Les deux maisses d’armes

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les deux maisses d’armes  (1896)  by Antoine Bouhon
Les deux maisses d’armes
[ 1 ]
A m’camarâde G. BOLAND

LES

DEUX MAISSES D’ARMES

Comèdeie è in’ Acke

Da

ANTOINE BOUHON

Lauréat â concours di littérature dè club Les Wallons


Riprésinteie po l’prumire feie, à l’Comète

li 5 Janvir 1896


Prix : On d’meie franc

LIÉGE

IMPRIMERIE ET LITHOGRAPHIE Julien WASSEIGE

45, Rue Féronstrée, 45

1896

[ 2 ]
Personnèges : Créateurs :
Mathi, coèp’hî, pére da Cathrène G. BOLAND
Noé Bidon, mononck da Jôseph F. XHENSEVAL
Colas, camarâde da Jôseph L. COLLARD
Jôseph, galant da Cathrène V. NADIN
Cathrène, fèye da Mathî Mme JOACHIMS
Yann’, li kaizèrlique

AHESSES :

Ine tâve di coèp’hî, des vîx solés, on banstai avou des affaires po keuse, ine hov’lette, ine essègne, botèye et des verres, on diplome, in hôrloge.

N. B. Jôseph a mettou on costume di sôdârt qui r’vint avou s’cangî.


[ 3 ]
LES DEUX MAISSES D’ARMES

Li scinne riprésinte ine grande champe a dreute ine poètte a l’hinche li couhenne, ès fond ine poètte, ine tâve et treus chëires a dreute, ine cômaude ès fond, a gauche ine tâve di coèp’hi, on rèveil sos l’cômaude.


SCINNE I


MATHI, tot pindant l’èssègne

Là ! Vola todis n’saqwèt d’fait (tot louquant l’heure). Il est pus târd qui ji n’pinsév ji n’sé qui vous-t-èss ovrî et surtout coëp’hi, coëp’hi ! Sint Houbert c’est l’pus laid d’tot, on v’s’hère des ovrèges a fer, qui n’valait nin les pônne seul’mint d’ess’ ramassé sos l’pavaie. (I s’assid a s’tâve et prind on vîx solé) Vola sur onck qui mérite d’aller elle banse âx riquettes et dire qui m’fât mette des s’melles et des talons. Si on houtez-ve les gins po l’jou d’houie, i fâreus fer dè noû avou des vîx (Cathrène inteur pô l’gauche avou on bans’tai, li mette sos l’tâve et r’mette li champe a pon).


SCINNE II

MATHI ET CATHRÈNE

CATHRÈNE a pârt rilouc’quant s’père

In m’a nin l’air d’ess’ ès s’bonne.

MATHI casse si alenne

Bon ! vola mi alenne sos flotte, ji veus bin qui ji m’a co lèvé l’cou d’vant ji n’fait rin d’bon. [ 4 ]

CATHRÈNE, a pârt

Li journaië kiminçe bin mâx, porvu qu’elle finih mîx.

MATHI

Vos m’la obligî d’aller disquè vînâve, po n’ès ravu eune.

CATHRÈNE

Volez-v’s qui ji vâië papa.

MATHI

Po m’rappoërté eune qui hoch’rait sos l’côp, merci j’enn’ès vout nin. J’irai mi minme (Cathrène s’sassis a l’tâve Mathi a pârt). Comme çoulà j’irai vèyë Noé, ca nin pus long qu’hîr a l’sîce amon Groubiotte, il aveut co l’air dè rire di mi (i disfait s’ventrin), et c’est lu qui vous ess’tot (tot mettant s’fracque). Mins ! nin pus târd qu’houië, i fât qu’on veuss’ li maisse di nos deux I fat portant qui ji faiss’tot doux avou Cathrène, ou sins qwèt elle va co dire qui mes candes rawârdait st’après mi. (haut) Cathrène.

CATHRÈNE tot s’slèvant

Qui v’s fâs-ti don papa.

MATHI

Tot allant r’qwèrrî mi alenne, j’irai tot don côp prinde mêseure amon Moncheu… chose-là… ji n’pout r’toumé sos nô, pas vos savez bin li grand camus po qui j’a fait des bottes l’hivïër passé.

CATHRÈNE

On grand camus ; ji mi rapelle nin d’çoulà.

MATHI

Sint Houbâ, j’a l’nô sos l’bèchette del linwe et j’nel pout dire.

CATHRÈNE

Si n’est portant nin Moncheu Soheure. [ 5 ]

MATHI

Tot juste c’est lu (a pârt). Ottant lu qui n’aute.

