle j’ireus co, on d’vint bin trop vite vîx qwand on d’meûre tofér divins ses coulêyes… Et vosse fi Emile don n’y va-t-i nin ? — Oh ! dis-j’ ji n’sés mâie wisse qui m’fi va, èdon, les jônes hommes, madame Forgeûr, çoulà spitte chal et là, on n’sét mâie wisse qu’is sont. Nos jâsîs co di tote sôrt, qwand arrivêye adlé s’mohonne, elle mi d’ha : — Jan, madame Porai, ni v’s resserrez nin si foirt, disbâchîz voste homme et vosse fi po v’ni èmon Ruth, nos nos y veurans et nos frans vôie essonle po riv’ni.

EMILE

Et bin disbâchîz m’papa, louquîz mame, si vos volez, ji v’s donrè on côp d’main ; lu non plus n’va mâie nolle pâ, et i vât baicôp mîx qu’i vâie passer s’sîse èmon Ruth qu’â câbaret. Là, dè mon vos v’s amus’rez [ 43 ]

DADITTE

Oh ! c’est on concert di bienfaisance, on-z-ètindrè des chanteus et des chanteuses ; et des huppés savez, enn’a même d’â grand thèâte ! Et puis après, i n’y a bal !

EMILE

C’est l’affaire, et si vos avez-st-îdeie dè fer vos treus pas avou m’papa, i n’tinrè qu’à vos autes !

DADITTE

Awè ! Todis sûr ! C’est vosse mame qui va s’mette à danser ! (avou mystére) Mins ci n’est nin tot çoulà dai m’fi, i n’y a aut’choi !

EMILE

Oho ! et di qwoi don mame ?

DADITTE

Vos n’comprindez rin surmint ; ji sos bin pus fenne qui vos savez mi !

EMILE (flatteûr)

Vos l’avez todis stu dai mame, pus fenne qui mi !

DADITTE

Ah ! mins les feummes ! Et les méres surtout !

EMILE

Et bin qui volez-v’s dire ?

DADITTE

Tot bonn’mint çou-chal, qui madame Forgeûr ni m’a nin ègagî à-z-aller èmon Ruth houïe à l’nute, po-z-aveûr li plaisir di m’veie. Elle mi veut voltîs savez, jè l’sés bin, mins ci n’est nin po çoulà tot seu… [ 44 ]

EMILE

Et poquoi pinsez-v’s ?

DADITTE (souriant)

Vos n’advinez nin ?

EMILE (sérieux)

Ma foi, nenni, nin du tout !

DADITTE (fenn’mint)

N’avez-v’s nin oïou qui madame Forgeûr m’a dit qu’elle alléve â concert avou s’feie ?

EMILE

Sia.

DADITTE

Et qu’elle m’a d’mandé dè d’bâchî m’fi po v’ni avou mi ?

EMILE

Qu’est-ce qui çoulà vout dire !

DADITTE

Oh ! bin vos n’estez nin si malin qu’jè l’creureus savez m’fi. Madame Forgeûr m’a fait ètinde assez clér’mint, m’sonle-t-i, qui ji v’s ègageasse à v’ni èmon Ruth èdon ; et vos pinsez bin, qui ci n’est nin por leie qu’elle tint di v’s vèyî là…

EMILE

Et po quî pinsez-v’s ?

DADITTE (joyeus’mint)

Po mam’zelle Hortense èdon, c’est âheie à comprinde !

EMILE (incrédule)

Vos pinsez qui madame Forgeûr… [ 45 ]

DADITTE

Awè, awè, vos passez tos les joûs âddivant dè l’mohonne di mons Forgeûr ; Mam’zelle Hortense vis ârè r’marqué et comme vos n’estez nin l’prumî v’nou, bin qui c’seuïe vosse mére leie-même què l’dit…

EMILE

Taihîz-v’ allez mame, c’est po rire ; vos polez bin pinser qui madame Forgeûr ni va nin s’chergî leie même dè kwoiri ou galant po s’feie !

DADITTE

Oh ! vos n’savez nin… vos n’polez nin savu dai m’fi… li feie pout bin s’aveûr confyî à s’mére… adompuis qwand j’a stu add’vant-z-hîr payî m’meus d’mohonne, j’a bin vèïou les façons qu’mam’zelle Hortense a fait avou mi ossi èdon ! Seul’mint ni tûsant à rin, ji n’y aveus nin pris astème ; c’est apreume toratte, tot-z-ètindant l’mére qui ji m’a rappellé les façons qui l’feie aveut fait avou mi. Et tot rapinsant à çouchal et à çoulà èdon, et bin por mi l’affaire est clére parè. Et si vos m’volez houter nos îrans houïe à l’nute èmon Ruth.

EMILE (geainné)

Mame, c’est bin mâ toumé, mins ji deus sorti avou des camarâdes, et…

DADITTE (viv’mint)

Oh ! les camarâdes, les camarâdes, is n’vis battront nin èdon.

EMILE

Awè, mins qwand j’a promettou… vos savez bin… [ 46 ]

DADITTE (êwarêye)

Kimint ? Vos rèfusez dè miner vosse mame â concert ?

EMILE

Mi papa v’s y monrê, mon Diu !

DADITTE (sévêr’mint)

Ci n’est nin vosse papa qui j’voux, c’est vos !

EMILE (suppliant)

Pusqui c’est impossibe !

DADITTE (ê colére)

Impossibe ! Impossibe ! Et c’est-st-à mi, à vosse mame qui vos d’hez çoulà ! Oh ! m’fi, oh ! Emile ! Ji n’vis riknohe pus ! Adon qui mi, ji n’tuse qu’à vos, à vosse bonheur, vos, vos m’rèfusez… Oh ! ji m’attindéve bin pau à çoulà !


SCÊNE III

LES MÊMES — PORAI

PORAI

(arrivant tot s’moussant)

Qui n’a-t-i don, qui n’a-t-i, qui brait-on don chal ?

EMILE

Edon papa qui vos volez bin miner m’mame houïe èmon Ruth ?

DADITTE

Ji n’voux nin aller êmon Ruth, ji n’voux aller nollepâ, ji d’meurê ês m’coulêye. Ji n’bog’rê pus foû d’chal.

(elle sorte à gauche)
[ 47 ]

SCÊNE IV

LES MÊMES mons DADITTE

PORAI

Tins, qui s’a-t-i passé inte vos et vosse mére don qu’elle brêyéve ainsi ?

