Ji m’aveu st’abahî

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Ji m’aveu st’abahî
[ 25 ]
Ji m’aveu st’abahî.

On sé qu’à Lîge dè bon vîx timps
C’esteut li Cour des Eskèvins
Qui rindéve â peupe li justice
Comme on l’ fait houie à l’ simpe police.
D’vins les lîve del Cour j’a nahî
Et c’est fou d’ zell’ qui j’a sèchî
Li câse d’ine bâcelle affrontaie[1]
A qui fou fait n’ clapante manaie.
Nos estans don à ciss Cour là
Et j’ vas v’ dire comme l’affaire alla.
Ine flouhe d’amateur di scan’dâle
Sont là rimplihant tote li sâle :
L’Présidint sonne, on va kmincî.
— Fez vni, diss-ti â krenkinî,
Li cisse qu’on lomme souwaie Nanette.
Ossi vite houqueie, elle parette ;
Elle est grande et reude comme on pâ,
Elle a l’air foite comme on tèrrâ.
Elle raconte l’affaire à s’ manire
Et l’Eskèvin li lait tot dire.
A l’oï, Piére ess t’on calin
Qu’est capâbe di tot sâve dè bin.
Il a donc affronté l’ bâcelle,
Elle vout réparâchon, diss-t-elle.

[ 26 ]

Qu’on houque vite Piére, fait l’Eskèvin,
Et so n’sègonde li valet vint.
C’ess t’on houlé, on hoquet d’homme
Qui v’ soffelrîz jus comme del homme.
L’ Présidint dit : c’est ciss t’homme là
Qui v’ s’a… Ji n’ comprind nin coula.
Rilouquant l’ crapaute après n’ poisse :
— Kimint, diss-t-i, ava-t-i l’ foice
Di v’ maistri, on s’ fait mesbrigi ?
— Présidint, j’ m’aveu st’abahi.
— Et bin, diss-t-i, po voss rawette,
C’est vos qui pâieret les galette[2].


  1. Affrontaie, violée.
  2. Paï les galette, payer l’amende.