Li grandiveuse (1899)/I

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Li grandiveuse  (1899) 
by Théophile Bovy
[ 5 ]
PRUMIR ACKE

Es l’pareûse dè fond, à gauche : ine fignesse ; à l’fignesse on banc d’graveu, usteies, visses, gravèges, etc… A l’même pareûse, ès mitan : li fornai, ine sitoûve. Es l’même pareûse èco, à dreute dè fornai : ine pwoite dinnant ès l’rowe. So l’fornai : on Christ, deux chand’lers etc… A l’pareûse di gauche, prumî plan : ine ârmâ d’blanc-bois. A l’même pareûse, inte l’ârmâ et l’banc, on pôrt-mantai. A l’pareûse di dreute, deuzême plan : ine pwoite. A dreute prumî plan : ine tâve so l’quélle Daditte ristind dè l’bouwêye ; à costé dè l’tâve ine banse. — A lèver dè l’teûle, Porai ouveûre, les reins tournés vès l’public ; Daditte ristind ; Gârnir, assiou à cavaïe so n’chèïre, les reins â feu, sitoppe si pîpe.

On est l’sem’di à l’nute.

[ 6 ]

SCÊNE I

PORAI — DADITTE — GARNIR

GARNIR (sitoppant s’pîpe)

Awè valet, les marchands rapticihet todis l’prix des ovrèges, jè l’veus mîx tos les joûs.

PORAI

(si ristournant et mostrant ine ovrège)

Tènez, ji n’vis el fait nin creûre, is rapticihet téll’mint èdon, qui vochal des escossoisses — vos savez çou qu’c’est — et bin nos avans asteûr on d’meie franc dè l’paire po les fer et ji m’rappelle qui qwand j’apprindéve mi mestî èmon Raymond, les mêmes ovrèges estît païs jisqu’à des deux francs et d’meie et des treus francs.

GARNIR

(allomme si pîpe, i prind si allumette so l’fornai)

Awè, c’esteut di c’timps-là qu’on féve tant des musquettes. J’ovréve â feu d’bois adon, ci n’est qu’après qui j’a-st-appris l’monteu, bin ji m’sovins qui ces musquettes-là c’esteut les mèïeux ovrèges qu’on âreut polou trover. Comptez on pau valet, qui mi qui n’a mâie portant stu des pus abeie, ji gangnîve des sept et des hut francs par joû. [ 7 ]

PORAI (ovrant)

Ces annêyes-là sont houte et elles ni r’vinrant pus fré Pierre. L’ovrî, houïe, po gangnî amér’mint s’boquet d’pan deut s’assotti tot, coirps et âme et nos trîm’rans-st-ainsi tant qu’nos nn’è rallanse.

GARNIR

(tot s’sitindant so s’chêïre)

Portant s’on esteut riche, ine saquî sâreut bin s’dinner dè bon timps ossi savez ! on ouveûre, mins on n’y tint nin tant qu’çoulà, c’est comme li chin qui stronle, c’est qu’i fât bin.

DADITTE (tot ristindant)

Vos aimez mîx l’ovrège qu’est fait qui l’ci qu’est à fer parè vos, Gârnir.

GARNIR

Oh ! ji n’a nin sogne di l’ovrège savez !

DADITTE

Nenni, nos l’savans bin, vos v’s couquîz d’sus.

GARNIR

(à Porai, tot riant)

Lambert, ji n’sés vormint çou qu’vosse feumme a tofér disconte di mi, mins co mâie elle ni lait passer ine occâsion di m’tapper des attotes.

PORAI

Daditte a todis stu ainsi, elle aime bin dè rire.

GARNIR

Dè rire des autes. Mins, couïonnez-l’ on pau po veie kimint qu’elle prindrè l’affaire. [ 8 ]

DADITTE

Estez-v’s mâva là qu’ji v’s direus vos vraies !

GARNIR (allant vês Daditte)

Mâva ! nenni savez. Ji n’prinds jamâie les pônnes di m’mâv’ler avou les feummes. On z-âreut bel à fer !

DADITTE

Oho !

GARNIR

Awè ! ji n’mi vout nin fer mori d’vant m’timps à m’chagriner et m’fer de mâva songue po vos autes dai mi. Qwand m’feumme barbotte, jè l’lais dire et çoulà tomme co baicôp pus vite. (allant vês Porai) Pasqui, ti m’pous bin creûre sése Lambert, les feummes hein valet, qwand c’est qu’on est biesse assez di les accompter parè, bin elles si crèyet à l’vol des reînes et elles vôrît bouter tot l’monde ji sés bin wisse…

DADITTE

Enn’avez-v’s co po dè timps à jâser ainsi ?

GARNIR

Tins don ! Ci n’est nin por vos qui j’jâse savez quéque feie !

DADITTE

Vosse pauve feumme enn’è deut bin vèï allez avou ine apôte comme vos !

GARNIR

Tonton ! qu’esse-t-elle aoureuse avou mi ! Dimandez lî n’gotte. [ 9 ]

DADITTE

Assuré qui l’feumme ni va nin racconter ses pônnes et ses miséres à tot l’monde èdon !

GARNIR

Tonton m’kinohe bin, elle barbotte qwand elle est d’mâle houmeûr — çoulà arrive à tot l’monde et à vos pus sovint qu’à tote aute — (so on côp d’ouye d’à Daditte) Oh ! j’a dè l’frankisté ; ji n’vis l’èvôie nin dire, c’est po çoulà qu’nos nos vèyans si voltîs nos deux… èdon Daditte !