EMILE

Elle vout qui j’vâie houïe êmon Ruth aveu leie. Ni s’a-t-elle nin stu mette ês l’tiesse qui mam’zelle Forgeûr a des îdeies sor mi.

PORAI (êwaré)

Mam’zelle Forgeûr ? Nosse prôpriétaire ?

EMILE

Awê. Et çoulà pasqui madame tot riv’nant d’messe l’a-st-êgagî à aller â concert tot d’hant qu’elle y sêrè aveu s’feie.

PORAI

Et bin, ci sêreut ou bon pârti, m’fi, apice.

EMILE

Vos m’dihez çoulà comme à on chin, vos papa.

PORAI

C’est on bon boquet à crohî.

EMILE

C’est dê l’châr di mouton, ci n’est nin por mi.

PORAI

Qui sâreut-on dire. L’amour, c’est l’amour mon fi.

EMILE

C’est justumint poqwoi parê.

PORAI

Aha, vos avez dêjà tappé vosse côp d’ouye. [ 48 ]

EMILE

Ji n’dis nin çoulà.

PORAI

Vos estez-st-on souwé. Vos estez-st-souwé. Vos nos surprindrez turtos on joû.

EMILE

Sayîz dê tourner m’mame et minez-l’ â concert, pasqui si elle n’y va nin, elle sêrê mâle sor mi.

PORAI

C’est por vos qu’elle y vout-st-aller êdon surmint, ci n’est nin por leie. Pa, allez-y mon Diu, vos v’s amus’rez bin. Et d’vins tos les cas, personne ni sâreut v’s obligî di v’s attêler à l’cotte d’à mam’zelle Forgeur.

EMILE

C’est ine îdeie !

PORAI

Et c’est-st-ine bonne, ka ainsi vos contintrez tot l’monde et nos wârdans l’pâie avou vosse mame.

EMILE

Ji m’enn’ê va savez papa.

PORAI

Awê allez, jisqu’à toratte. Ji dirê à vosse mame qui vos irez êdon ?

EMILE

Dihez qu’j’îrê mutwoi, ji n’voux rin assurer.

(i sorte po l’fond)
[ 49 ]

SCÊNE V

PORAI — DADITTE

DADITTE (intrant po l’gauche)

Est-ce Emile qu’enn’èva ?

PORAI

Awè.

DADITTE

Wisse va-t-i ?

PORAI

Qui sés-j’ don mi. Fer on toûr so l’Batte surmint.

DADITTE

N’a-t-i rin dit ?

PORAI

Il esteut annoïeux di v’s avu fait dè l’pônne… il a même dit qui, po v’s fer plaisir, il ireut mutwoi bin mons Ruth houïe à l’nute.

DADITTE ( joyeuse)

Awè ?

PORAI

I l’a dit.

DADITTE

Et vos ? Vinrez-v’ avou ?

PORAI

Nos veurans çoulà. Po quélle heûre frez-v’s li dîner ?

DADITTE

Po vès ine heûre, comme todis. Enn’allez-v’s ?

PORAI

Awè. Ji m’enn’èva n’miette. [ 50 ]

DADITTE

Wisse allez-v’s ?

PORAI

So l’Batte, comme tos les dimeignes.


SCÊNE VI

PORAI — DADITTE — GARNIR

(Gârnir, pantalon foncé, camisole di laine, blanque chimîhe sins col ; calotte)

GARNIR (intrant)

Bonjoû Daditte et li k’pagneie ! Qué novelle ? Esse-t-on todis d’mâle houmeûr ?

DADITTE (sèch’mint)

Nenni.

GARNIR

On nè l’direut nin. (à Porai) Ji vins vèï valet si vos volez v’ni vèï riv’ni les colons avou mi.

DADITTE

Lambert sortéve justumint.

GARNIR

C’est l’feûte ainsi, nos nn’irans-st-essonle.

DADITTE

Awè mins i n’a nin mèsâhe, Gârnir, qui vos v’néze disbâchî mî-homme po-z-aller waitî après vos colons tot avâ les pavêyes, savez. J’aime mîx qu’i vâie ètinde on bai boquet d’musique â kiosche so l’quai, c’est pus comme i fât, et ji sos sûr, dè mons, qu’i r’vinrè saive.

GARNIR

Et avou mi, i r’vinrè sau, mutwoi ? [ 51 ]

PORAI

Jan, jan, n’vis disputez nin. Pierre ji va-st-avou vos.

DADITTE

Wisse allez-v’s ?

PORAI

Wisse qui ça m’convint, todis, mon Diu !

GARNIR (à Daditte)

Et si on v’s è l’dimande, vos direz qu’vos n’è savez rin.

DADITTE (è colére)

Oh ! vos, ji v’s hés tos les joûs pus !

GARNIR (chantant)

Un ange une femme inconnue !
À genoux, priait près de moi
Et je me sentais à sa vue
Frémir de plaisir et d’effroi !

C’est ainsi qui ji l’aime li mîx parè Lambert, et vos ?

PORAI (pressé dè sorti)

Vinez-v’s ?

GARNIR

Nos estans todis des camarâdes nos deux, èdon Daditte ?

PORAI

Vinez-v’s ?

GARNIR

Awè, en route, j’a comme ine îdeie qui mjône bleu si va hoûie distinguer ! Lambert, si ji wangne mâie les [ 52 ]cinquante francs, nos n’rinturrans nin divant dè l’s avu bu ! (i louque Daditte) Savez Daditte, vos sârez bin si nos n’rintrans nin, c’est qui m’jône bleu sèrè riv’nou prumîr ! — Elle mi brogne !

PORAI

Jan, vinez-v’s ?

GARNIR

Daditte, mi brognîz-v’s ?

PORAI

Jan don Pierre !

GARNIR

Lambert, ci n’est nin po l’vanter, mins vosse feumme, vosse feumme parè, vos m’creurez si vos volez, et bin : c’est-st-ine ange ! (Porai court êvôie) — Au revoir chère ange !

DADITTE

(à Porai qu’est so l’pas d’gré)

Sèrez-v’s chal po ine heûre ?

GARNIR

I rinturrè qwand il ârè l’main so l’cliche. Vos estez prév’nowe.

(is sortet !)