CATHRÈNE

C’est bin po v’s dire, mi ji n’la mâië loucqui po on camus, ca qwand nos estîz jônne on brèyèv’ après lu bèchou.

MATHI, tot prindant s’calotte

C’est qu’vos avez loucqui dobbe, il a st’ine frève qui dresse comme li cowe d’on live qui prind notre dame di Galoppe. A propos si Yann’ vint dihez-li qui ji li donrait s’lèçon cial (a pârt). C’ett ine homme comme il l’y fâreut.

CATHRÈNE

Ni d’mané nin longtimps ès don papa.

MATHI

Divint on qwârt d’heûre ji sèrai cial (i sorte).


SCINNE III

CATHRÈNE puis COLAS

CATHRÈNE tot louquant l’heure

Ji creus qui les awèyes n’avonçait min, mon Diu comme j’a l’timps long (tot sèchant n’lette fou di s’poche). Jôseph mi dit bin so s’lette, qui sèrai cial divant l’diné, mins ènn’ ès s-ti sure, les sôdârts qwand i l’ont fini divait fer saqwantès chapelles divant di s’qwitté, et puis qui vous-ti dire, qu’on l’a noumé prévot, il est dèjà comparâle, mins prévot, çoulà c’est dè flamind por mi (Colas inteure po l’fond).

COLAS

Pout-on intrer.

CATHRÈNE

Çou qu’vos d’mandez Colas, vos savez bin qu’cial vos estez todis bin r’çu. [ 6 ]

COLAS

Adon on pout s’risqué, ainsi Cathrène c’est houïe li côp âx gèyes.

CATHRÈNE

Pourvu qu’ça vâië bin.

COLAS

N’avez-v’s nin dit a voss’ papa qui Jôseph riv’nez-v houïe.

CATHRÈNE

Ji n’a co rin dit.

COLAS

C’est l’twére qui vos avez st’avu, ca mâgré qui voss’ papa a d’né s’parole à Jôseph, i poreut co bin l’risèchi, surtout qui j’sé co bin qui n’a onck qui kwire à v’ni cial por vos.

CATHRÈNE

Por mi.

COLAS

Awèt c’est st’ainsi.

CATHRÈNE

Ji voreus bin savu quî c’est ?

COLAS

Quî c’est, pa c’est Yann’, li kaizèrlique.

CATHRÈNE tot riant

Colas, po s’côp cial, ji creux qu’vos blousez.

COLAS

C’est portant bin ainsi, c’est Groubiotte qui m’la dit, i sont tot fer essonle. Qwand on veut Yann’, on veut voss’ papa.

CATHRÈNE

Groubiotte freut baicôp mîx di s’taire. [ 7 ]

COLAS

Voss’ papa a mînme dit, qui Yann’ n’esteut nin on mâva pârti.

CATHRÈNE

Nin sur por mi, ca j’aînme Jôseph, et nol aute qui lu ji nel sipwès’rait.

COLAS

Et v’s avez bin raison Cathrène, ca Jôseph vi s’aînme comme si vos estîz s’bon Diu, et puis c’est on brav’ valet, on bon camarâde, et onck sur qui n’riboute nin l’ovrège.

CATHRÈNE riant

On veut bin qui vos estez l’boton pareië à l’habit savez vos Colas.

COLAS

Poqwèt çoulà.

CATHRÈNE

Pasqui Jôseph enn’ è dit ottant por vos. Après s’camarâde Colas, enn’ à pus.

COLAS

Po çoulà c’est comme les treus Musquetaires, à la vie, à la mort parèt nos autes (is riait tos les deux).

CATHRÈNE

N’allez-v’s nin vêyï à l’èstâchon, Colas !

COLAS

Si on saveut l’heûre dè train, ou îreut bin, mins volà, ess’ po dih, ess’ po onze on nel sé nin.

CATHRÈNE

I m’dit bin sos s’lette qui sèrai cial divant l’diné. (On ètind jâsé sos l’poètte). On direut qui c’est m’papa. (Colas va vêye). [ 8 ]

COLAS

C’est Mathî avou l’mônonck da Jôseph, ji m’sâve.

CATHRÈNE

Allez po l’couhenne Colas, vos sôrt’rez po l’coûr (is sortait tos les deux).


SCINNE IV

MATHI, NOÉ puis YANN’ et CATHRÈNE

MATHI tot z’intrant

T’es st-on vîreux.

