El fiesse à Nivelles

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
El fiesse à Nivelles  (1888) 
by Stoisy

EL FIESSE À NIVELLES

I n’a nî grand chouse dé baraques es n’année-ci su l’fwére, en’do ? Mais ça, i n’a ni à chwési ; i no faura fai comme el tchat qui straune éié prind’ patieince ; co bi n’honnète ainsi pau temps qui court ! D’ailleurs, tout bî considéré, djé cwé qui d’a co pu qu’ l’année passée éié qu’ l’année dé d’vant. Éié après tout, pou qué fai des baraques ? Les liards sont râle, em’li [?], éié i d’a bramint des ciens, au moumint d’à ç’t-heure, qui r’wéton à deux coups dévant d’daller mindgi in russe. Mais n’pârlonn’ dédjà pu d’ ces misèr’ là ; perdonn’ el temps comme i vî éié amusons-nous avé ç’ qué nos avons.

Quée révolution pou ça su l’place Saint Paul éié à l’z-alintours ! Dédjà n’sémain’ dévant l’fiesse on couminche à rincontrer din les rues des gayards qu’on woet-bî tout’ suite qué c’est des baraquis ; invié l’mardi, el’boutique Maïanne arrife et despu adon s’qu’au sam’di au nût tous les gamins dél’ville v’nont djuer t’t-au long du djou et co à s’crenn’ dessus l’place. I n’a ni dandgi dé l’fai r’crii, allez ! I sont rade au posse éié il a pou cwér’ qu’i dé pieul [?].

Tant qu’on n’fait qu’ les boutiques, i djuon à l’drigaïe, ou bi au ouioui, ou bi à merbes ; mais in coup qu’il a n’baraque qu’arrif’, c’est tout d’leu djeu, savez ; i couront radmint vîr qu’est ç’ qué c’est in gueulant : En baraque ! En’baraque ! tout d’même qu’i criont : In mass’ ! In mass’ ! quand c’est l’djou, Ascouti-l’zé bî.

Bert.

Nom dé os ! Djé n’djue pu, savez mi ! là lauvau n’voéturr’ dé baraqui !

Dore.

Tiens woye ! Dallonn’ radmin !


Vel’za voïe du costé du méd’cin Lébon païus qué l’baraque arrife.

Bert.

Hée ! c’est Saint Antoine !

Dore.

I n’est pas ! Saint Antoine est djà arrivé.

Bert.

Il est ! djé r’connais l’homme mi, ainsi ! c’est l’cien qu’est djà v’nu avé l’chaudière.

Dore.

Hée ! L’homme dé l’chaudière avou in bouc, ainsi !

Bert.

Est-ç’ qu’i n’pu ni bî l’avoé foutu dju, malin !

Éié c’est Bert qu’a raison savez ! C’est l’cien qu’on a ieu tant d’plaisi avé li il a deux twés ans quand il a v’nu avé dé marionnettes qu’i d’sou qu’ ç’astou Mathieu Lansberg, ou bi n’buveuse dé péqué, ou bi aut’chouse allons, éié qu’i d’sou ainsi m’chenn’ qué d’l’intind co :

« Tiens qui voilà ? — C’est le coureus’ dé boul’vard ! » ou bi : « C’est un cordonnier, qu’il a mis des s’mell’ dé carton dédans ses souliers ! Oh ! canaïe ! qu’allons- nous faire avec Messieurs et Mesdames ? » Éié tous les dgins respondinn’ : « À la chaudière ! »

C’astou biess’, dé n’dis ni l’contraire, mais il avou tout d’même à rire avé tous les couyonnades qu’i racontou là éié s’baraque astou toudi tout’ plein dé dgins.

I faut cwère qu’il est bî destcheu despu adon, paç’ qué ç’ n’année ci il est là avé p’tit fayeuse baraque dé ri du tout, éié i n’a ni l’air d’avoé s’cu din l’bure.