SCÊNE VII

DADITTE (s’assiant)

J’a fait journêye qwand jè l’s è veus nn’aller essonle. Quél amus’mint, lu qui n’kinohe rin d’vins les colons, dè louquî l’tîesse è l’air tot l’â-matin. — Ji vôreus qu’attrappasse on mâ d’hannette qui lî dur’reut qwinze joûs !

(elle va s’assîr à gauche dê l’tâve)
[ 53 ]

SCÊNE VI

DADITTE — TONTON

TONTON

Pout-on bin intrer ? N’a-t-i nolle gêne ?

DADITTE (si dressant)

Nenni intrez, ji sos chal tote seûle.

TONTON

Ie ! c’est bin atoumé, j’aveus sogne dè rescontrer n’saquî.

DADITTE

Li dimeigne â matin i n’vint mâie personne èdon ; et les hommes sont tofér èvôie.

TONTON

Ji vins dè veie Lambert avou Pierre, is intrît èmon Sadet…

DADITTE

Çoulà v’s va-t-i vos Tonton qui voste homme faisse divins les colons ?

TONTON

Bin qui volez-v’s fer don binamêye, lî espaich’rîz-v’s bin vos ? D’abôrd mi, ji n’m’embarrasse nin baicôp di çou qu’i fait et pourvu qu’i n’mi d’mande min des censes, c’est tot çou qu’i fât ! Et ma foi, il a co assez d’chance surmint, ka jisqu’asteûr, merci l’bon Diu, i m’lait pâhule ; c’est tot à hippe si ji lî a d’né, po tot ciste osté, ine feie ou deux po-z-ach’ter on kilog d’vesse.

DADITTE

Oh ! bin ji n’aime nin les colons ni les colèbeus savez mi, et j’a si sogne qui voste homme ni mette ces îdeies-là ès l’tiesse d’à Porai èdon, qui c’n’est nin dè dire. [ 54 ]

TONTON

Taihîz-v’s sotte gins, enn’a qu’ont co des pus laids mèhins qu’ci-là ! Jâsez-m’ on pau des joueus d’beie ! Vos-z-ê là des cix apreume ! Jè l’sés bin êdon mi, avou m’pére qu’i n’esteut mâie qu’Ax Ouhaix et qui wagîve et qui wagîve… qui bin sovint i riv’néve sins nolle cense… Vos polez bin pinser qué visège qui m’pauve mame féve èdon alôrs ! Quoè dire don d’vins les botiques ? Kimint aller r’chergî, sins poleûr tant seul’mint d’ner ine accompte, so les marchandeies dè l’qwinzainne ! — Nenni Daditte, ji n’pous mâ di m’plainde di Piérre, j’a vèyou bin pé qu’çoula ès m’mohonne avou m’pére. Mins vos, vos avez en modêle d’homme ! Ka, c’est on modêle savez Lambert !

DADITTE

Vos l’dihez !

TONTON

Kimint ? Ine homme qui n’boge co mâie, si c’n’est avou vos, po fer des porminâdes à l’campagne ês l’osté ; tofér ês l’coulêye ês l’hiviér. Taihîz-v’, jan taihîz-v’, vos n’avez nin à v’s plainde.

DADITTE

Ji sés bin qu’i fait tot çou qu’on vout…

TONTON

S’i fait çou qu’on vout, pa c’est vos qui pwête li cou-d’châsse êdon, Piérre l’a dit ce cint feies.

DADITTE (si récriant)

Oh ! çoula nenni ; qwand il est ês s’bonne, c’est bon ; mins i nê l’fât nin fer mâv’ler, savez ! I d’vinreut comme on lion ! [ 55 ]

TONTON

Bin c’est sovint ainsi, louquîz, les hommes qui sont trop bons. Qwand c’est qu’is s’mâv’let, is sont cint feies pé qu’les autes !

DADITTE (cangeant d’ton)

Et di qwoi est-ce qui v’s amône don ?

TONTON (même jeu)

Oho, vormint jê l’rouvîve, et ji v’tins mutwoi chal so cou…

DADITTE

Nenni savez… c’est bon qu’j’a l’dîner à-z-appontî…

TONTON

Ji n’dimeurrè nin pus longtimps… J’esteus v’nowe po v’s dimander on p’tit chervice…

DADITTE

On chervice, di qwoi est-ce ?

TONTON

Ni mê l’rêfus’rez-v’s nin… ji sos quâsî gênèye…

DADITTE

Dimandez, mon Diu, dimandez !

TONTON

Mi feie mi fait tourmetter po qu’ji l’êmônne houïe â concert êmon Ruth, et m’châle Indou est div’nou n’gotte vîx êdon dispôie mi mariêge ; ji v’néve vêï si quéquefeie vos n’mi vôrîz nin pruster l’vosse po l’sîse ; ji sés qu’vos nê l’mettez pus… À propôs, ji v’s a vêïou toratte avou vosso noûve visite ; elle vis va bin savez, vos estez co comme ine jône qwand c’est qu’on v’s louque passer… N’esteut-ce nin avou madame Forgeûr qui vos riv’nîz d’messe ? [ 56 ]

DADITTE (tote fire)

Sia, nos avans fait l’vôie essonle, c’est leie qu’a v’nou m’arainî à l’sôrtîse.

TONTON

C’est bin n’binamaie feumme… et sins nolle grandeûr là, êdon ? Elle si mosteure ossi bin aveu l’feumme d’ine ovrî qu’avou des riches !

DADITTE (si rècrestant)

Oh ! ci n’sêreut nin co avou tot l’minme quî qu’elle rottreut savez !

TONTON

Oh ! nenni, çoula jê l’sés bin… Vos n’estez nin tot l’minme quî non plus dai vos, Daditte, si on n’est qu’des ovrîs, dê mons on-z-a d’l’honneûr et personne n’est à k’tapper… Mins avou vos, ji creus qu’elle est bin familiére êdon pa ? 

DADITTE

Elle sét avou quî êdou ; tot çou qu’elle mi raconte, madame Forgeûr set bin qui çoula tomme à l’térre, et n’pout mâ d’aller pus long. 

TONTON

Assuré qui ci n’est nin vos qui va-st-aller caqu’ter so les soûs… çoula, tot l’monde vis rind cisse-t-honneûr-là, et Piérre mê l’dit bin sovint…

DADITTE

Vos minez houïe vosse feie êmon Ruth, ainsi ?