NOÉ

Vos v’s trompez camarâde, c’est vos qui vous todis avu raison. Ji sé bin çou qu’ji dis, ji n’sos nin saû.

MATHI

Nenni, c’est mi qu’est saû.

NOÉ

Ji n’dis nin qui vos l’estez.

MATHI qui s’èpoëtte

Comme vos z’y aller, il avîss’ qui c’est vos qu’est tot et qu’Pèneie n’est pus rin.

NOÉ

Mathî, i n’fait nin a discuter avou vos. Vos z’èsmonter comme ine sôpe âx laiçait.

MATHI

Ji v’s dis co n’feyë, qui n’aveus noucqu’ comme mi ès régîmint. Jel z’âreut st’èsbrôchi tos comme on chap’let d’inglitins.

NOÉ

Et mi ? I m’âreus falou veyë. [ 9 ]

MATHI

Vos ? vos n’avez mâië si tu maisse d’arme comme mi. A la bonne heure in saqui a s’tu prumî prévo âx cinqaînme.

NOÉ

Âx cinquaînme ; vos m’fri bin rire, ca li fré da Chanchesse, ni m’enn’a mâië jâsé et portant il a chiervou âx cinquainme avou vos.

MATHI

Nenni po çou qui l’esteut jallô, qu’a-ti mâië si tu lu ? Mins mi j’a stu comparâle.

NOÉ

Ji l’esteus bin avou et si j’avass’ volou jâreus s’tu sorgent.

MATHI

Tant qu’vos z’y estez, dihé por génèrâle vos n’ârez ni pus ni mon.

NOÉ

Si vos nel volez nin creure, tant pis por vos.

MATHI

Por mi c’est-a l’mûraille qu’on veut l’maçon.

NOÉ

Dabôre Joseph va rinv’ni et vos veurez qui vs’zel dirait tot comme mi.

MATHI

Awet ! Joseph ni pou wâde dè dire li contrâve on l’sé bin.

NOÉ

C’est tot simpe pus qui dirait l’vraië.

MATHI

C’est vos quel dit ; et dabôre Joseph ni çi k’nohe nin

la d’vint. [ 10 ]

NOÉ

Vos n’avez nin todis dit çoula, qwand Joseph vinév’ passè l’sîçe cial pos vos feye Cathrène vos n’dihiz nin si faite.

MATHI

Awet mins dispôïe j’a kwand’ji d’ideie, si pinse avu Cathrène i s’trompe, j’enn’a st’onck à l’main et c’est on bon valet, il a n’belle prestance, il est propriétaire et puis ji li donne des l’çons d’arme, i m’rivint foért bin.

NOÉ

Ji sé d’qui vos volez jâser… c’est dè flamind, seul’mint il arrive trop târd â l’sope ènn’ a pus.

MATHI

Qui volez-v’ dire.

NOÉ

Qui l’plèce est prise, Cathrène aînme Joseph, dimandé-li vos veurez çou qu’elle dirait.

MATHI

Qu’elle aînme tant qu’elle vous, c’est mi qu’est s’père et c’est mi qu’est maisse.

NOÉ

Nos savans bin qui c’est vos qu’est maisse, mins ni brèyant nin si reud, Cathrène a vingt deux ans elle pout fer a s’manire, et puis vos avez d’né voss parole a Joseph.

MATHI

Qui l’âyë ou qui l’âyë nin, nos vièrant bin l’çi qu’âreut dreut.

NOÉ

Jan Mathi lèyant çoula âx réce, ni nos fant nin des mâx d’tiesse. Mostrez-me les fleurès qu’on z’a st’ avoëî. [ 11 ]

MATHI

Ji les aveut rouvî… ji m’va les qwèri (i sorte po l’dreute).

NOÉ

I m’fâ aller tot douc’mint avou Mathi, ou sins qwoë c’est Joseph qu’ennès pâtirais et po l’jou qui r’vin, i n’fâ nin avu des disdu (Mathi rinteure avou les fleurès).

MATHI

Qui d’hez-v’ di çoula (i donne on fleurè a Noé).

NOÉ

I m’sônne qui l’est-on pau reud, i n’vergeyë nin assez, (i prind l’aute). Ci cial vâx baicop mîx.

MATHI

Pusqui ci-la est bon sayant nos… Nos veurant l’maisse di nos deux.

NOÉ a pârt

Waye ji l’estind vini aveu ses gros sabots (haut). Merçi ji ni tint nin, ji n’so nin houïe daplomb po fer des armes et puis m’fracque mi d’jeïnne.

