A catrucème

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
A catrucème
[ 23 ]
A catrucème (*).

C’est l’ parole dè bon Diu qui j’ sème,
Dhéve on curé fant l’ catrucème
A n’ grande niaie di p’tits crapaut
Qu’allît fer leu pâque divant pau.
Houie, diss-ti, ji n’ sipâgne personne,
I fât qui tourtot ji v’ questionne
Et qui j’ veuse si vos savez bin
Çou qu’ ji v’ s’apprind dispôë longtimps.
— Allons, Michî, par vos ji k’mince :
Fez l’ sègne del creu, vos l’ frez bin, j’ pinse.
Et so l’ côp dè dire noss pitit ;
— A nom du Pére, du Saint Esprit.
— Qui don v’ s’at appris vos prïire ?
— C’est m’ pére. — E bin coréze li dire
Dè v’ni m’ trover chal tot fî dreut.
L’èfant ni fait ni eune ni deux,
Court qwéri s’ pére. Mais est-ce di crainte ?
Tot riv’nant, Michî s’ plaint d’ mâ d’ vinte
Et dit qu’i n’ pout st’ aller pus long.
— Bin disbotnez voss pâtalon
Et s’ fez là, m’ fi, v’ s’ avez l’ court vite,
Mi ji vas d’lez l’ curé tot d’ suite.
Ah ! brait cichal, vos v’la, vinez.
— J’ sos t’à vos ôrd’, moncheu l’ curé ;

[ 24 ]

Po v’ni j’a corou tote li vôë.
— Fez l’ sègne del creu, veyans qui j’ pôe
Jugî si c’est comme on m’a dit.
— A nom du Pére, du Saint Esprit.
— Et l’ fi ? li fi, v’ n’è jâsez mâie ?
— Il est là qu’i s’ vude podri l’ hâie.