DADITTE

Ji n’fais pus attintion à tos vos boignes messèges, lèyîz-m’ pâhule.

GARNIR

Vos n’fez pus attintion et v’s m’avez toratte hinné on côp d’ouye à m’trawer houte et houte si c’esteut ine èpeie !

DADITTE

Vos songîz allez, vos songîz ; ji n’prinds nin les pônnes di v’hinner des côps d’ouye !

GARNIR

Ji l’a portant bin vèïou, mins jan, po n’nin v’s contrarier, mettans qui j’n’a rin dit. (i prind l’plate boteie so l’banc) Savez-v’s bin qwoi, po fer l’pâie nos deux : tènèz volà li p’tite plate, alléze nos kwoiri po dix censes, nos beurans bin l’gotte avou Lambert.

DADITTE

Ji n’va nin kwoiri dè pèket, mes fiérs sont so l’feu, i m’fât fini m’bouwêye. [ 10 ]

GARNIR

Tènèz, ji sos bin bon èdon, ji m’va rescouler vos fiérs. Et ji m’va mette ci-chal châffer, is sèrant turtos chaud qwand vos rinturrez.

DADITTE

Bogîz-v’s jan, bogîz-v’s. Lambert ni beut nin l’gotte so l’ovrège.

PORAI

Sia, houïe, ji beureus bin n’pitite si j’l’aveus. J’a l’gozî tot sèche.

GARNIR

Aha ! vos vèyez bin èdon ! Tenez volà l’boteie et volà les dix censes. Allez m’feie, allez ! Dimandez dê bon et et qu’on v’s mette bin vosse compte savez ! (i rikdût Daditte jisqu’à so l’soû) Dihez qu’c’est po on malâde… Dimandez des belles trinches !

(Dè timps di ces dièrainès paroles, Daditte a bogî s’vîx vantrin et mettou on prôpe qu’esteut pindou_à on clâ à dreute.)


SCÊNE II

PORAI — GARNIR

GARNIR (riant)

J’a si bon dè l’fer assotti dai ! Et qwand elle si mâvelle j’a co mèïeux. Elle s’èmonte, elle s’èmonte comme ine sope â lèçai…

PORAI

Tè l’fais todis tourmetter. [ 11 ]

GARNIR

I fât bin qu’ji faisse çou qu’ti n’wesse fer !

PORAI

J’aime mîx l’tranquillité, mi Pierre, et pus vite qui di m’disputer…

GARNIR

Vos aimez mîx di v’s taire et dè d’ner tofer raison à vosse feumme. Ci n’sèreut nin mi parè !

PORAI

Pa vos d’hîz toratte qui vos lèyîz barbotter Tonton sins l’responde.

GARNIR

Pasqui ji sés bin qu’elle assottihe co pus qwand ji n’l’accompte nin ! Mins i n’fâreut nin qu’elle rottasse so mes pîds savez, pasqui (chantant) je lui toiche la tiesse, tout comme à un colon, tout comme à un colon ! (pârlant) Oho, à propôs d’colons, Lambert, ji m’va houïe mette mi jône…

PORAI

Qué jône ?

GARNIR

Pa m’jône bleu, qui j’a sèchî foû dè l’frumelle qui Jôseph m’a d’né ! Ine bonne sôrt valet, on colon qu’a fait totes les tappes l’annêye passêye et qu’a tofer riv’nou d’vins les prix, — l’asse rouvî ?

PORAI (si sov’nant)

Nenni, nenni, on bleu, ji m’è sovins ! [ 12 ]

GARNIR

C’est tot çou qui n’a d’mèïeux valet, ji k’nohe tot plein des colèbeus qui fit-st-assotti m’cusin Jôseph et qui lî ârît d’né gros po nn’aveur ine cope d’oûs.

PORAI

T’aveus-t-i d’né des oûs ou on jône ?

GARNIR

I m’aveut d’né n’cope d’oûs ; mins i n’a qu’onk qu’âie réussi. Et jè l’sâie houïe parè valet, nos allans vèï s’i va raviser s’pére !

PORAI

Les prix sont is foirt ?

GARNIR

Cinquante francs l’prumî, c’est-st-on bot d’jône.

PORAI

Awè. Enfin, ji t’sohaite les cinquante francs.

GARNIR

Oh ! valet, s’i n’rivint nin d’vins les prix, jè l’magne. Pasqui on colon d’sôrt, vèyez-v’s, i s’distingu’rè dè prumîr abôrd, sinon, on l’pout bin mette ès l’paile, ci n’sèrè mâie rin d’lu !

PORAI

Awè ?

GARNIR

Tins don, ni l’a-j’ ju nin bin vèyou aveu m’cusin Jôseph, co traze feie ! Volà onk qu’a des bons colons !

(Daditte rinteure, mette li boteie so l’gîvâ, cange di vantrin et continowe à ristinde.) [ 13 ]

SCÊNE III

PORAI — GARNIR — DADITTE

PORAI

On l’dit tot costé todis.

GARNIR

On l’pout bin dire ossi, li colèbîre di m’cusin c’est sûr li mèïeuse qu’i n’âie di lâge et d’lon !

DADITTE (à pârt)

Waïe, vos l’chal vinou so ses colons asteûr ! Sûr qu’i n’est nin co èvôie !