MATHI riant

Ah ! ah ! Vos avez sogne camarâde, vos cannez ? Voss’ fraque… c’est-ine carotte qui vos m’tirez, on l’disfait et tot est dit. Mins ! dihez pus vite qui vos nn’avez st’a fer a pus foért qui vos et qu’vos r’noncî.

NOÉ qui s’èpoète

Rinoncî ! Halte savez çoulà. Ji n’l’a co mâïe fait et c’n’est nin vos qui m’frè bodji.

MATHI

Nin mi ? [ 12 ]

NOÉ

Nenni çoula et po v’z’el prover, allans-zi. (Is disfait leus fraques).

MATHI

Ciss’ fèye cial, nos veurans les maisses.

NOÉ

Vos polez bin Mathî, apprester vos côps, ji vas v’s fer vèye qui ji n’sos nin manchette.

MATI

En garde ! (Yann’ inteure tot douç’mint po l’fond).

YANN’

Ayë… Quesi quel Mathî va faire avec Noé… Jel suis sûre quel va si spinkaie Noé comme qui faut.

NOÉ touche Mathî

Touchez !

MATHI

Tote à pônne, ji n’l’a nin sintou.

YANN’

Bénamaie comme el jowe bin.

NOÉ tot fou d’lu

Touchez !

MATHI qu’a foért chaud

Mi r’vinche !

YANN’

Jel voudrait pas ess’ à la grand’ thèâtre. (Mathî et Noé fait côp fôré)

MATHI tot bèch’tant

Vos… vos z’y-estez, ji v’sa touché. [ 13 ]

NOÉ

Ci n’est nin vraie, c’est mi !

MATHI

Ji v’s dis qu’ c’est mi.

NOÉ qui s’époètte

C’est mi !

MATHI tot mâva

V’s avez bourdé.

NOÉ

Vos avez minti.

MATHI

Kimin ja minti ? (il apogne Noé)

YANN

Oh ! lève ès gotte… Quel s’apogne po l’bon astheur.

CATHRÈNE inteur po l’gauche

Papa !… Papa qui fez-v’s don mon Diu.

YANN

Quelle z’affaire ! quelle z’affaire ! (Yann’ apogne li hov’elte).

NOÉ

Volez-v’s mi lacher.

CATHRÈNE

Jan don flamind vinez m’aidî… Papa, Moncheu Noé jandon.

MATHI

Tint attrappe.

NOÉ

Sint Houbert ! (Cathrène les sépare et sorte avou Noé. Yann’ qu’a volou bouhî sos Noé, a d’né l’côp d’hov’lette a Mathî). [ 14 ]

MATHI

Wâyë… nom d’un hû… C’est ainsi flamind.

YANN’

Mais… moncheu Mathi.

MATHI

Kimint don flamind d’potinse, vos avez l’toupet di bouhî sor mi avou l’hov’lette (Mathî apogne si mârtait).

YANN (pui coure âtou del plèce)

Mais moncheu Mathî jel faite çoulà pour faire du bien, pour séparé vous autes.

MATHI

Rawâd’on pau t’enn’ès va st’avu dè bin (yann’ si sâve). Flamint va ; Mi qui li apprindev’a tiré d’arme et i vint… (i fait l’jese dè bouhi). nom d’un hu !… (Cathrène rinteure).

CATRHÈNE

Mins qu’a-ti poquoë vi z’avez-v’s batou.

MATHI

Çou qui n’a ? Ni soutins-ti nin qui m’a touché tot fant qu’c’est mi qui li a foutte n’botte ès plein stoumack.

CATHRÈNE

Ine botte.

MATHI

C’est sure ine botte : et n’maiss èsco.

CATHRÈNE

Qu’a-ti fait mon Diu, po bouhi avou n’botte sor lu.

MANTHI

Hin !… [ 15 ]

CATHRÈNE

Si vos r’çuvez les gins a côp d’botte ou côp d’solés vos wâdrez sur vos candes.

MATHI

Qu’ess’ qui vos m’ramtez là… Taihîv’ vos n’savez çou qu’vos racontez et dabore ci n’est nin vos affaires… tot asteure ji veus l’côp qu’elle mi va d’né twèr (Mathi sorte tot mâva).

CATHRÈNE

Et bin vola sûr ine belle journaie, kimint tot çoula vas-ti fini… Mi qui comptéve vèyë tot l’monde ès liesse, c’est tot a fait l’contrâv… Mon Diu mon Diu, qu’enn’ avaîrais-ti, c’est po piette li tiesse çoulà.


