J’a l’ ticot

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
J’a l’ ticot
[ 77 ]
J’a l’ticot.

On sonne li prumi côp à messe.
Tins, dit Mareie, et noss priesse
Qui n’est nin co d’hiendoû, surmint
Qu’hir il a passé les matenne,
Jeanss veie. Elle est dzeur so l’ moumint
Et vite elle rissèche li gordenne.
Li pauve curé n’a nin doirmoû,
Quî vout s’essocter et qu’ n’è l’ poût,
S’kirôle è lé tote li nuteie,
Li curé divins si k’tapereie
S’âyant raffulé tiesse et tot,
A discovrou… k’mint dire ?… li dzo
D’ ses rein. Po cislale c’è nn’ess t’eune !
Mareie si trouve divant l’ pleinte leune,
Mais nin l’ leune qu’on lomme li baité.
On ô comme gèmi noss curé ;
I respond qwand c’est qu’elle li houque,
Tote pâmaie divant çou qu’elle louque,
— Geale-t-i co ? Mareie, geale-t-i co ?
Elle comprind qu’i dit : j’a l’ ticot,
Qu’est sur ine dangereuse maladeie,
Et sins piede ine munute, Mareie
Court reut à bale qwèri l’ médecin.
Vn’a-t-i tot d’ sute ? on n’è l’ dit nin.