GARNIR

Savez-v’s bin qui Jôseph a dèjà vindou ine cope d’oûs, des oûs savez, quarante et cinquante francs !

PORAI

Oho !

GARNIR

C’est-st-onk qui wangne des censes, valet, avou ses colons, ci-là ! — Tins ! Daditte est rintrêye ! Et vos n’dihez rin, vos Daditte ?

DADITTE (ristindant)

Ji n’sos nin si p’tite surmint qui po nn’nin s’aparçûre di mi qwand ji sos chal ! Il est vraie qui qwand vos jâsez d’colons, vos n’oyez pus rin et vos n’vèyez pus personne !

GARNIR

Allez-v’s mi quareller so mes colons asteûr ?

DADITTE (viv’mint)

Qu’a-j’ ju d’keûr di vos colons don mi ! [ 14 ]

GARNIR (so l’même ton)

Et mi, qu’a-j’ ju d’keûr di vos, don mi ! (si rapav’tant) Jan, ci nin nin tot çoulà : wisse esse-t-elle nosse plate ?

DADITTE (di mâle houmeur)

Vollà so l’gîvâ.

GARNIR (à Porai)

Vèyez-v’s, Lambert, quélle mèchanc’té ; vosse feumme qui mette li gotte so l’gîvâ po qui l’pèket s’eschâffe. Et vos m’vinrîz dire qui les feummes ont-st-ine saqwoi d’bon d’vins zelles parè. Tênez, (riant) ci n’est nin po rire qui jè l’dis : ji vôreus qu’on pindasse li dièraine feumme ès li ch’minêye et qu’ci sèreut mi qu’sêreut chergî dè l’pinde… Allez, ji v’s responds qu’on n’veureut mâie pus nolle. — Jan Daditte, dinnez-nos deux verres,

DADITTE

Louquîz so l’poïre dè l’fignesse, i deut nn’aveur onk.

PORAI (à Garnir)

Awè, tins, vochal onk.

GARNIR (prindant l’verre)

On boquet. C’est todis bon va.

(chantant) Quand on n’a pas ce que l’on aime
Il faut aimer ce que l’on a.

C’est po çoulà qui j’veus voltîs Tonton. Allons Lambert, on p’tit chiquet valet.

PORAI

Aprês vos, buvez todis. [ 15 ]

GARNIR (buvant)

A vosse santé. (après avu bu) Il est co frisse mâgré Daditte. (dinant l’gotte à Porai) S’il vous plait, monseigneur.

PORAI (buvant)

Santus.

GARNIR

Hein qu’il est frisse ?

PORAI

Awê.

GARNIR

Nos nn’îrans nin so n’jambe.

PORAI

Nos nn’irîs-st-ê kwèsse.

DADITTE

Vos m’vinrez toratte fer creûre qui qwand vos hossîz vos n’avez bu qu’ine gotte.

GARNIR

Nonna ; c’est qu’nos avans bu eune di troppe ou eune di trop pau !

DADITTE

Eune di troppe allez. [ 16 ]

GARNIR

Eune di trop pau, pinse-ju ; pasqui c’est comme li chanson parè mi Daditte.

(chantant)

J’aime bin dè beûre on p’tit hûfion
Et qwand on m’chêve li gotte,
Ji n’fais jamâie baicôp d’façon
Et qwand j’sins qu’ji halcotte,
So l’côp, sins târgî
Et sins m’fer pryî
Ji r’beus co saqwants d’meie
Ka po rotter dreut
Crêyez-m’ i fâreut
Todis vûdî l’boteie. (ter)

(vûdant) A vosse santé Lambert, mettans nosse morâle à profit, nè l’lèyans nin s’eschâffer. (is buvet)

DADITTE

Si vosse feumme ni louquasse nin à ses censes, vos nn’ê beurîz allez vos !

GARNIR

Mi feumme ni tint nin l’boûse savez ès l’mohonne ! C’est mi !

DADITTE

Nos savans bin qu’elle n’a rin à dire.

GARNIR

Sia, elle pout dire tot çou qu’elle vout… qwand ji n’sos nin là ; et qwand j’y sos, ji v’s l’a dit : ji n’l’accompte nin et tot quî pwoite li pantalon divreut jâser comme mi. [ 17 ]

DADITTE (si ristournant)

Savez-v’s bin qui personne chal n’a mêsâhe di vos conseies, Gârnîr !

GARNIR

Ji m’ê dote bin ! Lambert n’a surmint nin mêsâhe d’esse escolé po esse maisse ès s’mohonne. (louquant Daditte) Heie, binamêye Daditte, quélle houmeur qui vos avez co ! Jan, fez-l’ on pau pus belle et vindez-l’ on pau pus chîr !

DADITTE

Ji fais l’houmeur qui m’convint… Et si çoulà n’vis va nin…

GARNIR (mostrant l’pwoite)

La grande porte m’est toute large ouverte à deux battants êdon ? Awê ! Oh ! ji sés bin qu’vos aimez mîx mes talons qu’mes bêchettes… et c’est po çoulà même qui ji n’sêreus mâie foû d’chal… J’aime tant di v’s fer n’gotte assotti dai !

DADITTE

Ji fais bin pau attintion à vos.

GARNIR

Vos l’dihez !

DADITTE

Et jê l’pinse.