Mais qu’est-c’ qué c’est pou in boncan qu’on mèn’ lauvau, hon ? C’est ça ! Là d’jà Bert éié Dore avé l’police à leu cu. Ça n’povou ni manqui, djé vî d’intind’ Bert qui d’sou à s’camarade :

A vénez, Dore ! no diron fai tourminter les baraquis ! Il arout fait comme il avinn’ dit, hasard.

D’sus bi surpris si c’est co les mêm’ marchands d’pains d’épices qui l’-z-aut’s années ! Woye c’est co ieuss, ça ! Tenais ! là co toudi mes deux albrans in train d’dé fai bisqui iun !

Bert.

Waiti mon homme ! Il a in nez vo dirî n’pronn’ d’altése ! Et l’homme ! Ça couss’ tcher pou avoé in nez pareye !

Dore.

Éié ses djambes, hon ? vo diri des bastons d’tinne ! Ben.

Bert.

Woye ! c’est des vrais sonmis d’gaïole ! sans compter qu’avé ça ell’ sont co dwett’ comme em’ bras quand djé mouche em’ nez ! En’ trouie avé n’tchénolle pass’rou bî intré.

Dore.

Eié s’tiesse, hon ! vo dirî in maïet d’quwérleu !

Bert.

C’est ni ça n’tiesse, c’esst in saïa !

Dore.

Eh l’ami ! En’ vo faut-i nî in agasse pou s’pépii vos tchitches ?

El baraquî.

Si tu ne fous pas l’camp arrière dé mon boutique, ze te flanque…

Bert éié Dore in s’sauvant.

Ilue ! Ilue ! [?]

Tas d’arsouies pou ça !

D’jà du sam’di, les marchands d’pains d’épices erlévont lu [?] coin d’leu twèle éié i vindont au païsans qui v’non au martchi ; comme dé djusse, el police fait chennance qu’ell’ né l’z-es voet ni, pa’ç’ qu’il est desfindu d’vinde avant l’dimanche au matin ; mais comme les affair’ vont à ç’ t-heure, ou pou mieux dir’ comme ell’ né vont ni, c’es’ ç’n’est ni avé tout leu vindatche qu’i povont fait ci à Nivelles qu’i s’arrinn’ démeurer ’squ’au bon temps sans travaï ; dj’ai tout l’idée qu’i n’da ni même pou dé pârler éié qu’on m’trou bi tout din n’tchansse. Surtout avé du temps comme il ont toudi à l’fiesse à Nivelles ; on dirou qu’on l’fait pa in esprè : Waiti ci dimanche quée temps d’tchi qu’ nos avons co ieu ! Etou, il avou wér dé dgin à l’ville éié les baraquis n’arout ni fait leu bure dé ç’ tchaud’ ci.

Cwèrî bi qué d’n’ai sté qu’in coup fai l’tour des incwettes despu dimanche, fourç’ [?] qué ça m’gêne dé vîr comme i fait trisse là d’dins ? Bi i n’a à milan ri ! Djé voét bi in n’affaire, mi ; c’est qu’ din saquants années les incwettes sâront comme à l’habitute in temps d’fiesse éié quon n’vîra ni l’différence avé les aut’ djous ; c’est djà foursourte [?] à ç’ t’heure, ainsi !

Astez ? no f’ron échenne el tour dé l’place pour vîr en’miette el dallatche : t’taussi, bî no n’avons rî d’aute à fai éié ça f’ra desquind’ em deinné d’ ducasse qui d’meur’ là comme in paquet su m’nestoumaque. Etou quée maiss’ lapin, éié quée bosse qué no no d’avons d’né ! tant qu’a mi djé n’vo mins nî, djé cwé qu’dj’ai sté n’miette houffon éié d’su co comm’ tou apowé. Mais saquant chop’ là dessus éié no saron presse à r’piquî.