TONTON

Awê, i fât bin, êdon, elle est jône, elle ni va mâie nôlle pâ… mins i fât qu’vos voléze bin m’pruster vosse châle, ka l’meune est tél’mint div’nou… vos comprindez… [ 57 ]

DADITTE

Awè dai, ji v’s è l’va kwoiri, assiez-v’ ine gotte.

TONTON

Merci, ça n’è vât nin les pônnes, ji n’dimeurrè nin pus longtimps.

(Daditte sorte)


SCÊNE IX

TONTON

Comme çoulà aime di s’fer valeûr ! Elle a rouvî quî qu’elle est surmint l’grande madame ! N’avisse-t-i pas qu’on n’âie pus nolle sov’nance ! Là qu’elle mettreut des baix chapaix et des baix mentaix, elle pinse qu’on nè l’rik’nohe pus surmint ! I fâreut qu’elle allasse foû d’tot chal parè po çoulà. Es qwârtî on l’kinohe trop bin ! Oh ! si c’n’esteut nin qui m’châle Indou est div’nou trop laid, ji n’âreus mâie vinou lî d’mander l’sonke dai, à c’grandiveuse madame ; mins c’est comme li chin qui stronle, i fât bin, li meune n’est pus à mette ! (on ètind dè brut) — Vos l’richal tot l’même !


SCÊNE X

TONTON — DADITTE

TONTON

L’avez-v’s ritrové ?

DADITTE

J’a bin d’vou kwoiri allez… vos comprindez… ine saqwoi qu’on n’mette pus…

(gesse d’à Tonton)

TONTON

Oh ! awè. [ 58 ]

DADITTE

Il est co tot bon savez, ji n’l’a wère mettou â réze…

TONTON

C’est vrêye, mins c’esteut l’môde qwand nos nos avans marié ; ine mariêye qui n’âreut nin avu on châle indou n’âreut nin stu bin mousseie.

DADITTE (disployant l’châle)

Louquîz, vollà.

TONTON

Awè savez qu’il est bai ! qui l’meune n’esse-t-i co pareie.

DADITTE

Vos l’avez baicôp mettou parè l’vosse ; ka i n’est nin pus vîx qui l’meune èdon ?

TONTON

Qui volez-v’s qu’on faisse don, binamêye gins, qwand on n’a qu’çoulà… Adompuis ès nosse mohonne, nos aimans mîx dè magnî on bon boquet d’châr po dîner qui di nos meskeûre po mette des dintelles so nosse coirps. 

DADITTE (piquêye)

Oh ! vos avez raison.

TONTON

Nenni vos, c’est po rire. Ci n’pout mâ d’esse mi, savez po çoulà. Ji n’sos nin fir sor mi, mins j’aime voltîs dè vèï l’tâve bin coviette ; et Pierre freut l’mowe li dimeigne, s’i n’aveut nin ès nosse marmitte, ine bonne crâsse poïe, po fer on bon crâ bouïon, ine saqwoi qui plaque âx kwesses… [ 59 ]

DADITTE

Vos avez raison.

TONTON

Et m’feie est tote li même qui mi.

DADITTE

Les èfants raviset sovint les parints èdon. Elle divint n’jône feie vosse Mêlie.

TONTON

Elle est tote div’nowe allez. Save bin qu’elle va bin vite aveûr ses vingt ans. Pa voilà bonne à marier.

DADITTE

Qu’elle dimeûre avou s’mame allez ; elle ni sêrè mâie pus si bin !

TONTON

Oh ! bin vos n’pinsez nin pareie qui mi, savez ! Mi ji m’a marié et ji voux qui m’ feie si mareie. On passe bin n’trop pauve viquâreie qwand on est tot seû. Ka les parints n’polet nin todis viquer. Ji sés bin qui n’s estans co jône, mins i nos fât turtos mori et nosse tour vinrè. Sia sia, ji voux qui m’feie si mamie.

DADITTE

Elle ni hante nin co portant èdon ?

TONTON

Qui sâreut-on mâie dire ! Ni hantéve-ju nin bin avou Pierre dispôie co pus d’ine an qu’on n’s’è nn’ê dotéve nin tant seul’mint ês m’mohonne ! Et vos même n’esteut-ce nin pareie aveu Lambert…

DADITTE

Oh ! ji n’pinse nin… [ 60 ]

TONTON

Jê l’pinse bin parè mi, et ji v’veus co nn’aller à l’nuteie, vos deux so l’Ile di Commerce — qui n’esteut nin adon çou qu’elle est hoûie, vos v’s rappellez bin, c’esteut on désert, on n’y vèyéve qui les chins et les hanteus… Vos n’l’avez nin rouvî surmint

DADITTE

Quâsî, allez, quâsî.

TONTON

Mi nin parè… Et vos non plus â réze, c’est qu’vos nè l’volez nin dire. On n’a qu’ine jônesse et tot l’monde s’è sovint tot l’timps di s’veie, on n’a qu’ces bellès annêyes-là à passer so l’térre.

DADITTE

Ça fait qu’vosse feie hantreut co bin, pinsez-v’s ?

TONTON

Houtez, ji m’aveus portant promettou di n’nin v’s è nn’è jâser, mins pusqu’i nos estans so c’question-là, i fât bin ; â réze i n’est nin mâva qui vos sèyîze prév’nowe, çoulà v’s rigarde ossi bin qu’mi…

DADITTE

Qui volez-v’s dire… ji n’vis comprinds pus…

TONTON

Ji voux dire qui dispôie quéqu’timps, ji m’a-st-aperçû qui voste Emile tourniquêye âtou d’Mêlie… et ji creus qu’is s’vêïet voltîs !

DADITTE (èwarêye)

Qui raccontez-v’s ! [ 61 ]

TONTON (simplêmint)

Çou qui m’sonle avu vêïou, mon Diu, rin qu’çoulà ! Et ma foi, ces êfants-là s’kinohet dispôie todis, is n’ont mâie lèyî di s’hâbiter… et çou qu’arrive divéve arriver sorlon mi ; ka ces affaires-là, vèyez-v’s, por mi, c’est scrî d’avance, c’est-st-ine destinèye comme on dit.

DADITTE (abatowe)

Ji sos tote bouheie ju ! C’est po rire surmint.