GARNIR

Lêyîz pinser les bêguennes elles ont mîx l timps qu’vos.

DADITTE (riployant ses draps)

Enfin ! Volà mi ovrêge fini. Ji m’va r’mette tot çou chal à pont. [ 18 ]

GARNIR

(fant comme po plorer)

Daditte, vos nn’allez ! Adon ji m’enn’ê va ossi. C’est por vos qu’ji d’monéve !

PORAI

Vos deux ! vos v’s appougn’rez on joû.

GARNIR

Nenni, ji n’mi vôreus nin batte avou Daditte, j’âreus li d’zos.

DADITTE (mèprisante)

C’est bon des gins comme vos qui s’battet.

GARNIR (moqueûr)

C’est sûr, madame Porai, des genses comme vous ne poulet mal dè s’faire rêmarquer. Vous n’êtes pas si peu d’chose què ça. Sè batte, c’est bon pour les p’titès genses, les crapuleux, les rien n’vaut ; on sét bien tout avâ l’Vinâve que vous êtes trop grandiveûse pour vous disputer sur la pavée !

DADITTE

Ji cours êvôie ji n’vis sâreus oï pus longtimps…

(elle sorte po l’dreute)


SCÊNE IV

PORAI — GARNIR

GARNIR (riant)

Ji n’sés vormint kimint qu’vosse feumme ni m’a nin co tappé à l’ouhe.

PORAI (même jeu)

Vos îrez sûr on joû ! [ 19 ]

GARNIR

Nônna, elle ni pout mâ, i fâreut qu’elle si disputasse, et ci sèreut fer comme les p’titès gins. Daditte est trop comme i fât po çoulà. (cangeant d’ton) Qui voux-j’ ju dire, a-t-on quâsî fini ?

PORAI

J’a co quéquès crettes à fer.

GARNIR

Poqwoi n’prinse nin ine apprindisse don po fer çoulà. I t’aidreut todis !

PORAI

J’enn’a-st-avu. Ji n’a mâie polou wârder nouk.

GARNIR

Dis pus vite qui Daditte les k’chessîve.

PORAI

Oh ! c’est-st-ainsi. Ka vormint, leie, i n’a des joûs qu’elle mi freut bin pochî foû d’mes clicottes, téll’mint qu’elle est biesse !

GARNIR

Bin, inte di nos deux, quî compte-t-elle esse parè t’feumme ?

PORAI

Qui sés-j’ don mi ! Li feie dê roi bin sûr !

GARNIR

Portant ji m’rappelle co, qui qwand vos hantîz, c’esteut ine pitite bouw’resse, ou ristindresse don, ji n’sés pus â jusse.

PORAI

(fant des grands airs)

Ine ristindresse ! Elle gangnîve des censes savez ! [ 20 ]

GARNIR

Awè j’sés bin. Et mâgré çoulà, si vite qu’elle a stu mariêye elle s’a d’hombré dè lèyî-là l’mestî,

PORAI (pèneus’mint)

C’est st-on pau di m’fâte çoulà.

GARNIR (riant)

On est bin biesse hein, qwand on est jône marié.

PORAI

L’amour, hein valet.

GARNIR

Oui. (chantant) C’est l’amour l’amour l’amour
Qui fait des bouquettes â Pont d’s Ache.

Ji m’enn’è va jisqu’à pus târd. (riv’nant so ses pas) I n’a pus rin ès nosse plate hein ? (i louque) Non, plus personne. — Jisqu’à toratte.

PORAI

Awê Pierre. A r’veie.

GARNIR (sortant tot chantant)

L’Amour est enfant de Bohême
Qui n’a jamais connu de loi etc…


SCÊNE V

PORAI — DADITTE

DADITTE (rintrant)

Esse-t-i êvôie li bai Gârnir ?

PORAI (sérieux)

Ji n’sés poqwoi, mî, Daditte, qui vos v’s disputez tofér aveu lu, savez. [ 21 ]

DADITTE

(va à l’armâ prinde si banstai âx crompîres)

Est-ce mi qui m’dispute ! Po quî m’prindez-v’s don vos ! Vos riez surmint ! Mi, m’disputer aveu Mossieu Gârnîr ! Qui n’pous-j’ ju mâ !

(elle vint pèler ses crompîres à l’tâve à dreute)

PORAI

Jan, vos v’s quarellez todis essonle, chaque feie qu’i vint chal.

DADITTE (viv’mint)

Oh ! ji n’vis cache nin dè dire qui jè l’hés çoulà ! J’aime mîx ses talons qu’ses bèchettes, ji l’a dit toratte à lu-même.

PORAI

Bin poqwoi parè, Pierre est-st-on bon valet. C’est bon qu’vos avez n’pique disconte di lu !

DADITTE

C’est ça, tinnez avou lu ! Vos frez hasse et roïe !

PORAI (rimettant ses usteies)

Ji n’voux nin t’ni avou lu, mins ji vôreus bin qui vos lî fise on pau pus d’ackeuïe qwand i vint chal…

DADITTE

I n’a nou risse !

PORAI

Vos fez tofér ine menne qwand il est chal…

DADITTE (di mâle houmeûr)

Oh ! ji n’sâreus fer d’aute ! [ 22 ]

PORAI

… Et tot avâ l’Vinâve wisse qui çoulà n’mâque nin d’esse rêpèté, on dit qu’vos estez-st-ine grandiveûse, qui vos n’savez quî qu’vos estez, qui v’s pinsez surmint qui personne ni v’s vâse…

DADITTE (mâle)

C’est bon, c’est bon, ji n’a d’keûr di çou qu’les gins pinsessent.

