La vatche d’Ofagne (Picard)

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Ôtès modêyes : Rifondou walonFeller-Francard-Mahin
Li vatche d' Ofagne  (1921) 
by Octave Picard, edited by Lucien Mahin
Recitaedje avou l' accint d' Tchonveye (2020)



C'estot à Ofagne, tin don mwet d'octôb.
Les-oumes à pèrbrès, les fames, enlevant 'n rôbe,
Trouvaint qu'i vjot tchô — è 'l avaint raison.
On z-avot mète, padrî eun' mwaijon,
Dedin in courti bin raclô, eun' vatche,
Chûr qu'ell' ne saurot n-aller à damatche.
La vla don tout' seûle — ce qu'elle' n'ain.mot ni...
Elle fwait deux trois cô le tour dou courtil.
Elle air grande è maigue, poï couleûr d'airp' sètche,
L'œil vif è ardent, gueûl' fin' coume in bètche,
Les cônes assez longues, le vint' petot plat :
C'estot coume in çairf, oh vraiment ! c'vatch'-là.
Gn-avot bramin d'l'airpe, elle' plot z-a mwaindji ;
Eure ôt' l'aurot fwait ; lî s'met à, sondjî…
Rin de tout à war, pas 'n âm' pou causer :
C'estot impossib' pour lî d's'amuser ;
Tandis qu'se l'tchemin, padvant la mwaijon,
Si on plot y-aller, coume on z-aurot bon !
Mais le staule air clô, les pôrtes estaint clôses :
Pou pole sorte, lî falot out'tchôse.
« Dje n'saurot, dit-elle, traverser padzou
Pou z-aller ou tch'min ; mais ça n'est ni tout :
Pouquwè ni padzeu? Dje montros se l'toit
E pî, coume on dit din certain patois,
Dj' deusval'ros padvant. Dje crois qu'ça pe s'fwair :
Coumbin d'cô qu' dj'ai vu l'pér' Mitchot qu'y air !»
Le toit v'not fôrt bas : jeusqu'ou dzeû d'ses pattes.
Sin min.m' s'avoï, in bond coume eun' gatte :
Là l'devant qu'y est. Ell' pèsteule eun' miette,
E pî co in bond è l'y vla tout net'.
Gn'è bin quéqu's secaïs qu'ant sté à bouquets,
C'è croqué in pô, mais noss' vatche y est !
E la vla qui monte, la taiss' redressî,
S'ar'tant pa des cô in pô, pou rwaitî.
Elle estot binaiche, elle waitot au lon,
Ell' reniflot l'air, qui sen.not si bon...
La vla au mitan. Dzou ses patt's vla qu'ça craque!
Ell' wèt tout noir, ell' sint' in choc à l'estoumaque,
Ça s'dovairt, ell' plondj' la taiss' la premîre
E teume à j'noux au mitan doul poûssîre.
Elle est là, stinde, n'sé ni quwè ni qu'est-ce,
Ave 'n cône cassée è eun' grette à l'fesse.
Quand ses œils s'ant ye abitié ou noir,
Malgré la poûssire elle è pole war
Qu'elle estot raclô de tous les costés :
Din in staul' si drole jamwai 'l n'avot sté :
Gn-avot qu'pa la-hô qu'on plot war le ciel,
Tout bleu, sin neuyadjes, è les hirondelles…
Noss' vatch' misairot, elle' se d'mandot bin :
« Usque dj'se ? Est-ce la fin dou mond' qui vin? »
Aïe on vint, mais c'n'est ni la fin dou monde :
C'est la fam' qu'è oye yauque è qui monte.
« Jour de Dje ! Eun' vatche ! » crie-t-elle à s'sauvant.
Elle va outchî s'n-oume, tous les deux rev'nant
E i compeurnant l'mystair des mystairs :
La vatche avot v'ne « par la voie des airs ».
I vjant v'ne des djens pou les-y demander
S'i n' couniraint ni l'moïen d'la r'tirer.
«'L ne saurot nn-aller d'padûs' qu'il devint,
Ni pau z-escaliers : il faut la tier d'din ! »
Dit-i yinqu'. « Taiste, dit-i 'n ôte, t'es fô !
I gn-è qu'à trawer le meur assez hô :
Dje la frant passer pad'din la travûre :
In cô là, elle sôtrait à l'gragn', c'est chûr.»
On traw' l'entrefend, è pou qu'ça soï doux
Quand la vatch' sôtrot, la qu'on s'met tourtous
A stind' des fagots è des djairp's à l'gragne.
Devant la mwaijon, tous les cî d'Ofagne
Qui savaint l'afwaire causaient è riaint.
Mon.né pa cinq oumes, là noss' vatch' qui vint.
Ou dvant doul travûre, elle s'arêt' tout net ;
Là l'plantchî qui craque ! On la poûss' bin red
E la vla en bas. Les djens la rwaitaint,
Elle rewait' les djens. Ses deux œils estaint
Tout zbarés, sa pôf cône cassé saingnot,
Doul poussîr' elle a portot mwaint kilos.
Mais 'll' air fièr' quand min.me, a ratrant ou staule
D'awer mî qu' les-oumes, sin s'serve d'eun' chaule,
Monté dse in toit è rev'ne en bas.
Qué vatche qui s'vantrot d'in pareil exploit?



Note Wikisourd

Ci tecse cial a stî eplaidî dins on ptit live, «L' ascendance de Tallien et Offagen au temps passé» p. 83-85; li scrijheu, ki fourit on corespondant do pordjet «Dicionnaire général de la langue wallonne» mete al fén do tecse «La graphie adoptée est inspirée en grande partie de l'orthograhe de Feller».