Enn’ trairée

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Enn’ trairée  (1888) 
by Clipotia

ENN’ TRAIRÉE.

Il a saquant-z-années, quand l’ grain astou hours dé prix, qu’on vindou in satche dé fromint pou vingt-ciq trinte francs, ç’astou plaisi d’iesse cinsi, éié co pu d’iesse propriétére. Au Saint-André, vo vii arriver à l’ville en’masse dé païsans avé des bias sauros bi lujants, éié in gros baston à leu main. Eié ç’ n’astou ni l’diâle qui pourtinnent din leu hoûrse dé twèle, ç’astou des bellès gaunettes qui s’tinnent tout binnaitches d’appourter à leu monsieu, (comme i’ z-appellont leu propriétére), pasqu’i savinnent bi qui dé conservinnent pou le moinss’ austant à leu maiso.

El’ mousleu, li, i stou là bi achi din s’salon éié tout in t’chauffant ses pî ; les liards arrivinnent. I n’avou jamai in locataire in r’tard, qué bi du contraire, pasqu’on avou bi trop peu dé desplaire à Monsieu : sond’ji em’ pau, quand es’ bail arou sté fini, on l’arou p’tette invoyi pourméner ; c’est ça qui n’arou ni fait s’compte ; pasqué, si louou ses terres t’chér et vilain, i savou co quand même mette en’masse dé pièches dé ciq francs d’sus cresse au fond dé s’coffe.

Ç’ n’est pu l’même à ç’ t’heure ; c’est les Monsieus qui d’vont cachi après les cinsis, éié d’vo asseure qué les bous sont co pu râles qué les bleus tchis. Ç’ n’est ni pou dire du mau dés ciens qu’il a l’heure d’aud’jourd’hu, mais i savont bi comm’ mi qu’i leu faut brammint spépii pou arriver à mette les deux d’bouts inchenne, éié qué ç’ n’est pu recta au Saint André qui sarrinnent comme dévant v’ni payi leu rindatche. Etou les Monsieus ç’ nest pu l’même nérri pour ieusses ; i faurou les intinde d’gémi éié s’plainte qué les liards en’rintront pu !

Quant tout d’allou bi, éié qué l’cinsi en’ sé f’sou ni tirer l’oreie pou payi, il avou toudi en’ bounne vieil’ bouteil’ qui l’ratindou quant il avou fait s’compte ; i fumou avé s’maisse in bou cigare qué ses loques es d’in s’intinnent co quinz’ djous après, tandis qu’à ç’ t’heure il a co du mau d’avoët in verr’ dé p’tite bière pou r’mouï ses lêpes.

Bref à ça, c’est toudi in malheur pour iun comme pou l’aute qué ça va d’ainsi, mais i n’a ri à dire, i faut bi printe el’temps comme vi.

Iun qui voët bi lés deux temps étou, c’est l’grand Pierre. Vo l’counichi bi tertous, es grand diâpe là ; tous les dimanches il est à messe dé dije heures à St Nicolas. I loue lauvau ’’aux neuf bougnis’’ in p’tit héritatche, eius qu’i laboure ses quéque boquets d’terre avé ses twés vatches ; il acrache ciq chix pourchas par an, i vi vinte es bure éié ses fraich’ estoffés tous les djous au martchi. Eié avé tout ça c’es n’est qu’in tout grattant éié in spépiant brammint qu’il arrife à c’t’heure à ramasser tous l’ z-ans en’coupe dé cints fraucs pon v’ni payi s’ Monsieu.

L’année passée, après l’Noé, comme toudi, il arrife à l’ville avé ses liards ; i soune à l’maiso dé s’propriétére ; d’justémint, Monsieu v’nou d’dinner ; i stou là stindu din s’fonteuil et i d’gémissou comme in malheureuX ; despu quatte semaines i n’savou pu s’boudgi paç’ qu’il avou les gouttes. Ça, ç’astou dé s’faute ; dins les bounnes années il avou toudi bi vécu, mais pou l’moumint i payou les pots cassés. Malgré ça, quand il a ieu vu Pierre, i n’a pu sondji qu’il avou mau paç’ qui savou bi qu’on li-z-appourtou des liards, éié in’ dé fallou ni pu pou l’mette dé bounne humeur.