TONTON

Oh ! nenni c’n’est nin po rire. Emile, ni jâse-t-i mâie di Mèlie, chal ?

DADITTE

Co jamais, à grand jamais.

TONTON

Oh ! bin ci n’est nin pareie ès l’mohonne, et ji veus bin qu’Mêlie glette êdon mi, qwand on vint à pârler d’Emile.

DADITTE

Vosse feie a mutwoi des îdeies qui m’fi est lon d’avu.

TONTON

Vos pinsez bin Daditte, qu’ine bâcelle n’a qu’ les îdeies qu’on lî mette ês l’tiesse. 

DADITTE

Oh ! sia sia, çoulà s’a co vèïou, les jônès feies asteûr, qwand on les y a jâser n’feie ou deux pinset à l’ vol qu’on les vôie marier, dai zelles.

TONTON

I n’s’agihe nin chal d’ ine feie ou deux èdon. [ 62 ]

DADITTE

Nenni, chal, c’est aut’choi, Emile ârè mutwoi rit avou vosse feie, comme kinohance, comme voisin, comme camarâde di jônesse, jan… çoulà jè l’voux bin… et comme vos d’hez savez, i s’pout bin qu’vosse feie s’âie mettou ès l’tiesse les ideies qui vos pinsez ; mins po çou qu’est di m’fi, ji v’s pous responde…

TONTON

Tins tins, comme vos y aller, di qwoi respondrîz-v’s bin, don pinsez-v’s ?

DADITTE (avou firté)

Ji respondreus qu’ Emile n’a mâie tûser à vosse jône feie.

TONTON

Bin tènèz, mi j’n’è respondreus nin du tout. Et si çoulà esteut portant, Mèlie ni vât-elle nin bin Emile ?

DADITTE

Oh ! ji n’voux nin dire çoulà. On-z-est turtos bon po s’prix.

TONTON

Ci n’est nin po çou qu’i n’ouvurreut nin â visse avou s’pére qu’i d’vreut esse grandiveux èdon surmint, on s’kinohe bin, et ci n’est nin d’houïe…

DADITTE

Oh ! ci n’est nin mi qu’y mettreus d’ l’ espaich’mint savez ! Mi fi pout marier quî qu’i veut, c’est por lu, ci n’est nin por mi, comme è l’bress’rant, comme è l’beurant. Nos ârîs toirt di nos fer des mâx d’tiesse po çoulà. [ 63 ]

TONTON

Surtout qui nos n’y cangerans rin… C’est comme ji v’s è l’dihéve toratte allez, c’est-st-ine destinêye…

DADITTE

Lèyans-les fer c’est l’mêïeux.

TONTON

Awê Daditte, nos avans fait po nos autes, qu’is fessent por zels. — Ji cours êvôie dai mi. Ni jâsez d’rin à vosse fi savez, ji n’vôreus nin qu’i pinsahe…

DADITTE

Mi ? Vos estez sotte surmint, ji n’ pous mâ.

TONTON

A r’veie, et merci savez po vosse châle.

DADITTE

Ci n’est rin d’ çoulà.

(Qwand Tonton vout sorti M. Forgeur inteûre et Tonton dimeûre co)

SCÊNE XI

DADITTE — TONTON — FORGEUR

FORGEUR

Madame Porai, la compagnie.

DADITTE

Monsieur Forgeûr !

TONTON

Monsieur Forgeûr.

FORGEUR (à Tonton)

Madame Gârnir ! Est-ce mi qui v’s chesse êvôie ! 

TONTON

Nenni savez ! [ 64 ]

FORGEUR

Dimanez, adon, dimanez.

TONTON

Jê nn’alléve, dai, jê nn’alléve.

FORGEUR

Bin dimanez co n’ gotte, sins çoulà ji pins’rê qu’c’est mi qui v’s fait sogne.

TONTON

Oh ! vos n’estez nin co vîx assez po fer sogne.

FORGEUR (à Daditte)

Ji v’s rappoite vosse lîve di mohonne, ji l’a-st-aqwitté.

DADITTE

Et c’est exprês qu’vos estez v’nou !

FORGEUR

Nenni savez ji passéve, ji va prinde on verre divant dê dîner…

DADITTE

C’est çou qu’ji voux dire, rin n’presséve !

FORGEUR

Vollà.

DADITTE

Merci.

FORGEUR

Et dê qué novelle ? Mi feumme ma dit toratte qui vos allîz essonle êmon Ruth houïe à l’nute. Est-ce todis vraie ?

DADITTE

Ji n’sés nin co, ji pinse qu’awê.

TONTON (à Daditte)

Tins ! vos n’polîz mâ d’m’ê rin dire ! [ 65 ]

DADITTE

Oh ! ji sos si pau sûr d’y aller !

FORGEUR (à Daditte)

Kimint ! Et m’feumme qui m’dihéve qui c’esteut ine affaire à pau près conv’nowe !

DADITTE

Awè, c’est vraie, qui ji l’aveus dit… mins i m’fât nn’è pârler à Lambert… et vos comprindez…

FORGEUR

Oh ! Lambert ni pout mâ di v’s rèfuser.

TONTON

Oh ! nenni èdon, i fait tot çou qu’on vout, c’est l’âgne dè bon Diu, ciste homme-là !

FORGEUR (à Daditte)

Dihez-lî qu’i m’freut bin plaisir tot-z-y allant, i n’vis rèfus’rè nin.

DADITTE

Y sèrez-v’ ossu vos, Mossieu Forgeûr ?

FORGEUR

Nenni, ji deus jouwer à on concours à match wisse qui j’a pris saqwantès mises, et c’est po çoulà qu’ji vôreus bin qu’Porai allasse avou vos ; vos r’vinrîz tos essonle aveu m’feumme et m’feie.

DADITTE

Ji lî dirè. Oh ! il y vinrè, bin sûr, il y vinrè.

TONTON

Adon, nos nos y veurans turtos !

FORGEUR

Kimint, y allez-v’ ossi ! [ 66 ]

TONTON

Awè èdon. J’a n’jône feie à miner â bal dai mi asteûr !

FORGEUR

Ma foi c’est vraie St-Albert. Comme les annêyes passet èdon. Vis rappellez-v’ co bin dè timps qu’vosse mama vinéve ovrer à l’journêye ès l’mohonne.

TONTON

Si j’m’è rappelle ! Oh ! awè èdon !