SCINNE V

CATHRÈNE, JOSEPH ET COLAS

COLAS sos l’poètte

C’est l’bon momint fré Joseph, elle est tote seule, intrant.

JOSEPH tot fou d’lu

Cathrène ! mi binamaie crapaute.

CATHRÈNE

Joseph ! vos v’la rinv’nou ? (is rabressait).

COLAS a pârt

I vas bin l’fisique, i vont torate pâmer.

JOSEPH

Ji n’ çou qu’c’est, mins ji veus tot bablou.

COLAS

Et bin vola sur ine belle, vos n’polez wâde èdon vix fré. [ 16 ]

CATHRÈNE

Volez-v’ beure ine pitite gotte Joseph.

JOSEPH

Vola qu’c’est tot, c’est passé, çou qu’ c’est qui l’jôië, j’aveus l’cour piçit comme divint on viscé ossu, rin qu’d’avu r’vèyou mi pitite Cathrène j’a rouvi pônne et méhins les tracas’rèye di l’armaie ni comptait pus a rin (tot r’louquant Cathrène). Elle n’est nin qwandjèyë mi Cathrène jè l’trouve co pus jolèyë qui d’avance.

COLAS a pârt

Ji creus qui m’a rouvi po jâser ainsi.

CATHRÈNE

Et vos don Joseph ? Po v’dire li vraie, ji n’vi z’a mâie vèyou n’si bonne menne !

COLAS

C’est les buscute et l’plata qu’enn’è sont câse, çoula rin les sodârt pus amoureux qu’malâde.

JOSEPH

Ta bin raison va Colas todis pus amoureux. Mins ? qwand ji r’pinse a nos prumis jous d’hantrèyë.

CATHRÈNE

Li timps di nos prumi rajour est bin long Joseph.

JOSEPH

Çou qui n’nos espèch’ nin di nos véyë co pus volti qui d’avance (i vout rabrressi Cathrène).

COLAS

Tot doux la vix fré… vos prindez feu comme ine brocalle, vos n’vis d’nez nin l’timps dè r’happé halenne. [ 17 ]

JOSEPH

Vos ârîz s’tu bon po prêchî savez vos Colas.

COLAS

Si ji n’esteus nin chal po v’s rapp’lez qui vos d’vez jâsé âx pére da Cathrène.

JOSEPH

Ji sos si fou d’mi qui j’a rouvî l’pére Mathî

CATHRÈNE tot gienneye

Ji volév’vi cachi çou qu’ça passé, mins i vâ co mîx qui jel deie.

JOSEPH

Qu’a-ti ? Vos m’mettez sos des s’pennes.

CATHRÈNE

Vos mônonck et m’papa sont batou, li flamint s’enn’a mèlé et m’papa a r’çu on côp d’hov’lette sos l’tiesse.

COLAS

Wiss sont-ti batou ?

CATHRENE

Chal i n’a qu’on moumint.

JOSEPH

Mi mononck ? Poqwèt ! sâreus-ti batou, lu qu’est si pahûle. Nel savez-v’ nin Cathrène (Colas ramass’ on fleurè)

CATHRÈNE

Ji n’ sé çou qui m’papa volév’ dire, i jâsev’ di toucher, dès côps d’bottes et ji n’sé tot qwet.

COLAS

Mi jel sé bin. Vèyez-v’s çoulà ? [ 18 ]

JOSEPH

C’est-on fleurè.

COLAS

Por mi vola l’affaire. I sâront sayï et di trace a qwatwass’i sâront st’apougnî.

JOSEPH

Todis leus maquets. Maisse d’arme : Is n’viquait qu’po çoula.

COLAS

Maisse d’arme ! Des gâiës… C’est dè maisses d’armes di mon Lèdint c’est co pé qu’ des aguesses so des chauttès cintes.

CATHRÈNE

Qu’allans-je fer asteure.

JOSEPH

Cathrène sèyîz sins pônes, ji m’va aller trové m’mononck et ji frais si bin qui r’vèrait cial avou mi. Fer d’manire a r’mette on pau vos papa.

CATHRÈNE

Ji v’s rik’mande bin Joseph dè fer tot douc’mint avou vos mônonck.

JOSEPH

Compté sor mi. Vinez-v Colas ?

COLAS

I farait bin : (a pârt) Si j’esteus sur qui c’est câse dè flamint, ji v’s li freus pèter s’savoiëe.