— « Achidez-vous Pierre éié quée nouvelle dé vo vir ? »

— « Bi d’jé n’counwé ri là Monsieu, c’est toudi à pau près l’même ; les années sont toudi d’pu in pu mauvaiches, éié si ça continue d’jé cwet qu’i no faura d’aller a scrabies. »

— « Ta, ta, vo vo plaindez toudi, vous autes. »

« Vo vo plaindri étou, allez Monsieu, si vo sti à no place : v’là ç’ n’année ci, d’javou co assez bi réussi avé mes grains ; mais avé tout ç’ qui no vi d’l’Amérique, i faurou bi les d’ner pou ri ; d’javou planté dins m’closiére quéqu’ cints plantes dé toubak pou vinte, djé d’ai à péine ieu pou payi les dwets, éié pou parfai l’jeu, em’ trouie avé onze catchos est crevée el semaine passée. »

— « Bah i dira mieux l’année qui vi. »

— « Woye, mais avé tout ça, ç’ n’année ci i no faut suci no dwet. »

— « Vo avez co toudi bi des liards pou m’payi en’do Pierre ? »

— « Woye, Monsieu, mais il a brammint fallu gratter pou l’ z-avoët. »

La d’sus v’là Pierre qui s’erléve, éié sans pu d’gène, i desfait les boutons dè s’maronne, i desloïe en’ ficelle qui t’nou s’poche serrée, d’in n’dins et à l’fin i tire es’ boûs dé twelle grîche ; quand il a ieu compté ses liards su l’tâpe, éié qué l’monsieu li-za ieu fait l’quittance, em’ Pierre demeurou toudi là stoqui rattindant s’petit verre dé routche, comme les autes z-années. C’est ni qu’il aime bi d’bwére, savez, mais, on n’a ni tous les djous l’occâsion dé chuffloter in p’tit verquin, éié ça fait co pu plaisi quand on n’a à s’maison qu’in pusse pou tounia à l’biére. Es’ coup ci, ça li-z-a passé pa d’sous s’nez ; mais v’là qu’au moumint qui dallou pârti, el’ servante esst intrée avé l’catlière éié en’tasse pou Monsieu.

— « Achidez vous co n’ minute, Pierre, vo perdrez n’tasse dé café avé mi. »

« Bi ça n’est ni d’erfus, là, Monsieu, disti Pierre sans s’fai prï, ça fait qu’el servante li-z-a appourté en’ bell’ tasse dé porcelaine, éié li-z-a servi du café « à couper au couteau » comme on dit.

I n’faut ni d’mander si l’païsan astou gêné dins ses loques, dé s’vir ainsi à tâpe avé s’maisse ; din l’temps quand ç’astou pou, bwére en’ bouteie ça dallou tout seu : i n’avou qu’à toudi vudi s’vére. Mais à c’ t’heure, ç’astou in aute pére dé manches ; on li présintou in suquier avé n’drôle dé saquet in ardjint d’sus ; Pierre en’ savou ni qu’ ç’astou pou printe el’ suque éié avant dé s’din servi il a wéti commint s’ qué Monsieu s’ d’avou pris. Pou machi s’çafé avé s’cullière, ç’a co sté l’même affaire ; il a fait austant d’tours qué Monsieu dé f’sou ; éié quand il l’a ieu vu assaï avé s’cullière s’il avou mi assez d’suque il a co toudi fait comme li.

Mais v’là qu’adon el’ Monsieu s’a aperçu d’ça, ça fait qu’i s’a dit tout d’suite qu’i dallou li djouer en’ bell’ farce.

Tout d’même, il a continué à bwère es’café culliére pa cullière ; éié l’aute a fait comme li, mais djé pu vo dire qui suou des gouttes comme des pwés. C’est qué ç’astou ni n’ p’tite affaire qué d’vudi en’ tasse comme in pot d’champe avé n’cullière ni pu grande qu’in scatiot d’nogette. Eié pus qu’i wétou Monsieu pou vir si à l’fin i n’dallou ni bwére comme à l’habitude, pus qué l’aute continuou avé s’cullière ; pou iesse honnête i fallou bi qui fesse comme li ; mais pourtant i d’sou in li même qué les Monsieu avinnent en’ drôle de manière de bwére leu café. Mais in définitife i z’avinnent bi l’temps del printe tout à leu n’aiche.

Quand l’Monsieu a ieu vudi s’tasse, el cienne dé Pierre a sté vude étou, comme dé djusse ; éié iun qui siou contint d’avoët fait ç’astou bi Pierre, qui s’promettou bi d’en’ pu jamais bwére du café à l’maiso d’in Monsieu. Etout quand on est r’vénu avé l’catfiêre, il a tout bounn’mint rinviersé s’tasse el’cu in air in d’sant :

« Merci, Monsieu, quand cé n’sârou qu’ pou les rûches. »

Clipotia.