PORAI

(d’ine air di r’proche et v’nant d’lé Daditte)

Vos n’avez d’keûr di personne dai vos ! Mins qwand on n’est nin riche et qu’on vique di tot l’monde, comme nos autes, èdon bâcelle, bin i n’fât nin esse ainsi parè ! Vos savez bin, qu’à câse di vos grandeûrs, nos avans co pierdou l’pratique di mons Lakaye ! Des gins qui nos fit tant ovrer, et asteûr ji n’fais pus tant seul’mint n’crette por zels. Et çoulà câse di vos toilettes à falballas. Vos estîz pus gâie qui Madame Lakaye qwand c’est qu’vos y allîz po toucher vos censes et, surmint qu’on s’ârê dit, qui, si vos polîz v’s moussî ainsi, nos n’divîs nin aveûr baicôp mèsâhe d’ovrège et is ont fait leus bons po ine aute graveu. Volà çou qu’vos avez wangnî. Et portant vos savez bin, qu’i n’a mâie trope di censes chal èdon. Toratte l’hiviér va v’ni. I v’s fârè co n’rôbe, on mantai, on chapai… ou mutwoi n’pèlisse tot comme madame Forgeûr li rintîre. Mins nos n’estans nin des rintîs parè nos autes, Daditte. Nos n’estans qu’des ovrîs et vos l’roûvîz on pau trop sovint, là !

(i r’va à s’banc)
[ 23 ]

DADITTE (avou on soupir)

Avez-v’s quâsî fini dè préchî !

PORAI

Oh ! ji sés bin qu’ji n’wangn’rè rin. C’est tot côp d’sâbe ès l’aiwe. Li pleu est pris, c’est di m’fâte, et l’âbe mâ tourné est trop vîx po mâie si r’dressî.

DADITTE

Est-ce li bai Gârnir qui v’s a consî di m’fer n’scène ainsi ? Qwand i vinrè co chal, ji lî mosturrè l’ouhe, ci-là ! (aparçûvant qui Porai n’ouveûre pus) Kimint don, el lèyîz-v’ oûve ? Avez-v’s fini vos escossoisses ?

PORAI

Awè j’a fini ; n’esse-t-i nin timps, po on sem’di à l’nute ?

DADITTE

Et bin, i n’a nou mâ, ji va poleûr on pau r’nettî. Avou les hommes avâ l’mohonne on n’pout rin fer d’bon. (louquant à l’térre) Louquîz l’bai Gârnîr qu’a v’nou tapper les cindes di s’pîpe tot costé.

PORAI

Ji m’va n’gotte rinettî, savez.

DADITTE (allant vès l’ârmâ)

Awè, allez.

PORAI (allant vès l’pwoite di dreute)

A-j’ ju on prôpe sârot ?

DADITTE

Awè. Es l’ârmâ so l’deuzême planche. Ji vins dè l’ristinde. [ 24 ]

PORAI

N’a-t-i on drap d’main ?

DADITTE

Awè, awè.

PORAI

Et d’l’aiwe po s’laver ?

DADITTE (viv’mint)

Es tonnai à l’gottîre, vos l’îrez bin kwoiri vos même surmint !

PORAI (moqueur)

Awè, awè, ni bogîz nin, madame !

(gesse à pârt tot sortant)

(i sorte à dreute)

DADITTE

S’on les lèyîve fer, i v’s prindrîz po leu chervante dai zels ! Oh ! les hommes, ni m’è pârlez nin !

(Emile rinteure po l’fond)

SCÊNE VI

DADITTE — EMILE

DADITTE

Heie volà m’fi !

EMILE

Bonne nute mame.

DADITTE

Qu’estez-v’s timprou don m’fi !

EMILE

(i disfait s’pal’tot et va l’pinde à porte-mantai)

A bureau tos mes dessins estît fait, j’a d’mandé s’i n’aveut pus rin, on m’a dit qu’j’enn’aveus fait assez po houïe qui jè nn’è rallasse… et ma foi j’sos riv’nou. [ 25 ]

DADITTE

On-z-est todis ossi contint d’vos ainsi, êmon Baneûr ?

EMILE

Todis pareie. On jâse même di m’dinner ine augmentâtion

DADITTE (containne)

Asteûr !

EMILE

Awè.

DADITTE

N’est-ce nin ès meus d’Julette di ciste annêye qui v’s avez co avu eune ?

EMILE

Sia.

DADITTE

Et vos ârîz co eune asteûr ! Bon là m’fi ! A la bonne heûre. (tote fire) Dè mons vos, vos n’sèrez nin on p’tit ovrî, comme vosse père ! On dessinateûr, c’est ine homme comme i fât ! Vos gangnîz déjà cint francs par meus ; vos parvinrez à nn’aveûr cint et cinquante. Et puis tos les ovrèges qui vos polez co fer après journèye… Allons jan, merci l’bon Diu, mes sohaits sont advinous et qwand ji mourrè, ji sèrê dê mons rassurêye so vosse sôrt. I n’y a co portant ine saqwoi qui m’chagrenne.