JOSEPH

Cathrène ji m’va rivni, et loucqui dè r’mette vos papa ès s’bonne. [ 19 ]

CATHRÈNE

Awèt Joseph (Joseph et Colas sortait). Pauve Joseph, a pônne riv’nou l’vola d’vint l’imbara et m’papa deut-ess tot a fait d’mâlhoumeur. Falév-ti qu’ine affaire ainsi arrivah on jou comme houïe, c’est vraie qui j’a s’tu sègneie â matin, chaque feie qui ji veus des pourçais tot doviant l’poëtte ji sos sur d’avu des côps grognons avâ l’mohonne. (tot houtant) Vochal mi papa fant tos douc’mint.


SCINNE VI

MATHI ET CATHRÈNE

MATHI, inteure po l’gauche et va s’assire a s’tâve

(a pârt) I m’a dit qui j’aveus minti, a mi ! On vix camarâde : ji nel pou rouvi.

CATHRÈNE

Papa.

MATHI

Et-bin qui n’a-ti co n’feie ?

CATHRÈNE

(A pârt) Fant tot douc’mint. (haut) Vos n’savez nin çou qui n’a d’novai ?

MATHI

Qu’a-ti d’novai ?

CATHRÈNE

I n’a Joseph qui vint dè v’ni et…

MATHI

Et quoë

CATHRÈNE

I v’fait bin des complimints, i l’a fini s’terme â l’ârmeie.

MATHI

Tant mieu por lu (a pârt) comme elle est vite prête po [ 20 ]m’dire qui l’est riv’nou. Noé areus-ti raison elle a l’air tote fou d’leie.

CATHRÈNE

J’allev’ rouvi di v’s dire qui Joseph va riv’ni po v’s jâsez papa.

MATHI tot s’lèvant

C’est bon qui vinse, mins, si ravisse si mônonck i pou d’mani la… Cathrène vos m’irez qwèri n’alenne chal jondant et v’direz tot d’on côp a l’servante qu’elle vinse prinde mèsure po ses bod’kennes prindez tot don côp l’boteie, comme çoula vos n’frez qu’in vôië.

CATHRÈNE prind l’boteie

Ess’ tot çou qui v’s fâ papa.

MATHI

Awèt c’est tot… N’estez-ve nin co èvôië.

CATHRÈNE

Vola j’enn’ès va (elle sorte po l’fond).


SCINNE VII

MATHI

Ja m’tiesse qui broule comme on feu… Ji sins l’sonck qui m’monte â cervai j’in m’attindév nin sur a çoula, portant Noé est pus foërt qui mi, mins ! jè l’râraît bin pas târd i fâ qui ji seuie si maisse, sins quoè les autes sèriz capâble dè rire di mi ! qu’a todis s’tu li prumi d’tot z’el… (i tint s’tiesse) c’est po l’pus sure li côp d’hov’lette qu’est câse qui j’a m’tiesse qui broûle ainsi. Qwand ji pinse â flamint ji mi sins pus d’colère aussu qwand jè l’tairais i sârait po qu’bin. (On bouhe a l’poète) qui sèreus qui vint… intrez. [ 21 ]


SCINNE VIII

YANN’ ET MATHI

YANN’ jienné

Moncheu Ma…

MATHI

Kimint avez-vs co l’toupét dè v’ni chal.

YANN’

Jel vins po… po… jel vins…

MATHI

Vass’ dire poqwèt, ou bin ji fait on côp d’mâlheur dit laid coërps.

YANN’

Et bin jel’vais tot tel dire, mi quel pinsév’si bin marié Cathrinne, tel a fouté mi a l’poëtte.

MATHI

Qu’as-ti avou çoula t’enn’a co trop pau.

YANN’ qui s’èpoëtte.

Çou quel la ? tel la rouvi tote çou qu’jel a fait, tel la rouvi totes les bonnes verres di conack et del sè di ponce et tot çoula po foutté mi a l’poëte. Mains ? tel la nin co fini avec mi. jel t’arais autemin tel ârais pus mon pratique a mi.

MATHI

Vass’ mi fouté-l’camp.

YANN’

Rinde moi mes bottes avec mes solés.

MATHI li jette ses bottes

Tint vo les la tes bottes et tes solés, et vassè cése !

YANN’ ramass’ ses bottes

Oui jel vas m’en allais et toute dè suite, mains jel… [ 22 ]

MATHI

Vous z’enn’ aller flamint, ou bin ji t’henne a l’âwe.

YANN’

Jel dirai a tote…

MATHI apogne ine chëire

Non d’in hu ! (Yann’ rîclappe li poètte) Laid d’cohî flamint.

