Lès tchafiâdjes da p'tit Louwis/1

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Ôtès modêyes : Rifondou walon
Lès tchafiâdjes da p'tit Louwis  (2006) 
Jean Goffart
1

El toûr d’Italîye à Châlèrwè

Louwis, c’è-st-ène ome qui wèt voltî lès spôrts. C’n-èst nén pou rén qui lès saquants cousses qui l’conèch’nut èl lom’nut « spôrtman ». Oh, bén seûr, il a dès p’titès préfèrinces.

- Pou l’momint, dji seû binauje, avou l’passâdje du toûr d’Italîye dins no bèle Walonîye.

L’ome parècheut à s’n-afêre, contint d’vîr lès vedètes d’èl pètite rin.ne asto d’lî. I s’aveut tout bon’mint pourmwin.nè à l’Vile d’èl matinéye, divant l’arivéye. Lès mârtchands avît discorès leû d’vantûre ausès couleûrs du payîs. Adon, i s’aveut ètou rindu au bia muséye d’èl fotografîye pou vîr dès eûfes d’èn-ome qui prind dès fotos dès djins qui ratind’nut l’passâdje dès coureûs à vélo.

C’èst vos dîre èl folklore di l’afêre, ènn’do. Louwis a min.me èr’passè pa l’èstacîyon d’mètro mon lès Bias-Arts pou vîr ène èsposicîyon dissus Pino Cérami. . Mins pou d’è r’vènu aus spôrts èt à l’preumiêre pou l’Vile, c’èst l’arivéye du toûr d’Italîye èl 7 di mé avou l’ètape di Mons à Châlèrwè, qui à côp seûr l’intèrèsseut l’pus. Lès-autès-ètapes arivît à Sèré, Nameûr èt Oton.

A pwêne arivè au rond pwint Marsupilami, il a vèyu qu’il èsteut mètu en rôse couleûr. L’ome aveut d’abôrd pinsè di chûre èl circwuit du Djiro, mins i n’s-aveut finâl’mint nén risquè. Il aveut yeû l’timps di vîr qui dissus tout l’tèritwêre d’èl Vile, èl tradjèt ‘steut mârquè avou in trét rôse bouboune. T’t-au long du passâdje d’èl Boûse, c’èsteut t’t-au long dès rubans dès deûs payîs.

- Pîre, èt bén figurèz-vous qu’dès grandès-èchâpes sont stitchîyes d’ssus dès grands monumints.

Si l’ome trouveut boune l’ambîyance dèl Vile, gn-aveut tout d’min.me dès dècôrs qui n’èr’chènît à rén. Parètreut qui c’èst l’min.me cougne dins toutes lès viles qui l’toûr travièrseut. C’èst Fons d’èl blanque cinse qui lî a d’visè. Min.me qui du costè d’Djèrpènes, à Ocoz, on-aveut d’mandè aus djins d’s-abiyî en rôse pou d-aler vîr lès coureûs. L’ome s’a adon r’trouvè à Mârcinèle t’t-au long di l’Av’nûwe Mascaux. Gn-aveut ène ambîyance «made in Italîye» avou vilâdje èspéciâl qui f’yeut discouvrut à l’ome èl gastronomîye, l’istwêre èt l’cultûre du payîs du «Val poli Sheila». Gn-aveut dès milièrs di spèctateûs rachonès padrî lès bârières pou v’nu ratinde qu’èl p’loton ou bén in coureû s’capè passe èl line d’arivéye. Dès djins avit rèflèchî quand il a cominchî à p’loûr, mins l’tentâcîyon ‘steut bén trop bèle. L’ocâsîyon d’vîr ène arivéye d’in grand toûr, c’èst rare, adon faut d’è profiter.

C’è-st-insi qu’ Louwis a vèyu qui l’australîyen MacEwen a gâgni. C’èst l’cén du micro qu’l-a dit pace qui lès coureûs vont trop râde.

Tous lès-Italîyns di Bèljique crwèyît qu’in dès leûs d-aleut gagnî, mins is ‘stit come lès walons, ène mîyète disbautchi. Qwé qui l’principâl, c’èsteut d’èr’cinte l’ambîyance dissus place. Mins in walon, Philipe Gilbert aveut fini à l’trèsième place èt Louwis aveut yeû ène signatûre di l’ome, çoulà dissus ène rôse casquète. L’ome, binauje, s’a râlè à s’maujo en s’dijant qu’èl lèd’mwin, i wét’reut dins l’bwêsse à imâdjes, l’arivéye à Nameûr, avou l’montéye d’èl Route Mèrvèyeûse.


Jean Goffart, èl ? 2006