EMILE

(tot s’assiant dilé li stouve)

Di qwoi don mame ? [ 26 ]

DADITTE (hovant l’planchî)

Vosse mariège, mi fi. Vos n’hâbitez nin à m’manîre des gins qui v’s valet. Vos estez trop à l’bonne môde, Emile ; ine homme comme vos deut t’ni pus d’lu qu’çoulà.

EMILE

Oh ! mame, c’est esse foirt comme i fât qui di n’mépriser personne.

DADITTE

Ji n’vis dis nin dè l’s è mépriser dai m’fi. Mins, on n’les hâbite nin, on les lait po çou qu’is sont.

EMILE

Di quî volez-v’s pârler ?

DADITTE

Di baicôp des cix qu’vos prindez po camarâdes ; des ovrîs d’mons Baneûr ; vos riv’nez avou zels !…

EMILE

Bin qui volez-v’s, on r’vint dè l’même ouhenne, on fait l’vôie essonle, ci n’est nin po çou qu’ji sos dessinateûr qu’i m’fâreut fer l’grandiveux èdon.

DADITTE (viv’mint)

Çoulà c’est des raisons d’à vosse pére et si vos l’prindez po modèle, vos n’hâbitrez mâie qui des Pierre Gârnîr et tos gibiers dè l’même valeûr.

EMILE

Pierre Gârnîr est on brave homme qu’aclîve si famille en honneûr. [ 27 ]

DADITTE (mèprisante)

Taihîz-v’s don m’fi, li feumme c’est des si p’titès gins dai, et si vos avîz k’nohou ses parints comme mi c’esteut co brâm’mint pé !

EMILE

Oh ! mame, i n’fât nin les blâmer po çoulà ; si les gins sont parvinous à esse mîx qu’leus vîx parints, ci n’est qui d’l’honneûr por zels.

DADITTE

(mettant l’nappe so l’tâve)

Oh ! is n’sont nin parvinou… is n’sont todis qu’des p’tits ovrîs, mins is vôrît bin l’petter haut. C’est dammage qu’is n’âront mâie li tour. Les Gârnîr sèrît même riche, coviet d’ôr et d’ârgint qui ci sèreut todis zels. On chet piède ses poèches mins n’piède nin ses manîres.

EMILE (souriant)

Ji creus qu’vos n’aimez nin ces gins-là, mi mame !

DADITTE

Oh ! ji n’les hés nin, mins ji n’hâbite voltîs qui des gins à m’conv’nance (mèprisante) et les Gârnîr…

EMILE (riant)

C’est des trop p’titès gins, èdon !

DADITTE

Ji n’aime nin d’les hâbiter et ji donreus gros po qu’is n’vinahîssent pus chal.

EMILE

(allant louquî d’vins les marmittes)

Jâsans on pau d’aut’choi. Li soper esse-t-i prète ? [ 28 ]

DADITTE

Awè, vosse pére si r’nette, i va v’ni, nos magn’rans tes essonle.

EMILE

J’a houïe ine faim d’leup !

DADITTE

C’est ine bonne maladeie ; ji m’va mette li tâve, pusqui c’est ainsi. J’a raccommôdé l’bouli aveu n’gotte des ognons. Est-ce qui v’s les aimez bin ?

EMILE

Vos l’savez bin èdon. Tant pus tant mieux.

DADITTE

Oh ! enn’a tot plein.

EMILE

L’affaire est bonne ainsi.

(Daditte sorté à dreute avou l’posson à l’bîrre)

SCÊNE VII

EMILE

Bonne mame ! Elle a des grandès îdeies ès l’tiesse, mins elle rach’têye bin çoulà par si bon coûr. Elle est tote containne d’aveûr on soper qui m’ragostêye ! (houtant) Tins, i m’sonle qu’on vint dè bouhî à l’ouhe. (i va vès l’pwoite, on bouhe) Intrez. (i va droviè, Mêlie inteûre avou n’pitite banse di gravêge)

SCÊNE VIII

EMILE — MÈLIE

MÈLIE

Pout-on bin intrer ?

EMILE

Saint-Pîrre a les clefs. [ 29 ]

MÈLIE

C’est vos Saint-Pîrre ?

EMILE

Saint Emile, si camarâde ; mins c’est tot l’même ; Saint Pîrre ni rèfuse mâie l’intrêye âx anges et ji n’mi sins nin l’corrège di v’s è l’rèfuser.

MÈLIE

Ji sos-st-ine ange parè mi ?

EMILE

I mê l’sonle. N’est-ce nin vraie ?

MÈLIE

On dit si sovint qu’les feummes c’est des diales…

EMILE

Oh ! les vèïès feummes ; mins nin les jônes !

MÈLIE

Jan, wisse fât-i mette çoulà don, ci n’est nin n’plome savez.

EMILE

Oh ! et mi qui n’tûse nin à v’s dihaller. C’est des gravèges ?

(i li prind l’banse et va l’mette adlé l’ârmâ)

MÈLIE

Awè, vochal li trimpe ; l’argent-neuf mi pére a dit qu’on l’âreut londi à l’nute ou mârdi â matin. Et vochal li bon. Asteûr, ji m’enn’è va, vos frez m’commichon à vosse papa èdon ?

EMILE (nahant ês banstai)

Aha, volà les coulasses, les platennes, les chins. (vêyant Mèlie qui vout sorti) Enn’allez-v’s dèjà ? [ 30 ]

MÈLIE

C’est houïe sem’di, et ji n’sos nin comme vos, ji n’a nin fini journêye.