FORGEUR

Vos estîz ’n’ tote pitite bâcelle, adon.

TONTON

Vos, v’s estîz dèjà on jône homme.

FORGEUR

Awè ji sos quéquès annêyes pus vîx qu’ vos. Avou madame Porai vos estez dè même age, ji pinse.

DADITTE

Ji creus qu’awè.

TONTON

C’est bin sûr èdon, nos avans fait nos pâques essonle. Elle est si rouvisse dai leie Daditte.

DADITTE (à Tonton)

Avans-gne fait nos pâques essonle. Ji l’avons rouvî.

TONTON

C’est sûr èdon, Pa ji veus co li p’tite rôbe qui nos avîs mettou. Nos avîs totès deux les mêmes. Mi mame et l’vosse les avît stu ach’ter essonle so l’ Marchî. Et po l’ leddimain j’aveus on p’tit costume vert, et vos on pâle bleu. Ci n’esteut nin dè cach’mîre, bin sûr, nos parints n’estît nin riches, mins nos estîs ossi fires et ossi containnes qui n’importe quélle aute. [ 67 ]

DADITTE

Comme vos v’s rappellez d’ tot çoulà don vos.

TONTON

Oh ! j’a dè l’ mémoire dai mi. Et ji d’vinreus même riche qui ji n’rouviereus mâie çou qu’ j’a stu.

(Forgeûr qui comprind qu’ Tonton vout rire di Daditte, louque eune et l’aute

FORGEUR

On n’ wangne rin à esse grandiveux, çoulà c’est vraie.

TONTON

Enn’à portant tot plein savez Mossieu Forgeûr, et des cix qu’ n’ont rin êco, mins qui vôrît paraite et s’mêler dè voleûr mèpriser l’s autes. Çou qui fet rire di zels, ji v’s el dimande èdon. Mins des riches comme vos là, sins façon, jè l’s aime bin, ji n’ cache nin di v’s el dire. — Mins ji cours èvôie dai mi, mi dîner n’ sèrè jamâie prête et ji tins chal Daditte so çou qui n’ pout fer l’sonke nin pus. À r’veie Mossieu Forgeûr… (à Daditte) Jisqu’à l’nute ainsi Daditte, si nos nos vèyans, nos dans’rans on qwârré essonle, nos frans vis-à-vis.

FORGEUR

À r’veie Madame Gârnir.

(Tonton sorte po l’fond)


SCÊNE XII

FORGEUR — DADITTE

DADITTE

Ces p’titès gins-là sont bin èvieux. Avez-v’ êtindou ces côps d’lawe. I fâreut parè po lî fer plaisir qui ji m’mettreus à caqu’ter avou leie avâ les pavêyes et k’jâser les gins. [ 68 ]

FORGEUR

Pinsez-v’s ?

DADITTE

Ie ! vos n’ les k’nohez dai vos mossieu Forgeûr ! Mins vos n’y pierdez rin savez, i n’a nou risse ! — C’est bon qu’ji n’ tinéve nin à v’s el dire divant leie, mins c’est conv’nou, dai, nos irans à l’nute â concert. Seul’mint vos comprindez, ji n’tins nin dè nn’aller po n’cope avou Pierre Gârnir.

FORGEUR

Tot l’monde est bon po s’prix. On n’est foirci dè hâbiter personne. Ji n’ vis voux nin blâmer. Adon c’est ètindou ! Vos y aller ?

DADITTE

Nos y allans.

FORGEUR (binâhe)

Ji sos contint. Et j’cours prév’ni mes camarâdes pasqui, ji v’s va dire, inte nos deux, si vos n’y avîz nin stu, i m’âreut fallou y aller ; mi feie deut fer houïe ine kinohance â bal et m’feumme ni vôreut nin po gros lèyî d’y aller. Vos comprindez, Hortense est d’age à hanter… C’est l’affaire di s’mame, mi ji n’mi melle wère di çoulà.

DADITTE (d’ine air ètindou)

Awè ji sés bin, dai, ji sés bin.

FORGEUR

C’est on bon pârti savez !

DADITTE

Oh ! vosse feie ossi, vosse feie ossi… [ 69 ]

FORGEUR

Mi feumme vis a-t-elle mutwoi dit…

DADITTE

Elle ni m’l’a nin dit, tot foû des dints, mins elle mi l’a d’né à ètinde…

FORGEUR

Aha ! Asteûr â r’veie et merci.

DADITTE

Kimint don merci. C’est à mi surmint…

FORGEUR

 r’veie, â r’veie.

DADITTE

(so l’soû et haut, afise d’esse ètindowe dè voisinège)

 r’veie mossieu Forgeûr, bin des complumints à madame !

FORGEUR (â d’foû)

Merci. Bin agréé di s’pârt.

(i sorte)


SCÊNE XIII

DADITTE

I m’sonle qu’asteûr, i n’a pus nolle dotance à-z-aveûr ; li pére vint di m’jâser assez clér’mint ! I fât qu’Emile seûie foû sot, s’i n’mi hoûte nin. — Qwand ji tûse qui Tonton Gârnîr prétindéve toratte… I n’a vormint des gins qui v’s frîz rire sins nn’aveûr ideie !

(Porai rinteure on pau k’pagn’té)


SCÊNE XIV

DADITTE — PORAI

DADITTE

Tins, estez-v’s dêjà là ? [ 70 ]

PORAI

(i parole comme s’il aveut on ch’vex so l’linwe)

Volà n’raison qu’vos n’dihez nin sovint.

DADITTE

Pa c’est qui m’dîner n’est co wère prête.

PORAI

Aha ! Volà parè. Adon c’est mi qui va barbotter !

DADITTE

Barbottez, barbottez. Vos n’ârîz polou fer autemint si vos avîz stu ès m’plêce. J’a-st-avu des visites tot l’timps… Li belle Tonton Gârnir qui m’a v’nou t’ni so cou bin longtimps…

PORAI

(i mette si chapai so l’commôde)

Oho, Tonton a v’nou chal ?

DADITTE

Elle m’a v’nou êpron’ter on châle po-z-aller â concert houïe à l’nute êmon Ruth. (elle reie) I fât qu’ji reie co qwand ji tûse à çou qu’elle m’a dit…

PORAI

(i s’assît à l’tâve, à gauche)

Qui v’s a-t-elle dit ?