Nom des os ! quél’ affaire, tout d’même, des barquett’ dainsi ! qui ç’el diâle qui va advinter des plans pareies ? Djé n’su nî surpris qué l’boutique esst’ à r’mette : pou interténi in bazar comme esti-lâle, i faut dé ramasser, savez, des mastoques, quédfwé qu’on n’vo l’dirou pu ! En’barquett’ à deux étages, si l’diâle n’est nî d’dins !

Tenais ! Là bi chouse ervénu, el cien qui vî tous l’z-ans avé des cigar’ éié n’petit’ sounette : Cigar’… ex… cigar’… ex…cellent !… Fabriqués par moi-même ! Cigares !… I n’est nî là candgi pou dire…

Délaux a bî ieu dé rujes, li, d’ervéni ; mais il esst au poss’ pou ça ; djé pinsou toudi, l’sémain’ passée, qué l’martchi des vatches dallou d’meurer comme i s’tou éié dé d’mandou même commint ç’ qué l’commissaire n’avou nî là mi l’fritur’ Prouss qu’a là sté tant d’z-années ; mais d’abourd qué Délaux v’nou, c’esst in aut’ affaire éié c’est comme si d’n’avou rî dit.

M’chenn’ qu’i n’a pu tant dé f’seux d’portraits qu’din l’temps éié qu’i n’sont pu si embétants. Din l’lemps, i d’avou toudi bi twé quatte dessus l’place éié vo n’avî ni a chwési, i vo follou vo fer tirer, fource qu’i vo montinn’ en’ soïette ; i n’a qu’ vo satchi din leu baraqu’ qu’i n’fesinn’ nî, éié co !

« Gardez ça ! Goutez ça ! Mangez ça ! Voyez la bonne marchandise ! »

N’faut ni d’mander éius qué no stons !

« Astez quétsose, Mamoiselle — mârci bien, Madame — Allons, qui encore ? qui encore ? Par ici, maman, voyez les bons boquets, a tré cens, à vingt cens, allons lé voilà tos les deux pou quat’ gros sôs. Astez, astez ! »

Ta d’flaminds ! Il a rire à l’z’intinde ; adon mi c’est co des dgins qui m’vont bî : c’est des vieiés counichances qui n’passont jamai in année d’véni à l’fiesse Nivelles.

Vos avez là l’ fie Mayanne, cont’ el grie Mocieu Dubois, d’avez jamai conneu in aute à ç’place là, vous ? Woye, Mayanne quand ç’astou ielle ! Mais s’fie astou tout d’même avé, ça fait qu’ c’est co toudi l’même, Poûf’ Mayanne (qué l’bon Dieu l’mette din s’paradis) ç’astou- ti n’gaie feumme, avé s’ bia bonnet éié ses longs pindants d’oreies ! n’vo chenn’-t-i ni qu’ ça fait co plaisi ri qué d’vir es portait pinre à l’boutique dé s’fie éié à l’cienne dé s’garçon in face ? C’est wér dé chouse, qué vo m’ direz, mais item [?] in oche, disti Pitche !

Ieun’ qu’a bien d’z’années qu’elle vî étou, c’est l’baraque à verres qu’est là n’miette pu long qu’Djasi, éié l’tir mécanique étou, c’ést nî l’premi coup qu’on l’voët ! Savez bi l’cien qu’ quand on tir djuss il a in n’huche qui s’drouf’ éié qu’on voët in éfant din n’berce, ou bi des pompiers, ou bi in baudet qu’on satche pa l’tiesse éié pa l’queue ; il est marqui à s’place là : Aux tois enlêtés ; c’est co pir qué l’cabaret qu’il avou n’a ni si longtimps in bas del tienn’ lochams eius qu’il avou pou inseigne : Aux deux têtus. Rappelez bi d’ça n’do vous. Hourmis « Halte-là Parrain » din l’rue d’Sainte Anne, djé n’d’ai jamai vu n’si gaie… Mais pârlant d’ça, à qu’est-ç’ qu’ell’ a tourné hon eç’ n’inseign’ là ? Quand les dgins sont voïe démeurer n’miette pu haut on n’ d’a pu jamai vu dé l’race ! Gadgî qu’ell’ sé pourmen’ dessus leu guerni !

