A siermon

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
A siermon
[ 63 ]
A siermon. (*)

L’curé préchive divins on ptit viège ;
Comme il èwaréve ses chérs fré !
C’esteut aheie d’el veie à leu visège.
Volant pôr bin les estenner,
I raconte en wârdant s’sérieu, qu’on joû n’baleînne
A stu tote avalaie et çoula sins noll geînne,
Par Jonass qui, li treuzaimme joû,
Sins prinde lavemint l’ribouta foû.
Il ess t’impossibe po n’pareie
Dè n’nin dire qui c’ess t’ine merveie,
On murâque ! et c’è n’ess t’on bon.
Qwand l’priesse a fini s’siermon
Tot d’hiendant di s’ pirlôge, i veut conte li montaie
J’han qui li dit st’avou s’menne li pus avinaie :
— Torate vos avez dit qu’Jonas a st’avalé
L’baleînne, n’est-ce nin pus vite cischal, comme on m’l’a lé,
Qu’a st’avalé el plèce d’esse avalaie ? — Èfant,
Comme ji l’a raconté, l’murâque est bin pus grand.