DADITTE

Vos y tûs’rîz deux ans qu’vos n’l’advin’rîz nin co… Songîz on pau Lambert qui Tonton s’a stu bouter ês l’tiesse qui noste Emile rikwîre si feie. (Porai tuse) Qu’enn’ê pinsez-v’s ? Ni toumez-v’s nin d’si haut ?

PORAI

Ji tomme, ji tomme… [ 71 ]

DADITTE

Çoulà n’a nin l’air di v’s êwarer baicôp, vos ?

PORAI

Êwaré, êwaré, awê…

DADITTE

Pa j’a stu tote estoumackêye mi, qwand j’a-st-êtindou çoulà… ji n’ê r’vins nin co… Et vos don ? Et vos ?

PORAI (tusant todis)

Et mi, et mi…

DADITTE

Bin jan don d’hez on pau n’saqwoi, vos estes-là qu’vos bêch’tez… qu’vos bêch’tez…

PORAI

Ji bêch’têye, ji bêch’têye… nônna… ji n’bêch’têye nin.

DADITTE

Vos n’dihez rin non plus. Vos d’morez-là tot biesse…

PORAI

Ji d’meure tot biesse… ji d’meure tot biesse… c’est qui… ji tuse chal, ji tuse…

DADITTE

Qui tusez-v’s ?

PORAI

Qui si Tonton a vêïou ’n’saqwoi portant ! Elle a des ouyes comme nos autes ; et, i s’pout bin (so on gesse d’à Daditte) i s’pôreut bin, savez…

DADITTE

Qu’Emile rikwîrreut l’feie Gârnîr !

PORAI

Ah ! Qui sét-on, qui sâreut-on dire… li jônesse c’est l’jônesse vos l’savez bin. [ 72 ]

DADITTE

Çou qui j’sés, c’est qu’Emile est pus suti qu’çoulà… Vos allez toratte creure çou qu’ Tonton raconte, vos ossi ; ni vêyez-v’s nin bin, ênnocint, qu’elle dit çoulà pac’ qu’elle vôreut bin qu’ c’estahe vraie ! Elle est pus rûsêye qui vos.

PORAI

Oh ! i s’ pôreut bin, ji n’ voux nin dire…

DADITTE

(allant vês lcouhenne)
 

Si c’n’esteut nin qu’on âreut sogne dê mette ês l’tiesse di noste Emile çou qu’i n’a nin, ji lî raccontreus ; ji wage qu’i reie comme on bossou.

PORAI (à pârt)

Mi ji n’ pinse nin. (à Daditte) Allez-v’s appontî l’dîner ?

DADITTE

Awê êdon, il est grand timps.

(elle sorte à gauche)


SCÊNE XV

PORAI

(si dressant et allant vês l’couhenne)

Savez-v’s bin Daditte qui l’colon d’à Gârnir est riv’nou prumîr ! Il est d’vins ’n’ jôie ! (i rid’hind) Tot l’même, çou qui vint foû d’bon est sovint bon ! On-z-a raison dê l’dire.

(Emile rinteure po l’fond)
[ 73 ]

SCÊNE XVI

PORAI — EMILE

EMILE

Ah ! papa ! vos estez dèjà chal.

PORAI

Tins, estez-v’s là !

EMILE

C’est l’faim qui m’rachesse.

PORAI

Vos estez mâ toumé, vosse mame est tâdrowe po l’dîner.

EMILE

(i mette si buse so l’commôde et disfait s’paletot)

Oho ! Enfin, nos rattindrans.

PORAI (lét n’gazette)

I fârê bin èdon.

EMILE

Est-ce li gazette d’houïe qui vos léhez-là ?

PORAI

Awè, l’volez-v’s lére ?

(i lî stiche li gazette)

EMILE (i va podrî s’pére)

Nenni, c’est seûl’mint po louquî à quélle heûre qui c’est l’concert… aha… c’est chal vollà… c’est à hut heures… comme todis…

(Daditte vint kwoiri on drap ès l’commôde)


SCÊNE XVII

LES MÊMES — DADITTE

DADITTE

Ah ! vos estez chal, mi fi. [ 74 ]

EMILE

Awè mame, volà qu’ji rinteûre.

PORAI

Et c’est l’faim què l’rachesse savez, dishombrez-v’s !

DADITTE

Oh ! les crompîres sèront vite cûtes et l’bouïon est prette dispôie hîr… Qui louquîz-v’s là, so l’gazette don m’fi ?

EMILE

Mi ? Oho, l’heûre dè concert.

DADITTE

Nos y allans essonle êdon ?

EMILE

Ji voux bin mi mame. Vinrez-v’s avou papa ?

PORAI

Poqwoi nin ; awè.

DADITTE

Çou qui m’annôie, èdon mi, c’est qu’ les Gârnir y sèrant. Toratte êdon m’fi, Tonton m’a v’nou èpronter m’châle po poleûr y aller… li sonk n’est pus à mette, disse-t-elle. (mèprisante) Quéllès p’titès gins qu’ c’est çoulà ! S’i m’falléve mâie fer ine affaire pareie, ji n’sés çou qu’ji freus.


SCÊNE XVIII

DADITTE — PORAI — EMILE — MÈLIE

DADITTE

MÈLIE (intrant po l’fond)

Pout-on bin intrer ?

PORAI

Awè m’ feie, intrez, intrez, i n’a nolle gêne. [ 75 ]

MÈLIE

Mossieu Porai, madame… (à Daditte) Ji sos si gênêye èdon, vos nè l’sârîz mâie creûre…

DADITTE

Poqwoi don ?

MÈLIE

Mi mame, qui n’a vormint pus nolle tiesse, est v’nowe toratte vis èpronter on châle, et-z-enn’a-t-elle on tot noû qui m’papa lî a d’nné po s’fiesse ! J’a stu si gênêye qwand elle m’a-st-appris qu’elle aveut v’nou chal… ji m’dimande çou qui m’mame frè qwand ’ll’ sèrè pus veie si elle est déjà si rouvisse asteur… Vorchal vosse châle, madame, excusez-m’ èdon, et merci qwand même savez…

PORAI (bonasse)

Oh ! ci n’est rin d’çoulà… c’n’est rin d’çoulà…

DADITTE (à Mèlie)

Vos n’avîz nin mèsâhe di v’s presser si foirt po l’rappoirter, ji l’aveus dit à vosse mame : ji nè l’mette todis pus…

(Daditte sorte à gauche avou l’châle)

PORAI

A r’veie, mi feie, â r’veie… vosse papa esse-t-i rintré ?