Qu’est-ç’ qu’i ramatche là, hon, mon homme ? Bi n’est ni possip’ ? Des puces savantes ! qui ç’ qu’a jamai intindu pârler d’in affair’ pareie ? Mi, quand dj’ai n’puce, djé l’mets su s’dos tout d’suite éié ieuss’ i li f’sont fai des tours éié ils l’fésont manœuvrer tout d’même qué si ç’ sarou « une personne naturelle » ça pinse à ieuss’ ! el monde dévî trop malin, m’fi, il arriv’ra n’saquet, arriv’ra-t-i n’saquet !

Douci c’est comme à l’habitute, hasard, deux twés p’tités baraques dé mau foutus… tout djusse ! La d’jà ci in éfant comme on n’ d’in voët ni branmin, par bounheur… Bi n’a pou d’avance dé daller l’vir, vellà ci tiré in portrait ! nom dé domme quée blot qu’ c’est ça ! Il est cras comme in tchî qui tette !

Eh bi qu’est-c’ qué c’est hon d’ça ? Bî n’est ni vrai n’do ? El ménag’rie est d’jà voïe ielle ? El né d’a ni ieu pou n’baïe ! C’est damâge, pa’ ç’ qué ça, i n’a ni à dir’, ç’astou bia ; et adon il avou là in p’ti homme pou fai l’annonce qui stou vraimint chwési ; m’ehenn’ qué d’l’intind co :

« Le repas va-t-avoir lieu ! La viande passe à l’intérieur ! Entrez voir, Mesdames et Messieurs ! Il y a en ce moment une belle et brillante société réunie devant la loge centrale et qui admire les fauves dans toute leur férocité naturelle. Donner vous la peine d’entrer, Mesdames et Messieurs, à la ménagerie centrale ! »

I faut cwére qu’on n’sé sara nî bramint d’né l’peine d’intrer, qu’il ont sté si subtil’ pou s’in daller…

Mais in tout tatt’lant, là qu’ dj’ai passé outte dé Saint Antoine ; bah ! in Saint Antoine sans marlonnéttes, ça n’vaut ni l’venez-y-vîr éié dé n’dirou ni d’édci squ’à là pou vir leu baraque seul’mint.

Qu’est-ç’ qu’elle ont dév’nu hon ces vieiés baraques là qui v’ninn’ din l’temps avé des f’seux d’tours éié des scarmoteux ? Elle aront tourné à rî comme les choux Garitte, hasard, Waiti mes hommes lauvau su l’coin dé l’place ; es baraque là est-elle à r’mette à l’cienn’ dé Décousu ? Bah oui ! c’est comme s’elle né l’arou jamais vu. Décousu ! I n’da wér dé pareies, savez, n’vos trompez ni din vo carculs ! Ça ç’astou in rette [?] ! Éié bou à tout’ mains ! Djé l’voët co dédci su s’théatte quand il arrivou à grandés ajomblées éié qu’i d’sou :

« J’aperçois une chaise et moi qui suis lâsse, je vais me reposer. »

Poûf’ Décousu ! ça m’a geiné quand i n’a pu v’nu, Etou despu adon djé n’sais pu raviser n’ parade… Là djustémint mes homm’ qui vont couminchi… Djé m’va mindgi in russe mi ; après ça dé dirai bwére en’ chope (quand d’di ieun’ c’est par manière dé pârler) éié su l’coup d’dij heur’ djé f’rai comme el-z-aut’ dimanches, dé dirai prind’ mésurr’ pou d’aller coûchî.

Stoisy.