Aveut-elle promettou l’voyège ainsi ?

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Aveut-elle promettou l’voyège ainsi ?
[ 70 ]
Aveut-elle promettou l’voyège ainsi ?

Madame di Lâbalowe alléve à Chivrimont,
Suvowe di s’ domestique, on brave valet, Simon…
N’s’estît è meu d’Aousse, i féve d’on chaud caniesse ;
Et gripper l’thiér adon n’esteut wère esse à l’fiesse.
Portant di timps in timps
On sintéve soffler l’vint ;
I soffla meîme on côp d’ine si rude abattowe,
Qu’i r’lèva tote les cotte di madame Lâbalowe,
Li chmihe avou, pusqu’i fâ bin qui ji v’ deie tot.
Mais comme madame esteut hâgneie è pleint solo,
Elle ni s’apârçuvéve
Nin dî… çou qu’elle mostréve.
Elle cherrive donc todi, lèiant veie à s’ vârlet
Tot çou qui d’zo les rein, s’ trouve dizeu les molet.
Portant elle s’agèneie è l’ombe divant n’ potale,
On côp d’ vint survinant elle sint n’airège di diale,
Elle mette si main podrî…
Il est tot nou s’draudî.
Mâvlaie, c’est so Simon qu’elle voût passer si’ ideie :
— Kimint ni m’prévenez-ve nin qui j’sos là qui j’lais veie ?
Vos m’el pâierez. — Madame, ji pinséve, respond-i,
Qui v’s’aviz promettou dè fer l’voyège ainsi.