A k’fesse

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
A K’fesse
[ 75 ]
A k’fesse.

Wisse allez-ve don Elise ? — N’est-ce nin d’main l’floreie Pâque ?
Et v’savez bin, Thèrése, qui ci joû-là ji n’mâque
Jamâie d’acommunïi. — C’est vraie, allez don, sour,
Vis kfesser, ji v’rikmande di v’s’amette di bon cour.
Elise est vite à kfesse â curé di s’ poroche,
Elle li raconte bin tot, li peu sins rouvî l’hoche.
Elle s’a longtimp r’coirdé, ni volant rin cachî,
Et so l’moumint elle a d’filé tot ses pèchî.
— C’est bin tot ? dit l’curé. — Awet, dè mons, j’el pinse.
— Hantez-ve ? — C’est sûr. — Dpôe qwand ? — Deux an qui ji m’sovinse.
— N’avez-ve nin d’jà mettou voss main ?…
Kimint dirè-je ?… wiss qu’i n’fât nin ?…
— A cia, mon pére, co traze feie.
— Vos avez fait n’akchon pareie !!!
Vos n’ârez nin l’absoluchon,
Ca vos n’estez qu’ine mâhonteuse,
Si vos n’avez po punichon,
Durant tote li samaînne pèneuse,
Tinou voss main è bènûti
Ine heure chaque joû sins l’rissèchi.
. . . . . . . . . . . . . .
Thèrèse, po l’blanc jûdi, visitant ses église,
Tos intrant à l’poroche veut s’camarâde Elise,
Ine main d’vins l’bènûtî. — Là, diss-t-elle, qui féz-ve là ?
— J’fais m’pènitince, pace qui… — Pace qui ? dihez-me çoula.

[ 76 ]

— J’sos r’mettowe à hutaînne, on m’a r’clapé l’bawette
Et chaque joû n’heure ètire ji deus chal vini mette
Mi main. — Voss main, poquoi ? — Pace qu’elle at adusé…
— Binamaie âme ! po m’compte ji n’m’iret nin kfesser,
Ca mi je dvreu trimper… — L’aiwe est d’on freud qui v’hagne.
— Qui sèreut-ce don por mi si ji dvéve prinde li bagne !
Les mains ci n’est co rin adeureie comme elle sont…
Enfin ji sos prév’nowe, çoula m’chèvret d’lèçon.