Les berwettes

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Les berwettes
[ 46 ]
Les berwettes. (*)

Po fer ses pâque, li ptite Nanesse
Ess t’adlez l’curé, elle si kfesse.
— N’avez-ve mâie fait li ptit pèchî ?
— Po dire li vraie ji n’sé rèchî
Dsus. — Ji comprind, mais kibin d’feie ?
— Ji n’è sé rin. — Portant, jônne feie,
I fâ m’dire çoula tot à long
Ou v’n’ârez nin l’absoluchon.
— Mon pére, ji n’el sâreu mâie dire.
— Qu’est-ce qui vos avez donc à rire ?
Allez, louquîz dè rivni d’main,
Rèflèchihez dusqu’â matin,
Et v’m’appoitrez ochtant d’chandelle
Qui v’s’avez… — Vos l’s’ârez, dis-t-elle.
A l’prumire messe, li jou sûvant,
Nanesse accourt mais c’est tot n’fant
Nou brut. On l’veut chouquî d’vant leie
Ine grosse berwette qu’est tote rimpleie
Di chandelle. Vèyant l’gros hopai.
Li curé dit : — Ci n’est nin bai,
Kimint pout-on estant si jônne
S’avu déjà !… diné tant d’pônne !!
— Çoula v’s’èware, mocheu l’curé ?
— Awet, chette, ji so st’èwaré !!
— Houtez, i n’ia ni chitte ni chette,
J’è n’n’a co bin po deux berwette.