YANN’ ridouve li poètte

Jel dirais a toute li monde.

MATHI

Kimint t’enn’ès va nin (I coure sos Yann’ qui tot s’sâvant s’trèbouhe sos Colas).

COLAS à l’intraie del poètte

Qui faiss’ donc flamint piette tu l’tiesse (i l’inteure)


SCINNE IX

COLAS, MATHI ET PUIS CATHRÈNE

COLAS

Mathi ji v’sohaite li bonjou.

MATHI

Bonjou Colas.

COLAS

Qu’avez-v’s fait â flamint po côri èvoie comme i fait. I coure comme si l’aveus l’diale a s’cou.

MATHI

Pas i n’a rin, c’est-on bouhi i l’a on boës fou d’iss’fahenne. [ 23 ]

COLAS a pârt

On foute li flamint a l’ouhe çoula n’va nin co d’si mâx. (haut). Mathî i m’fâreus prinde mèseure po des solés mins ; i m’fâ n’saqwet d’bai. comme po z’aller a on mariège.

MATHI

Kimint Colas, vi z’allev’ mette li coëtte ès busait. Loucqui bin çou qu’vos fez, ca les feumm’reies… J’enn’es sé n’saqwet.

COLAS riant

Ji n’mi mareie nin Mathi… mins on n’sé çou qu’pou st’arrivé et puis on n’a des camarâdes quel polai fer.

CATHRÈNE

La ! vole Colas.

COLAS

Tint vola l’belle Cathrène, kimint v’s vas-ti.

CATHRÈNE

Todis l’mînme po n’nin kwandji.

COLAS

Awet todis pus amoureuse qui malâde.

CATHRÈNE

C’est çoula mînme.

MATHI

Vudi l’gotte Cathrène, ça vâ mîx qu’dè tant jâser. E vos Colas beurez-v’s bin n’pitite avou.

COLAS

Ji n’a mâïe rèfuser l’baptème (bas à Cathrène). L’affaire est faite, Joseph a trové s’mônonck et d’on momint à l’aute i vont v’ni. [ 24 ]

MATHI s’aprépant del tâve

Buvant on cöp a voss’santé.

COLAS

Qui bin nos fasse… Ayè Sint Houbâ c’est dè clapant.

MATHI

Ji n’beus mâië qui si la. Esco eunne Colas.

COLAS

Dè pareië pus vite deux qu’eunne.

CATHRÈNE tot rimplihant les verres, à Colas

Ji creus qu’vos les chal.

COLAS a pârt

Waye fant attintion vo chal les grands vint.


SCINNE X

NOÉ, JOSEPH, MATHI, COLAS ET CATHRÈNE

NOÉ a st’on neure ouie

(a l’intreie del l’poette) Pout-on intrer Mathi ?

MATHI

Awet… inteur Noé.

COLAS a pârt

Ji creus qui nos n’ârans nin d’l’orège li vint toûne.

NOÉ

Comme vos m’dihez çoula estez-v’s todis mâva ?

MATHI jeinné

Nenni Noé les mâlès vapeurs sont passèies. [ 25 ]

COLAS bas a Cathrène

Ji creus qu’ça va aller tot seu.

CATHRÈNE

Espèrans-le

NOÉ

Vochal Joseph qu’est riv’nou et qui vint v’veyi.

MATHI

Çoula prouve por lu, qui l’a del rikcnohance.

JOSEPH

Vos estez bin bon Moncheu Mathi di m’jugi ainsi, mins ji sos v’nou po aute choës.

COLAS a pârt

Vochal l’aloumire (Noé et Cathrène si jâsait)

MATHI

Di qwoë volez-vs jâser don Joseph.

JOSEPH

Moncheu Mathi vos m’avez promettou vola treus ans, qui ji pôreus sposer Cathrène qwand j’âreus fini m’terme. Je vins vi d’mander si vos tinrez pârole.

CATHRÈNE a pârt

Ji sos chal sos des spennes.

MATHI

Broule-ti si foërt qui çoula, qu’a pône riv’nou vos jâsez d’mariège.

JOSEPH

Nos avans conv’nous avou Cathrène, di nos marier li pus vite possibe. I n’a tant dè timps qui nos hantant qui [ 26 ]fâ bin n’est fini on poreus fé des blagreies amon les wèzins et puis ji so vraimint tot d’seulé pusqui ji sos orphulin.

NOÉ a pârt

Mi prind’reus-ti po on zéro.

MATHI

Et bin qui sônne-ti Noé.

