Li deuket

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Li deuket
[ 62 ]
Li deuket.

Mâgré ses cinquante ans, l’notaire di noss viège
Est co todi jonnehomme, mais à s’pleutî visège,
On veut qu’i n’est jonnehomme qu’pasqu’i n’est nin marié.
On joû, qu’aveut-i fait ? N’fâ nin m’el dimander,
Mais i li vint so s’ deugt, li gros deugt, enfin… l’pôce,
On gros boton qu’infelle, qui dvint comme ine vraie dôce.
A médecin del commeune, i court mostrer si’ infleur
Et li dit, tot trônnant : — Qu’est-ce qui j’a là, docteur ?
— D’abôrd, li dit cichal, vos avez n’flairante vesse
Et j’veu qui vos avez stu magnî des grevesse.
— Mi, nonna. — A qu’cia, jel veu, ji n’mi trompe nin,
Vos avez stu picî è pôce, ni m’cachîz rin.
— L’infleur ni pout-elle nin proveni d’ine tote aute câse ?
— Di d’quoi, heie ? — Vlat hû joû j’a magnî d’ine veie hâse
Qui flairive, on aveut rouvi d’el mette è sé.
— Flairive-t-elle tant qu’coula ? — J’nel sâreu dire assez.
— Alorss, riprind l’docteur (tot fant ine pitite mowe,
Lu qu’aveut louqui l’pôce, li fer passer n’colowe).
Ci sèreut bin ainsi. — C’est juss comme ji v’la dit
Ji n’direu nin co n’boûte po m’pârt dè paradis.
. . . . . . . . . . . . . .
— Vos n’dihez rin, docteur, qu’est-ce qu’i fâret qui j’faisse ?
Li médecin rlèvant l’tiesse, qu’esteut tournaie vet l’aisse :
— S’on vout co v’fer magni, diss-t-i, on s’fait boquet,
I fâret mette ine wâde, comprindez-ve ?… on deuket.