EMILE

Awè, c’est vraie, et l’sem’di c’est Sainte-Hov’lette, èdon ?

MÈLIE

Et ès l’mohonne, on n’a mâie fini !

EMILE

C’est vos qui netteie parè ?

MÈLIE

Quî sèreut-ce don, m’papa ?

EMILE

Et vosse mame ?

MÈLIE

Oh ! m’mame ni s’tint nin keû ; elle ouveûre ossi allez ; mins vos comprindez bin qui mi qu’est jône, ji nè l’louque nin èdon. I n’fât nin qwand ji sèrè mariêye qui ji seuïe ine dôrlainne po m’fer chervi ; et po-z-apprinde à bin miner on manège, i fât k’mincî jône.

EMILE

Vos avez raison. Mins portant si vos spôsîz ine homme qui gangn’reut assez bin s’veie po v’s dinner n’chervante ?

MÈLIE

Çoulà sèreut même qui ji n’vôreus co nolle. Ji n’voux vèï qu’ine feumme ès m’manège. Avou des ètringîrs adlé lu on n’est jamâie à si-âhe. [ 31 ]

EMILE (hureux)

Vos pinsez tot à fait comme mi ! Et c’est quâsî tofer ainsi nos autes, èdon. Volà des annêyes qui nos nos k’nohans, puisqu’i c’est dispôie nos pâques, èco d’vant, et so tot, nos avans todis les mêmès îdeies. (on silence) Çoulà n’vis disse-t-i rin, Mèlie ?

MÈLIE

Qu’est-ce qui çoulà pôreut bin m’dire ?

EMILE

A mi ça m’dit tot plein.

MÈLIE (gênêye)

Oho !

EMILE

Awê, nos avans si bin les mêmês îdeies, li même façon dê comprinde tot à fait, li même caractére, les mêmes gosses, qui ji m’dis tos les joûs pus qui nos estans fait tos les deux onk po l’aute et qui nos d’vrîs nos marier !

MÈLIE

Oh ! nos marier !

EMILE

Et poqwoi nin ?

MÈLIE

D’abôrd ji sos trop jône…

EMILE

Vos avez vingt ans, c’est l’âge…

MÈLIE

Et puis… po s’marier… i fât… [ 32 ]

EMILE

Qwoi ?

MÈLIE (gênêye)

Oh ! vos savez bin…

EMILE

(comprindant mins volant l’fer jâser)

Nenni… di qwoi… pârlez…

MÈLIE

Ji n’pous nin dire çoulà…

EMILE (suppliant)

Jan, sia, ji v’s è preee… Mêlie

MÈLIE

I fât…

EMILE

I fât !

MÈLIe (riant)

Li consint’mimt d’ses parints.

EMILE (d’ine air di r’proche)

Oh ! Mêlie ci n’est nin çoulà qu’vos volîz dire… i fât s’aimer êdon, c’est çoulà qu’vos n’wêsîz dire ; et bin, vos savez bin qu’ji v’s aime, dispôie longtimps, dispôie todis, Mêlie, c’est vos qu’j’a chûsi po m’feumme et si j’enn’a nin co pârlé, c’est qu’vos n’avez mâîe volou. Dihez on mot, Mêlie, rin qu’on mot et ji parol’rê houïe même à mes parints.

MÈLIE

Nènni, Emile, ji n’voux nin. [ 33 ]

EMILE

Mins poqwoi ?

MÈLIE

Po çoulà.

EMILE

C’est çou qu’vos m’respondez todis, mins ci n’est nolle raison… Poqwoi, jan, d’hez-m’ poqwoi qu’vos n’volez nin ?

MÊLIE

Vosse pére consintirê, Emile, mins vosse mame ji sés d’avance qu’elle rêfus’rè ! Qwande feie n’a-t-elle nin dit d’vant mi-même, à l’fontaine, qui s’fi c’esteut on bai pârti, ossi qui c’esteut n’feumme d’ârgint qu’elle lî kwîrreut. Mi coûr sonnéve tot l’oïant jâser ainsi, ka vos savez bin qu’ji v’s aime, mi ossi ; dispôie li diêraine fiesse à Chênêye vos k’nohez mes sintumints.

EMILE

I v’s les a fallou râyî foû dê l’boque, si j’m’ê rappelle.

MÊLIE

Et ji m’ripinds co houïe di v’s les aveûr dit, ka ji comprinds tos les joûs mîx qui nos n’polans mâie esse onk à l’aute.

EMILE

Et mi, ji v’s jeûre qui vos sêrez m’feumme, qwand même ji d’vreus qwitter mes parints.

MÊLIE

Emile, ni jâsez nin ainsi ; pasqui mi, ji deus v’s dire qui ji n’inturrê jamâie par foics ès vosse famille. [ 34 ]

EMILE

Oh ! Mèlie, vos n’m’aimez nin tant qu’mi !

MÈLIE

Emile !

EMILE

Oh ! ji v’s a fait dè l’pônne !

(on ètind dè brut)

MÈLIE

Vochal ine saquî. Mesfyîz-v’s !


SCÊNE IX

EMILE — MÈLIE — DADITTE

DADITTE (mâle à Mêlie)

Tins, ji n’vis aveus nin ètindou ; po qwoi est-ce don ?

MÈLIE

C’est des gravèges po Mossieu Porai, madame. J’a d’nné l’bon à vosse fi.