MÈLIE

Awè, mins il est co r’sorti.

PORAI

Il est contint èdon ?

MÈLIE

Vos pinsez bin, il est tot sot di s’colon. [ 76 ]

EMILE

Kimint ! esse-t-i riv’nou d’vins les prix ?

MÈLIE

Vos l’savez bin èdon (geste da Emile) Oho, awè dai, c’est vraie, vos n’ê savez rin.

(Porai les louque onque et l’aute)

EMILE

Oh ! et bin c’est d’ine bonne aweûr po les longuès tapes.

(Daditte rinteure)

MÈLIE (riant)

Awè ; jisqu’à pus târd. A r’veie mossieu Porai, madame…

PORAI (bin reut)

A r’veie mi feie ; fez des complumints ès vesse mohonne !

(Mèlie sorte po l’fond)


SCÊNE XIX

DADITTE — PORAI — EMILE

DADITTE

Quélle pitite clapette !

(Emile si tint so l’costé êrri des autes)

PORAI

Elle est bin binamêye… Elle esteut si gênêye pauve pitite, qui j’a fait èn exprès dè jâser d’colon…

DADITTE

Elle a tot l’même l’air d’avu pus d’honneur qui s’mame.

PORAI

Elle est jône êdon, li jônesse est todis pus fire et pus vite gênêye… Et qué novelle, li dîner esse-t-i cût ? [ 77 ]

DADITTE

Ji m’va veie, ji v’s houqu’rè.

(elle sorte po l’gauche)


SCÊNE XX

PORAI — EMILE

PORAI

C’est ine belle pitite jône feie savez li p’tites Mêlie !

EMILE

Awè… trovez-v’s papa ?

PORAI

Awè savez, elle a des p’tits ouyes qui blaw’tet comme deux p’titès steûles…

EMILE

Oh ! elle n’est nin laide.

PORAI

Et binamêye, ji creus ; ni pinsez-v’s nin ?

EMILE (avou feu)

Binamêye, oh awê… (si rattrappant) i mê l’sonle dê mons…

PORAI (qui veut clére)

I v’s è l’sonle èdon ? (à pârt) C’est todis bin çou qu’ji pinsêve.


SCÊNE XXI

LES MÊMES — GARNIR

GARNIR

(intrant po l’fond avou n’boteie di cognac)

Ah ! vos estez chal.

PORAI

Là, quî volà ! [ 78 ]

GARNIR

Et Daditte, wisse esse-t-elle ?

EMILE

Mi mame fait s’diner.

GARNIR

Ji mè l’va kwoiri.

PORAI (suppliant)

Pierre, dimeûre chal, ti va co l’fer mâv’ler.

GARNIR

Mâv’ler ! Nenni, i n’a nou risse, i fât qu’jè l’veuse…

(il inteûre ês l’couhenne)


SCÊNE XXII

PORAI — EMILE

PORAI

Il a n’pitite païe, i va co fer mâv’ler vosse mame.

EMILE

Pinsez-v’s qu’i seûie sau !

PORAI

Nin sau, mins il est makasse…


SCÊNE XXIII

PORAI — EMILE — DADITTE — GARNIR

GARNIR

(assêchant Daditte po l’pogne)

I fât qu’vos v’néze, i n’a pas à dire !

DADITTE

Bin lachez-m’ po l’amour di Diu, vos m’allez fer dè mâ.

GARNIR (halcottant)

Daditte, houtez on pau, ci n’est nin po v’s fer tourmetter qu’ji v’s a stu kwoiri ès vosse couhenne. [ 79 ]

DADITTE (mâle)

Jan, qui volez-v’ adon ?

GARNIR

Vos savez qu’j’a bon cour ; si même nos nos disputans todis nos deux, çoulà n’vout rin dire, qwand on s’dispute c’est qu'on s’veut voltîs. J’a gangnî cinquante francs avou m’colon… On colon d’marque… tot çou qu’i n’y a d’bon…

PORAI

Ji mette cinq francs d’sus â prumî concours.

GARNIR

(i bouhe ês l’main d’à Porai)

Jè l’mette divins qwinze joûs à Saint-Bastopôl… (à Daditte) Vochal on lite di cognac, ji vins v’s dimander l’permission de l’mette chal ; comme ji vins tos les joûs, nos l’vûdrans pitit à p’tit avou Lambert, et vos m’allez fer l’plaisir dè beûre on verre asteûr avou mi po l’sitrumer.

DADITTE

Et c’est po çoulà qu’vos m’houquîz ! Ji n’beus nolle gotte, nos allans dîner.

GARNIR

Bin çoulà v’s donrè d’ l’appétit.

PORAI

Awè, jan buvans on verre.

EMILE

Et vos ossi, jan mame, c’est dè cognac dai.

GARNIR

Et dê ci qui plaque âx kwesses !

EMILE

Jan mame, buvez on verre, avou vosse fi ! [ 80 ]

DADITTE

Bin awê, jan, po v’s fer plaisir.

(Emile mette des verres et d’bouche li boteie)

GARNIR

Oho, ji vins co dê nn’apprinde ine aute ! Savez-v’s bin Daditte qui vos estez-st-ine souwêye, vos !

DADITTE

Vos l’dihez.

GARNIR

Kimint ! Vos allez hoûie â concert êmon Ruth, et vos n’dihez rin à bibi !

DADITTE

Qu’est-ce qui çoulà v’s pout fer, à vos ?

GARNIR

Çou qu’çoulà m’pout fer ? C’est qu’j’y va ossi, et j’ai l’honneur, belle dame dê vous engager pour toute la sîse…

(Porai vout vûdî d’vins les verres mins comme i vude tot avâ l’tapis, Emile li r’prind l’boteie et implihe les verres.)

DADITTE

Vos estez sûr qu’awè !

GARNIR

Nos dans’rans-st-on kwârré essonle todis !

DADITTE

Ji n’danse nin, ji sos trop veie.

GARNIR

Nos dans’rans houïe on kwârré essonle ; allons, à vosse santé. (is buvet) Ji sos hoûie tot à l’jôie et à l’nute nos dans’rans.