Ine linwe moite

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Ine linwe moite
[ 91 ]
Ine linwe moite.

So l’air dè pâtalon trawé.

1.

Divint cint ans, quand j’y pinse ji frusihe,
Dispôë longtimp, l’ wallon sèret rouvî ;
J’el’ plains mâgré qu’ déze houie on n’è rogihe,
Pus târd c’est n’ transs qu’on son’ret po l’ pauve vî.
Si dire qu’adon ci sèret ine linwe moite !
Qui poitret s’ doû ? sins r’crainde di m’ fer moquer,
Ji v’ dis tot court qu’à l’avance mi j’el poite [Bis.
Pace qui jamâie on n’el fret raviquer.]

2.

A quoi chèvront les masse di bais chif-d’ouve
Qui n’ polans dire qui n’s’ avans t’è patoi ?
On les kjettret qui ç’seuie foû ou dvint z’ouve,
Tot d’hant bin sur : qui çoula n’ vâ waitchoi.
Tote nos paskeie è n’ n’iront èn’ dèrotte,
Ni nin les scrire âreut co mi valou,
Qu’en’ n’è fret-on ? âh ! mutoi des cahotte [Bis.
Si c’ n’est nin pé tot çou qu’on fret s’t’avou.]

[ 92 ]

3.

Po des cahotte, l’Voyège di Chaudfontaîne,
Cartier, Harlez, Vivario, Fabry,
V’s estîz vos qwate on râre tîse di dozaînne
Et s’ profanne-t-on tot çou qu’ vos avez scrî.
On prind d’ Forir li bai Ktapé manège,
Pos èwalper del châre ou des pèhon,
Et d’ noss Thiry, li Copenne so l’ mariège [Bis.
Po des dressaie vairet bin sûr à pont. ]

4.

Lèïm’ plorer tot’ mi veie est gâtaie,
Nos soupira li r’gretté Defrècheux ;
Fuss nos scria l’Testamint d’in’ saulaie ;
Joseph Houbert nos a fait les Chesseu,
D’ Bietmé Dumont, n’iat l’Mârdi crâ, l’Bronspotte,
Di Demoulin, n’s’ avans Ji vou ji n’ pou,
Et tot çoula rôlret dvins les corotte [Bis.
Avou l’ broulî sins qu’on les âie léhou. ]

5.

Po Simonon, ci sèret fî pareie,
On n’ louq’ret pus çou qu’i nos a lèï :
Ma tanta Sâra tot comm’ li Côpareie
Sèront vindowe â poid po vi papî.
Vindowe ossu les Fâve di Lafontainne
Scrite è patoi par Bailleux, par Dèhin ;
Ces boquets là vos n’n’ârez st’à dozainne [Bis.
Po n’ pesse di pan, ca n’ comptront pus po rin. ]

[ 93 ]

6.

Noss Grandgagnage, on n’èl sipâgn’ret wère,
Qui direut-i si sôrtév’ di s’ wahai
Qwand i veureut di s’ savant Dikchonnaire
Prinde les foïou po nn’è fer des sèchai ?
L’ mandmint d’ qwarem sicrî par Châl’ Wasseige
N’èchappret nin des mains di nos k’hïeu
Et di Lamaye on k’teïret l’ boigne messège : [Bis.
C’es t’al botnire qu’on riknoh’ les plaqueu. ]

7.

Si v’ n’avez nin assez po vos cahotte,
I v’ sè dmeure co dès hautlaie à k’tapper ;
Pusqui distrure est divnou voss marotte,
Ni v’ geînnez nin, vos polez les happer.
N’iat des rimais da Peclers, da Dèlâge,
Et da Brahy, li Manège Cockraimont.
Khïiz bin tot, allez, tapez à lâge, [Bis.
Si j’esteu là, comm’ ji v’ traitreu d’ capon. ]

8.

Ji n’a jâsé qu’ des cix qui n’ sont pus houie,
I n’ veuront nin l’ patoi toumé st’à rin.
Mi sov’nant d’ zel ji sins n’ mateure à mi’ ouie,
Qu’è pou-j’ ? si j’ pleur’, vos comprindez m’ chagrin.
Pus vit’ rouvîs qui Virgile et qu’Homére,
Ces grands auteurs divint l’ latin, d’vint l’ grec ;
Nos fré scrïi è lingag’ di nos pére [Bis.
Et n’ polans dire di zel : PLUS ULTRA NEC. ]

[ 94 ]

9.

Divins cint ans a-je dit, c’es t’ine biestreie,
On n’ jâseret pus li wallon d’nou costé ;
On l’ jâseret co, mais fâ-t-i qu’ ji v’ zel’ deie ?
Ci n’ sèret pus qu’à l’Université.
Di maiss Chauvin qu’accègne houie li syriaque,
L’ fi dè ptit fi apprindret tot â long :
Qu’ Madame Goffin en respondant : ji r’naque [Bis.
D’héve, j’è n’n’a m’ compte, merci, mocheu l’ baron. ]