DADITTE

N’a-t-i dè timps qu’vos estez chal ?

MÈLIE

Nenni, madame.

EMILE

Volà l’bon, mame.

DADITTE (viv’mint)

C’est bon, mettez-l’ so l’banc.

MÊLIE (annoïeuse)

Vos ârez li restant londi à l’nute ou mârdi â matin, savez madame. [ 35 ]

DADITTE

Merci, ji frè l’commission â maisse.

MÈLIE

A r’veie, madame…

DADITTE

A r’veie.

(Mêlie sorte tot plorant)

SCÊNE X

DADITTE — EMILE

DADITTE (à s’fi)

Volà n’pitite dam’zilette qui ji n’pous-st-oder.

EMILE

(allant s’mette à l’tâve)

Poqwoi don, vis a-t-elle mâie fait n’saqwoi ?

DADITTE

Nenni, mins sins savu poqwoi, enfin elle ni m’rivint nin, et tote jône qu’elle esteut ji n’aiméve nin di v’s vèï jouer avou ; vos d’vez v’s è rappeller.

EMILE (si dressant)

Ji n’a pus faim.

(i sorte po l’dreute)


SCÊNE XI

DADITTE

Ji n’aime nin Gârnir ni s’feumme, mins j’aime co mons leu feie ! [ 36 ]

SCÊNE XII

DADITTE — GARNIR

(avou on papier d’colon)

GARNIR

(chantant so les montêyes)

L’Amour est enfant de Bohême
Qui n’a jamais connu de loi,
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime

(intrant, à Daditte)

Et si je t’aime prends garde à toi !

DADITTE

Estez-v’s co là !

GARNIR (saluant)

Mi ? Nenni. C’est Pierre. Pierre Gârnir pour votre service, belle dame !

DADITTE

Ji n’a nin mèsâhe di vos chervices et co mons d’vos !

GARNIR (avou flemme)

C’est po çoulà qui j’sos v’nou.

DADITTE

Vos d’vrîz d’morer ès vosse mohonne ; li sem’di dè mons ; vos savez bin qui c’joû-là on gênne divins les manèges.

GARNIR

Tonton vint co d’mè l’dire, c’est po çoulà qu’ji sos v’nou chal.

DADITTE

Bin, i n’a nin pus mèsâhe chal di vos qu’ès vosse mohonne parè ! Etindez-v’s bin, çoulà !

(Porai inteûre, moussî d’on sârot pleutî et n’calotte)

[ 37 ]

SCÊNE XIII

LES MÊMES — PORAI

PORAI

Qui n’a-t-i don ? Si dispute-t-on chal ?

GARNIR

Ba c’est Daditte louquîz-là, qui n’sét mâie mi lèyî pâhûle. Mi qui vint chal por leie — inte nos deux seûie-t-i dit — elle mi r’çût pé qu’on chin d’vins on jeu d’beies.

PORAI

Vos deux, vos v’s disputez todis.

GARNIR

Bin louquîz i m’sonléve portant qu’nos estîs fait po nos ètinde !

DADITTE

Awè, todis sûr !

GARNIR (à Porai)

Valet, i fât louquî so vosse feumme, elle mi veut tos les joûs pus voltîs, on joû çoulà toûn’rè mâ, et mi, ji n’responds d’rin savez.

PORAI

Ji sos sins nolle sogne.

GARNIR

Vos avez toirt, enfin ji v’s a prév’nou. Asteûr, qui voux-je dire, vinez-v’s avou mi ?

PORAI

Wisse allez-v’s ?

GARNIR

Ji m’va-st-à l’Hirondelle, mette mi jône bleu. Et bin ? [ 38 ]

PORAI

Qui v’s sonle-t-i don Daditte ?

DADITTE

Il est trop târd po co nn’aller èdon !

PORAI

Ji n’a nin co sorti cisse samaine.

GARNIR

I fât sorti, valet, surtout si vos volez fer plaisir à vosse feumme, ka, elle mi d’héve co toratte qui les hommes ni fet qu’dè gênner l’sem’di avâ l’manêge.

DADITTE

Qwand j’a dit çoulà, c’esteut por vos.

GARNIR

Jan jan, ni v’nez nin fer des complumints à Lambert, èdon ; vos estez trop vîx tos les deux po v’s dire des doux mots. (à Porai) Sia sia valet, c’est qu’elle ni wesse vis èvoyî foû d’chal, mins l’sem’di, totes les feummes sont-st-ainsi, Tonton m’l’a co dit toratte, les hommes gênnet.

PORAI

Ji m’va n’gotte avou Pierre ainsi, savez Daditte.

DADITTE

Allez wisse qui vos volez !… Et l’soper ?

PORAI

Ji sop’rè toratte… Estez-v’s co mâle ?

GARNIR

Elle n’est mâie aut’mint qwand j’sos chal hein leie… jan, rotte todis, ni t’embarrasse nin. [ 39 ]

PORAI

Allez, en avant, ji v’s sûs.

GARNIR

Daditte, au revoir, sans adieu ma turturelle !

(tot sortant, à Lambert, en chantant)

Des feummes ainsi, on leur toiche la tiesse

Tout comme à un colon. (bis)

(is sortet)

SCÊNE XIV

DADITTE

Oh ! ces Gârnîr,… ji finih’rè bin par les avu foû d’chal !



FIN DÈ PRUMIR ACKE