NOÉ

Qui s’mareie : c’est çou qui la d’mîx a fer.

COLAS bas a Cathrène

Vola qui bèche.

JOSEPH

Vos m’aviz d’né vosse parole.

MATHI

Awèt mins ! C’est qu’on n’si mareie nin ainsî c’est qui fâ bin des ahesses divint on manège.

NOÉ

Po çoula i n’a nou risque, ji li monte tot s’manège.

JOSEPH

Oh ! Mononck vos estez fleur di brav’homme, ji n’sé kimint vi r’merci.

COLAS a pârt

I fat creure qui l’est v’nou â monde avou l’ham’lette po z’avu ottant d’chance.

MATHI

Pus qui c’est ainsi Joseph vos avez m’consint’mint.

CATHRÈNE tot abressant s’pére

Oh ! papa merçi. [ 27 ]

JOSEPH

Merçi Moncheu Mathi, merci. (Is s’dinait l’main)

COLAS

Ci côp chal c’est po l’crâsse crômpirre i n’a bin dè timps qui ji n’âie mettou m’jève ès caroge. Et bin Mathi vos vèyez bin qui m’fâ des solés po z’aller a on mariège.

MATHI

Vos avez raison Colas (a pârt). Mins ji pinsev’ bin pau qui j’âreus payî les violons.

CATHRÈNE

A propos Joseph vos d’viz rappoèter ine saqwet.

NOÉ

Sereus’on pan d’sodârt.

JOSEPH mostrant on rolai d’papi

Vola çou qu’c’est mi brèvet d’prévot d’arme.

MATHI ET NOÉ essonle

Non d’un hû.

COLAS a Cathrène

Çi n’est nin onck di maisse di danse.

CATHRÈNE a Colas

Po s’côp chal ? c’est Joseph qu’est tot asteur ji comprin prèvot !!

MATHI

Prévot !… (i prind Joseph a pârt). Joseph ji v’donne mi feie, mins a condition qui j’ârais des l’çons da voss’.

JOSEPH

Poqwet fer.

MATHI

Çoula c’est mes affaires. [ 28 ]

JOSEPH

Ji sos contint mins…

MATHI

C’est tot, c’est conv’nou Joseph (a part). Comme ji v’s va splinki Noé qwand j’ârais r’çu des l’çons.

NOÉ fait des sègnes a Joseph

Joseph, ji v’s a promettou qui ji freus mi testamint por vos ès don et d’pus ji montreus vos manége.

JOSEPH

Awèt monock.

NOÉ

Mins ? I n’a st’ine condition, vos m’donrez des lèçons d’arme.

JOSEPH

Vos n’ârez mononk.

NOÉ

C’est bin Joseph, ji compte sor vos (a pârt) comme ji m’va dôpinez Mathi.

MATHI

Joseph ji v’s fait tos mes complumints, et vos Noé ? vos dihez rin.

NOÉ

Ji m’attindev’ a çoula tote li famille a stavu dès brèvets d’arme (Cathrène apresteie des verres).

COLAS a pârt

Ji plains l’çi qu’âreut marier s’sour pol siplinkège.

CATHRÈNE

Vochal les verres si vos volez beure ine gotte.

COLAS

C’est çou qui n’a d’mèyeu. (i buvai) Buvant âx maisse [ 29 ]d’arme, et â prumi assaut qu’on frait.

MATHI

Li prumi jel vous fer avou Noé.

NOÉ

Ji vous bin mins nin a côp d’tiesse.

MATHI

Ni à côp d’hovlette.


SCINNE XI

LES MINMES ET YANN’

YANN’ intrant

Moncheu Mathi rouveie une fois çou qu’jel a dit. J’aime toudis bin Cathrène et vola mes bottes pour rifaire. (I riait turtos).

MATHI

Trôp târd flamint, vola m’fiâsse.

YANN’

Binameie jel suis co attrapeie !

NOÉ

Asteur, nos irans tos amon l’gendarme, c’est mi qui règale.

COLAS

On moumint i nos mâqe co n’saqwèt.

CHANT

Messieux po les ècorègî
Et po l’zi rinde on pau del foèsse.
Po l’jou qui s’divront risyaî.
C’jou la por zel sèreust-ine fiesse.

[ 30 ]

Si vos d’niz quèques applaudih’mint
Çoula po l’si d’ner feu zè blammes
Vos les veuri dè pus rat’mint
Divni les pus crânes des maisses d’armes.

ESSONLE

Vo les veurî dès pus rat’mint
Div’ni les pus crânes des maisses d’armes.